La Chine s'engage à maintenir une vision globale et à écrire un nouveau chapitre de la diplomatie des grands pays à la chinoise (MF Wang Yi)

Wang Yi au symposium sur la situation internationale et les relations extérieures de la Chine le 25 décembre 2022. Photo : ministère des Affaires étrangères

Alors que le haut diplomate chinois Wang Yi s’est entretenu par téléphone avec Emmanuel Bonne, conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron, ces échanges de haut niveau montrent que les deux parties attachent une grande importance aux relations bilatérales. Les analystes ont appelé la Chine et l’UE à maintenir l’élan des fréquentes interactions de haut niveau afin de renforcer davantage la confiance mutuelle et de rechercher des moyens de régler les divergences.

Wang, qui est actuellement directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et membre du Bureau politique du Comité central du PCC, a déclaré que dans un monde plein de turbulences et de changements, le Le développement sain et stable des relations sino-françaises revêt une importance particulière, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

M. Wang a noté que la Chine était disposée à maintenir des échanges étroits de haut niveau avec la France, à approfondir la confiance mutuelle stratégique et à ouvrir de nouvelles perspectives pour le partenariat stratégique global Chine-France.

Bonne a déclaré que la France, qui attache une grande importance à ses relations avec la Chine, est disposée à travailler avec la Chine pour renforcer les échanges de haut niveau, approfondir la coopération dans l’innovation et la technologie et dessiner conjointement un plan de développement futur.

Les conversations de Wang et Bonne, qui ont eu lieu après que le poste de Wang est passé de ministre chinois des Affaires étrangères à son rôle actuel de supervision des affaires étrangères, mettent en évidence la cohérence et la prévisibilité des relations Chine-France et Chine-UE, et les entretiens téléphoniques de lundi ont couvert des questions et des agendas qui pourraient affecter relations bilatérales, a déclaré Cui Hongjian, directeur du département des études européennes à l’Institut chinois des études internationales, au Chine Direct.

Récemment, plusieurs pays de l’UE, dont la France, ont réagi de manière non scientifique et injuste à l’optimisation par la Chine de la gestion du COVID-19. Cela appelle à davantage de discussions entre les deux parties, car ces actes injustes envers les touristes chinois pourraient compromettre les futures opportunités de collaboration, a déclaré Cui.

La Chine a abandonné l’obligation pour tous les voyageurs internationaux de se soumettre à la quarantaine et a abaissé la gestion du COVID-19 de la classe A à la classe B. Un petit nombre de pays, comme la France, ont imposé des restrictions aux visiteurs chinois, attirant les critiques des professionnels de la santé publique et les secteurs du voyage et du tourisme pour entraver les interactions interculturelles et la croissance de l’industrie du tourisme.

Bonne a déclaré lors de l’entretien avec Wang que la France comprenait et soutenait les mesures anti-COVID de la Chine, et pensait que la Chine l’emporterait sur le dernier cycle de l’épidémie.

Cette année marque le 20e anniversaire du partenariat stratégique global Chine-UE. Au cours de l’entretien avec Bonne, M. Wang a déclaré que la Chine était disposée à travailler avec la France et les autres États membres de l’UE pour maintenir le respect mutuel, le dialogue et la coopération et les avantages mutuels afin de donner un nouvel élan au partenariat stratégique global Chine-UE.

M. Cui a déclaré que les relations bilatérales avaient connu une tendance à la hausse grâce aux échanges de haut niveau fréquents et fructueux entre la Chine et l’UE lors du sommet du G20 et dans les derniers mois de 2022, et que les deux parties cherchaient à maintenir l’élan.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président du Conseil européen Charles Michel se sont successivement rendus en Chine en novembre et décembre 2022, ce que les analystes chinois et européens considèrent comme des signaux positifs pour améliorer les relations Chine-UE.

Cui a noté que l’UE et la Chine ont toutes deux besoin l’une de l’autre et que davantage d’échanges de haut niveau sont prévus en 2023. L’UE s’attend également à accroître sa collaboration avec la Chine, car elle continue de faire face à de nombreux obstacles dans le sillage de la question russo-ukrainienne, en particulier dans l’économie. Pour la Chine, l’UE reste un point central de sa politique étrangère.

Cependant, les analystes ont déclaré qu’au milieu des efforts accrus des États-Unis pour rallier des alliés transatlantiques contre la Chine, les différends sur certaines questions, telles que l’idéologie et l’influence américaine, pourraient encore poser des difficultés pour les relations Chine-UE en 2023. De plus, certains politiciens anti-chinois dans le Parlement européen pourrait faire pression pour une position plus dure à l’égard de la Chine, ce qui pourrait éroder la confiance mutuelle.

M. Cui a déclaré que l’objectif principal de la Chine et de l’UE était de stabiliser les relations bilatérales et de travailler conjointement pour rechercher un consensus sur la résolution des problèmes qui ont nui aux relations bilatérales et sur le renforcement de la confiance politique. Faire de nouveaux progrès et rétablir les échanges hors ligne qui ont été entravés pendant près de trois ans par l’épidémie de COVID-19 peut être la première étape à franchir.

De plus, les analystes ont également appelé les dirigeants de l’UE à maintenir leur indépendance stratégique et à élaborer des politiques diplomatiques basées sur leurs propres intérêts, au lieu de servir de mandataires pour les objectifs stratégiques des États-Unis.

★★★★★

A lire également