La Chine espère que le nouveau chef de l'ONU aux droits de l'homme dirigera ses fonctions en respectant les principes d'objectivité, d'impartialité, de non-sélectivité et de non-politisation (envoyé spécial)

Cette photo non datée montre Dai Bing, représentant permanent adjoint de la Chine auprès des Nations Unies. Photo : Xinhua

La Chine espère que le nouveau chef des droits de l’homme de l’ONU conduira le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) à respecter les principes d’objectivité, d’impartialité, de non-sélectivité et de non-politisation, s’engagera à promouvoir un dialogue égal entre les États membres, combler les différences et s’opposer résolument à la double norme, à la politisation et à l’instrumentalisation des questions relatives aux droits de l’homme, a déclaré jeudi Dai Bing, représentant permanent adjoint de la Chine auprès de l’ONU.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a nommé jeudi l’Autrichien Volker Turk comme prochain haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, après l’approbation de l’Assemblée générale des Nations unies.

Turk succèdera à Michelle Bachelet du Chili, selon une note de presse du bureau du chef de l’ONU.

Les délégués chinois ont participé à l’Assemblée générale de l’ONU qui a approuvé la nomination de M. Turk par le Secrétaire général de l’ONU, a indiqué Dai.

Dai a déclaré qu’il espérait que Turk amènerait le HCDH à s’acquitter de ses fonctions en stricte conformité avec les mandats des résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies et du Conseil des droits de l’homme et s’engagerait à promouvoir le dialogue et la coopération en matière de droits de l’homme.

La tendance actuelle à la politisation dans le domaine des droits de l’homme est grave, et la confrontation et la division s’intensifient sous la provocation de quelques pays, un petit nombre de pays s’ingérant sans motif dans les affaires intérieures d’autres pays sous le couvert des droits de l’homme, pour auquel la plupart des États membres sont fermement opposés, a déclaré Dai.

La Chine et de nombreux autres pays en développement sont profondément préoccupés par le grand déséquilibre dans la composition du personnel du Bureau et la grave sous-représentation des pays en développement. La partie chinoise appelle à une réforme fondamentale du HCDH pour assurer l’inclusivité et l’équilibre géographique, a déclaré Dai.

Il est à espérer que le HCDH promouvra toutes sortes de droits de l’homme de manière équilibrée, prêtera attention aux appels légitimes des pays en développement et aidera les pays en développement à renforcer leurs capacités en matière de droits de l’homme sur la base du consentement des pays concernés, a déclaré Dai.

Temps mondiaux

★★★★★

A lire également