La réduction de la production par l'OPEP+ constitue un "coup de poing" pour l'hégémonie américaine, montrant que ses politiques irresponsables "se tireraient de leur propre pied": observateurs

Le bâtiment de l’OPEP à Vienne, Autriche Photo : VCG

Le prix mondial du pétrole a grimpé en flèche lundi alors que les investisseurs notaient une réduction de production surprenante annoncée par l’Arabie saoudite et d’autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés non membres de l’OPEP, dont la Russie, qui se traduit par plus d’un million de barils. par jour (bdp).

La décision coordonnée fait suite à des baisses des prix du pétrole de plusieurs mois par crainte d’une sombre perspective économique mondiale qui a réduit la demande de brut, et ces inquiétudes ont culminé en mars après l’effondrement de la US Silicon Valley Bank – la série d’incidents est la conséquence désastreuse des États-Unis. politique monétaire destructrice.

Les observateurs ont déclaré que la décision de l’OPEP+ constituait un « coup de poing » à l’hégémonie américaine au milieu des changements profonds entrepris dans le paysage géopolitique mondial, en particulier en Asie. Cela équivaut également à une défense raisonnable des pays victimes des pratiques hégémoniques américaines, allant de l’abus de l’hégémonie du dollar pour monopoliser le marché des matières premières en vrac, y compris le pétrole, à l’incitation aux conflits russo-ukrainiens dans le but de faire place à ses propres produits énergétiques sur le marché européen. marché.

La réduction de la production devrait servir d’avertissement sévère à Washington que des politiques irresponsables finiront par « se tirer de leur propre pied », ont déclaré les analystes, tout en signalant que la hausse brutale des prix du pétrole pourrait non seulement épuiser les réserves stratégiques de pétrole des États-Unis, exacerber une inflation galopante, une flotte de capitaux étrangers incitée, mais aussi un embourbement de la Réserve fédérale dans une impasse politique.

L’Arabie saoudite a annoncé dimanche qu’elle mettrait en œuvre une « réduction volontaire » de 500 000 bdp. La Russie, membre de l’OPEP+, a déclaré qu’elle prolongerait sa réduction de production actuelle de 500 000 bdp jusqu’à la fin de l’année.

D’autres membres de l’OPEP+ tels que les Émirats arabes unis, le Koweït, l’Algérie, le Kazakhstan et Oman procèdent également à des coupes.

Un responsable du ministère saoudien de l’énergie a déclaré que cette décision était « une mesure de précaution visant à soutenir la stabilité du marché pétrolier », a déclaré l’agence de presse saoudienne. Les coupes volontaires des membres de l’OPEP+ commenceront en mai et dureront jusqu’à la fin de 2023.

« C’est une bombe pour le marché », a déclaré lundi un initié de l’industrie spécialisé dans le commerce de marchandises en vrac au Chine Direct sous couvert d’anonymat. Tout d’abord, l’ampleur de la réduction de la production dépasse les attentes du marché. Deuxièmement, l’organisation dirigée par l’Arabie saoudite s’associe à la Russie pour mettre en œuvre la politique, suggérant une coopération solide au sein du mécanisme de l’OPEP+ malgré la pression américaine, ont déclaré des initiés de l’industrie.

Le marché prévoyait auparavant que les membres de l’OPEP+ appliqueraient la même politique de production sans aucune nouvelle réduction.

Lundi, les contrats à terme sur le brut Brent et les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) ont bondi de 8%, dépassant autrefois les 80 dollars le baril.

Des camions-citernes font la queue devant des réservoirs de stockage à l'usine de vrac de North Jiddah, une installation pétrolière d'Aramco, à Jiddah, en Arabie saoudite, le 21 mars 2021. Photo d'archives : VCG

Des camions-citernes font la queue devant des réservoirs de stockage à l’usine de vrac de North Jiddah, une installation pétrolière d’Aramco, à Jiddah, en Arabie saoudite, le 21 mars 2021. Photo d’archives : VCG

Un «coup de poing» à l’hégémonie américaine

Réagissant aux dernières coupes, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis a déclaré que « nous ne pensons pas que des coupes soient souhaitables en ce moment compte tenu de l’incertitude du marché … Et nous l’avons clairement indiqué », a rapporté Reuters.

Tian Yun, un analyste macroéconomique indépendant, a déclaré lundi au Chine Direct que cette décision montre que malgré la pression américaine, les membres de l’OPEP+, représentés par l’Arabie saoudite, ont élaboré des politiques indépendantes qui défendent raisonnablement leurs intérêts fondamentaux.

