Experts attend the 2023 China-Germany Forum on Human Rights Development at the Capital Hotel in Beijing on October 31, 2023. Photo: Zhang Changyue/GT

Des experts participent au Forum Chine-Allemagne 2023 sur le développement des droits de l’homme à l’hôtel Capital à Pékin, le 31 octobre 2023. Photo : Zhang Changyue/GT

« S’accuser mutuellement d’être partiaux sur les questions de droits de l’homme et simplement mettre l’accent sur l’opposition et les différences ne fonctionne pas. Au lieu de cela, nous devrions chercher ce qui peut être fait ensemble sur la base de la reconnaissance des différences d’idées », a déclaré un ancien haut responsable allemand à un forum sur les droits de l’homme organisé mardi par une organisation sociale chinoise et allemande.

« La Chine et l’Allemagne ont des points de vue différents sur les droits de l’homme, mais les représentants des deux côtés du forum n’évitent pas d’en parler car la coopération est très, très importante. Nous avons ce forum parce que nous voulons explorer diverses possibilités et trouver un terrain d’entente. pour construire la coopération », a déclaré l’ancienne ministre allemande de la Justice Herta Daubler-Gmelin lors du Forum Chine-Allemagne 2023 sur le développement des droits de l’homme qui s’est tenu à Pékin.

Daubler-Gmelin a souligné que le concept des droits de l’homme ne devrait pas être séparé et séparé en tant que droits collectifs et droits individuels, car ils sont les deux faces d’une même médaille et doivent être valorisés de la même manière. « Nous devons apprendre les uns des autres, et personnellement, j’ai lu et appris diverses initiatives mondiales proposées par la Chine », a déclaré Daubler-Gmelin.

Organisé conjointement par la Fondation chinoise pour les droits de l’homme et la Fondation allemande Friedrich-Ebert, le forum de cette année s’est concentré sur la coopération internationale au développement et a invité des universitaires et des responsables des droits de l’homme travaillant à promouvoir le développement mondial des droits de l’homme.

Fu Zitang, ancien président de l’Université de science politique et de droit du Sud-Ouest, préconise une approche partagée et collaborative de la gouvernance des droits de l’homme.

« Il n’existe pas de modèle idéal parfait pour les droits de l’homme, et les droits de l’homme ne devraient pas non plus être utilisés comme un outil de pression ou d’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays. Les différents pays devraient se respecter, s’embrasser, communiquer et apprendre les uns des autres pour enrichir collectivement les formes des droits de l’homme pour l’humanité », a déclaré Fu.

La situation des droits de l’homme dans le monde est confrontée à de graves défis compte tenu des conflits régionaux plus fréquents, des vents contraires de la mondialisation, du ralentissement de l’économie mondiale et de l’écart de développement élargi, a souligné Zuo Feng, vice-président et secrétaire général de la Fondation chinoise pour le développement des droits de l’homme, à l’occasion de l’événement. le forum.

Selon l’ONU, plus de 800 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim et 350 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. Le dernier rapport mondial sur les crises alimentaires indique qu’environ 258 millions de personnes dans 58 pays sont confrontées à des crises alimentaires ou pire, et que dans sept pays, elles risquent la famine.

Quels que soient les changements survenus dans la situation internationale ou l’émergence de sujets d’actualité, la question du développement ne doit pas être ignorée et doit toujours rester au centre de l’agenda international, a déclaré Zuo.

Christine Toetzke, directrice générale de l’Asie, de l’Amérique latine, du Moyen-Orient et de l’Europe de l’Est et du Sud-Est au ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, a déclaré que personne ne devrait être laissé pour compte, en particulier les personnes marginalisées telles que les personnes handicapées, les enfants et les personnes sexuellement touchées. minorités. Des mécanismes de suivi de la mise en œuvre des efforts sont également nécessaires.

Pour stimuler la coopération internationale au développement, la Chine et l’Europe doivent se considérer comme des opportunités complémentaires, a déclaré Zhou Taidong, directeur adjoint du Centre pour la connaissance internationale sur le développement.

« L’aide au développement chinoise présente l’avantage de mettre davantage l’accent sur le développement des infrastructures, avec moins de bureaucratie et une plus grande efficacité. De plus, l’aide de la Chine s’accompagne de moins d’exigences supplémentaires, ce qui permet aux parties bénéficiaires une plus grande liberté politique », a noté M. Zhou.

L’approche de la Chine, qui donne la priorité au développement des infrastructures et à la croissance économique, ne doit pas être considérée comme une menace mais plutôt comme un complément important pouvant fonctionner en coordination avec les pays européens, a déclaré Zhou.

De 2011 à 2020, près de la moitié des fonds de développement des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques ont été alloués au développement social tel que l’éducation, l’égalité des sexes, la santé, l’eau et l’assainissement. Les investissements dans les infrastructures et l’industrie manufacturière ne représentaient qu’environ 20 pour cent.

A lire également