Former US President Donald Trump at a New Hampshire primary election night watch party in Nashua, New Hampshire, US, on January 23, 2024 Photo: VCG

L'ancien président américain Donald Trump lors d'une soirée de veille nocturne pour les élections primaires du New Hampshire à Nashua, New Hampshire, États-Unis, le 23 janvier 2024. Photo : VCG

La Cour suprême des États-Unis a accepté d'entendre et de rendre une décision sur l'immunité présidentielle de l'ancien président Donald Trump pour des accusations criminelles d'ingérence électorale, prolongeant ainsi la procédure judiciaire et augmentant la possibilité d'une « élection avant procès ».

Les observateurs ont déclaré jeudi que Trump poursuivrait sa stratégie de « report » par tous les moyens, et que la décision d'immunité ajouterait des éléments ridicules à une élection présidentielle qui est déjà devenue un spectacle étroitement surveillé par le monde.

La Cour suprême a déclaré mercredi dans une brève ordonnance que l'affaire était suspendue pendant que la demande d'immunité était examinée, ce qui signifie qu'aucun procès ne pouvait avoir lieu, a rapporté mercredi NBC.

L'ordonnance indique que le tribunal entendra l'affaire, dont la résolution pourrait prendre des mois, dans la semaine du 22 avril. Ce délai permet de rendre une décision avant la fin du mandat régulier du tribunal en juin, ce qui est plus rapide que d'habitude lorsque le tribunal entend les arguments, mais pas aussi vite que les procureurs le souhaitaient, selon NBC.

Quelques heures seulement après l'ordonnance du tribunal, un juge de l'Illinois a retiré Trump du scrutin de l'État sur la base de la soi-disant « interdiction insurrectionnelle » du 14e amendement, a rapporté CNN mercredi.

L’Illinois est désormais le troisième État où Trump a été exclu du scrutin, après le Colorado et le Maine. Toutefois, ces décisions ont été suspendues dans l'attente d'un appel de l'affaire Colorado devant la Cour suprême des États-Unis.

Les médias américains ont rapporté que même si la Cour suprême se prononçait contre Trump en juin, le procès pourrait n’avoir lieu que bien avant la période électorale, soulevant la question de savoir s’il aura lieu avant le jour du scrutin en novembre. Si Trump gagnait son appel devant le tribunal, les accusations seraient rejetées.

Li Haidong, professeur à l'Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré jeudi au Chine Direct que Trump ne ménagerait aucun effort pour faire traîner la décision d'immunité de la Cour suprême et le procès. S'il parvient à être élu, il existe de nombreuses mesures qu'il pourrait utiliser pour s'exonérer de ses ennuis judiciaires.

Li a noté que l’élection présidentielle de 2024 est déjà pleine de drames, avec un candidat potentiel coincé dans des poursuites judiciaires et l’autre dans une situation délicate à cause de sa politique sur la guerre à Gaza.

Les promesses de Trump de réimposer des tarifs douaniers punitifs, de resserrer l'aide internationale, de réduire les impôts et de restreindre l'immigration soulignent une évolution vers des politiques repliées sur elles-mêmes et unilatérales qui inquiètent également les alliés des États-Unis.

Le président sortant Joe Biden vient de remporter la primaire dans l’État charnière du Michigan, mais fait face à une réaction négative de la part des électeurs arabes américains, une communauté qui a voté massivement pour Biden en 2020, a rapporté CNBC mardi.

L'élection présidentielle de cette année, déjà farfelue, s'est mêlée à de nombreux procès et maintenant à la décision de la Cour suprême. Il s'agit d'une pratique de « séparation des trois pouvoirs », mais elle ne peut pas guérir le mal actuel de la politique américaine, a déclaré M. Li.

Quelle que soit la décision de la Cour suprême, cela ajoutera de l'incertitude et du chaos aux élections, qui sont un exemple frappant de la décadence politique du pays, a déclaré l'expert.

L'élection présidentielle est un spectacle qui intéresse les Américains et que le monde entier regarde avec impatience, car le choix du prochain président américain aura de profondes implications sur la politique mondiale et la stabilité des relations internationales, estiment les analystes.

A lire également