La Chine exprime une forte protestation contre l'intrusion des navires philippins, déclare la réponse des garde-côtes chinois "professionnelle", "retenue"

Des navires de la Garde côtière chinoise mènent des exercices d’application de la loi dans une zone non divulguée à l’automne 2022. Photo : Capture d’écran du compte WeChat de la Garde côtière chinoise

Après que deux navires des garde-côtes philippins se soient introduits dans les eaux au large du récif de Ren’ai sans l’autorisation chinoise et aient délibérément fait des gestes provocateurs, les navires des garde-côtes chinois ont protégé la souveraineté territoriale et l’ordre maritime de la Chine, conformément à la loi, et ont pris des mesures pour éviter les dangers approche des navires philippins et éviter une collision, selon un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Mao Ning, le porte-parole, a déclaré que les deux navires philippins ont fait irruption dans les eaux au large du récif de Ren’ai, un récif annulaire parmi les îles chinoises Nansha, le 23 avril. La réponse des navires des garde-côtes chinois a été professionnelle et modérée.

Les garde-côtes philippins ont déclaré que deux de leurs navires étaient impliqués dans une « confrontation » avec la marine chinoise en mer de Chine méridionale et ont accusé les garde-côtes chinois (CCG) de se livrer à des « manœuvres dangereuses », selon les médias vendredi.

Mao a déclaré que c’était une action préméditée et provocatrice pour les navires philippins de faire irruption dans les eaux au large du récif de Ren’ai avec des journalistes à bord. Il visait à critiquer délibérément la Chine et à faire la publicité d’un incident potentiel.

La Chine a exprimé son vif mécontentement et protesté contre l’acte des Philippines, et a exhorté les Philippines à respecter la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine dans la mer de Chine méridionale ; tout en arrêtant les actions qui pourraient encore compliquer la situation, selon Mao.