Les États-Unis vantent la "menace nucléaire chinoise" comme excuse pour leur propre expansion et leur hégémonie militaire (MAE chinois)

Photo de Mao Ning : ministère des Affaires étrangères

Il est tout simplement ridicule que certains politiciens canadiens répandent des mensonges sur la Chine, a de nouveau souligné le ministère chinois des Affaires étrangères, au sujet de la dernière décision du Canada d’enquêter sur la soi-disant ingérence de Pékin dans les élections canadiennes.

La Chine est toujours contre l’ingérence des pays dans les affaires intérieures des autres nations. La Chine n’a aucun intérêt à s’ingérer dans les affaires intérieures du Canada et ne le ferait jamais, a souligné le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Mao Ning lors de la conférence de presse régulière de mercredi.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré lundi qu’il nommerait un enquêteur spécial pour décider s’il devrait y avoir une enquête publique sur les informations faisant état d’ingérence chinoise dans les élections au Canada, a rapporté AP News.

L’objectif principal de sa décision est de coordonner la stratégie diplomatique du Canada avec celle des États-Unis, mais cela finira par nuire à l’image nationale du Canada, le réduisant au statut de «suiveur des États-Unis», ont averti les observateurs.

La raison de cette enquête est que le Canada tient à prouver que sa stratégie diplomatique est coordonnée avec celle des États-Unis, a déclaré Li Haidong, professeur à l’Université des affaires étrangères de Chine, au Chine Direct.

« À cette fin, le Canada s’efforce de créer une atmosphère hostile dans sa société en faisant la promotion des problèmes négatifs liés à la Chine », a déclaré Li.

Suivant les traces des États-Unis, le Canada a récemment intensifié ses efforts visant la Chine dans une série de mesures, notamment en vantant les prétendues « tentatives de surveillance aérienne et maritime » et les « bouées de surveillance » dans l’Arctique par la Chine, ainsi que « l’ingérence chinoise » dans l’élection présidentielle de 2021.

Yao Peng, secrétaire général adjoint du Centre d’études canadiennes de l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Chine Direct que les États-Unis profitent le plus de la tension actuelle dans les relations sino-canadiennes, tandis que le Canada dépendra davantage des importations américaines et deviendra partie importante de la restructuration de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie de haute technologie aux États-Unis. Cela atteindra l’objectif de Washington de coordonner davantage le rythme d’Ottawa avec le sien et même de contrôler le Canada dans de nombreux domaines.

« Si le Canada continue de suivre la politique étrangère américaine de cette manière, quand les gens penseront au Canada, ils penseront à un partisan américain », a déclaré Li. « Une telle décision nuirait à la fois à l’amélioration des relations sino-canadiennes et à l’image internationale du Canada. »

A lire également