L'ambassade de Chine va reprendre la délivrance de visas à court terme aux Coréens du Sud, ce qui devrait stimuler les échanges bilatéraux et la coopération

Chine Corée du Sud Photo : VCG

À partir de samedi, l’ambassade et les consulats de Chine en Corée du Sud recommenceront à délivrer des visas de courte durée aux citoyens sud-coréens pour visiter la Chine pour les affaires, le transit et les affaires privées générales, a annoncé mercredi l’ambassade de Chine en Corée du Sud.

Ceci est considéré comme un signe positif pour les voyages et les communications entre les Chinois et les Sud-Coréens en réponse à la reprise samedi par la Corée du Sud de la délivrance de visas à court terme pour les voyageurs en provenance de Chine.

Les observateurs chinois pensent que Séoul a recommencé à délivrer des visas après avoir reçu des appels bruyants du public, et cette évolution positive entre les deux pays va stimuler les échanges et la coopération, et surtout aider le commerce sud-coréen et son économie à se redresser, qui connaît actuellement un ralentissement.

L’Administration nationale chinoise de l’immigration reprendra la délivrance de visas portuaires et la politique d’exemption de visa de transit de 72/144 heures pour les citoyens sud-coréens à partir du 18 février, a annoncé mercredi l’administration.

Mais les tests PCR obligatoires pour les voyageurs en provenance de Chine avant et après leur arrivée en Corée du Sud restent en place, selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap (YNA). Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a appelé lundi à revoir les tests COVID-19 obligatoires pour les voyageurs en provenance de Chine, affirmant qu’il ne devrait y avoir aucune interruption des échanges entre les deux pays, note le rapport.

La Corée du Sud a été l’un des premiers pays à imposer des restrictions d’entrée aux touristes chinois après que la Chine a annoncé fin décembre 2022 qu’elle dégraderait sa réponse au COVID-19 à partir du 8 janvier.

Alors que la Chine connaît une forte reprise de la croissance économique, la Corée du Sud ne veut certainement pas rater un tour gratuit de la croissance économique de son pays voisin, mais la mesure dans laquelle elle peut bénéficier de la croissance chinoise dépend de la politique chinoise de Séoul, a déclaré Lü Chao, un expert à l’Académie des sciences sociales du Liaoning, exhortant Séoul à ne pas suivre aveuglément Washington et à poursuivre la soi-disant stratégie indo-pacifique pour contenir la Chine, ce qui nuirait à ses propres intérêts.

L’Association coréenne du commerce international a prédit que l’économie chinoise affichera probablement une croissance de 6,9% en glissement annuel au deuxième trimestre. Si cette prédiction se concrétise, la croissance robuste de l’économie chinoise « augmentera probablement la croissance économique de la Corée du Sud de 0,16 point de pourcentage supplémentaire et ses exportations de 0,55 point de pourcentage cette année », a rapporté YNA dimanche, citant le rapport.

La Corée du Sud a raté la première période dorée pendant les vacances du Festival du printemps chinois pour accueillir des flots de touristes chinois passant leurs vacances à l’étranger après la réouverture de ses frontières par la Chine, ce qui a suscité le mécontentement dans les secteurs du tourisme et du marketing sud-coréens, a déclaré Lü.

Les données fournies mercredi par la plateforme de voyage chinoise qunar.com ont montré que des vols directs vers la Corée du Sud sont disponibles depuis quelque 13 villes chinoises, dont Pékin, Nanjing, Shanghai et Wuhan.

« Le nombre de vols devrait continuer à augmenter après les changements de saison des vols, à mesure que les politiques sont optimisées et que les demandes des passagers changent », a déclaré mercredi Guo Lechun, directeur adjoint du Big Data Research Institute de Qunar, au Chine Direct.

Alors que les touristes chinois déclencheraient une demande massive de voyages internationaux après le redémarrage des voyages de groupe plus tôt en février, la reprise des visas de courte durée devrait devenir un nouveau point de départ pour que la Corée du Sud exploite le potentiel de reprise de la Chine, a déclaré M. Lü.

★★★★★

A lire également