« Les ventes de pétrole sont la bouée de sauvetage des économies de l’Arabie saoudite ainsi que d’autres membres de l’OPEP+. Dans la foulée d’une crise financière potentiellement boule de neige, une nouvelle baisse du prix du brut les priverait de millions de dollars de revenus, martelant le développement économique,  » dit Tian.

Il a ajouté que la réduction surprenante annoncée par l’OPEP+ a également souligné que les capacités de Washington à manipuler l’élaboration des politiques importantes des autres pays « se dégradent », malgré ses outils géopolitiques claironnés en main. « A plus long terme, l’impact sera considérable et pourrait être le début du démantèlement de l’hégémonie américaine », a déclaré Tian.

En octobre, l’OPEP + a annoncé une réduction de la production de 2 millions de bpj à partir de novembre, refusant une demande de l’administration Biden quelques jours avant de retarder sa décision sur la production de pétrole, a rapporté CNBC.

Dans le domaine pétrolier, l’hégémonie américaine, lourde de pillage, a suscité de nombreuses dénonciations. L’éviction du pétrole russe du marché d’approvisionnement européen pour faire place à son propre brut et au GNL en est un exemple, a déclaré lundi Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine, au Chine Direct.

« Le chantage, attisant les crises et les conflits, les guerres et le détournement d’institutions internationales telles que l’OPEP, il vise à maintenir le marché mondial du brut à son propre usage et comme un outil pour mener une lutte géopolitique, plutôt que comme un bien public mondial », Li a dit.

L’année dernière, le G7, l’Australie et l’UE ont mis en place conjointement un plafond de prix de 60 dollars le baril pour le pétrole brut russe transporté par voie maritime.

L’initié anonyme de l’industrie a déclaré que la flambée des prix du pétrole pourrait être une aubaine pour la Russie, un important exportateur d’énergie. Pour la Chine, l’impact est limité car le pays a conclu des accords commerciaux à long terme avec la Russie et l’Arabie saoudite.

Alors qu’un consensus s’est construit entre les pays pour briser l’hégémonie américaine, un changement géopolitique a également lieu en parallèle, particulièrement évident en Asie.

Li a noté que « l’Arabie saoudite est bien consciente de l’intention des États-Unis de l’utiliser comme un pion dans la lutte géopolitique avec la Russie et la Chine. ses liens avec les grandes puissances mondiales. »

En mars, l’Arabie saoudite et l’Iran sont finalement parvenus à un accord, qui comprend la reprise des relations diplomatiques, sous la médiation de la Chine.

« Tir dans le pied »

L’effet d’entraînement de la réduction de la production est également une démonstration éclatante de la façon dont les politiques à courte vue des États-Unis, qui visent à transférer les problèmes nationaux au reste du monde, se sont ironiquement retournées contre eux.

« Traçant la cause profonde, c’est la politique monétaire américaine d’il y a deux ans qui a conduit à une inflation mondiale galopante. Ensuite, la Fed s’est lancée dans un cycle agressif de hausse des taux pour maîtriser l’inflation depuis mars 2022, ce qui a pesé sur la liquidité, a déclenché un tsunami de crise bancaire et assombri les perspectives économiques internationales. Le prix du pétrole a chuté en raison de la faiblesse de la demande mondiale, ce qui a incité l’OPEP+ à réduire sa production pour soutenir le prix », a déclaré Tian.

L’impact de la hausse des prix est comme « ajouter de l’huile sur le feu », ce qui fera encore augmenter l’inflation américaine et aggravera la crise du coût de la vie, ont déclaré les analystes.

Et cela laisserait la trajectoire des taux de la Fed dans un dilemme : devrait-elle faire une pause dans sa campagne de resserrement et libérer davantage de liquidités pour atténuer la crise bancaire qui pourrait potentiellement se transformer en une crise financière semblable à celle de 2008 ? Ou doit-elle poursuivre la hausse des taux pour s’attaquer à une flambée brutale de l’inflation ?

Quoi qu’il en soit, c’est une impasse, selon les analystes. Tian a estimé que l’incapacité de l’administration Biden à résoudre les problèmes nationaux risquait de déclencher une instabilité politique alors que les États-Unis entrent dans la période des élections présidentielles.

Dans le cadre de la politique américaine, l’administration Biden doit vider la réserve stratégique de pétrole sur le marché lorsque le prix atteint un certain niveau. Mais la Maison Blanche a déclaré en octobre que le niveau des stocks était à son plus bas depuis 1983, ce qui, selon les analystes, présente également un risque d’épuisement si le prix du pétrole continue de grimper.

★★★★★

A lire également