COVID-19 testing Photo: VCG

Tests COVID-19 Photo : VCG

Des scientifiques chinois auraient publié la première étude sur le COVID long, trois ans après la primo-infection.

Selon la dernière étude menée conjointement par les équipes dirigées par Cao Bin de l’hôpital de l’amitié sino-japonaise et Zhang Dingyu, directeur de l’hôpital Jinyintan de Wuhan, environ la moitié des survivants du COVID-19 présentaient au moins un symptôme de séquelle trois ans après l’apparition des symptômes. .

Les symptômes de longue durée du COVID les plus répandus étaient la fatigue ou la faiblesse musculaire et la perte de cheveux. L’étude, publiée dans la version de médecine respiratoire de The Lancet le 21 décembre, a noté que par rapport aux survivants sans COVID long, ceux avec un long COVID avaient une proportion plus élevée de réinfection et étaient plus sujets à la pneumonie après une réinfection.

L’étude a souligné que la plupart des symptômes longs du COVID trois ans après leur apparition étaient légers à modérés, la fonction pulmonaire se rétablissant à des niveaux similaires à ceux des témoins appariés.

Les survivants avec un long COVID ont montré une proportion plus élevée de réinfection et ont signalé des symptômes nouveaux ou aggravés trois mois après l’infection par Omicron (B.1.1.529), par rapport à ceux sans long COVID. La réinfection a augmenté l’apparition des symptômes mais n’a pas eu d’impact notable sur la réduction de l’activité quotidienne, comme mentionné dans l’étude.

Même si la fonction des organes des survivants du COVID-19 s’est améliorée au fil du temps, les scientifiques de l’étude ont averti que les personnes présentant des symptômes graves et longs du COVID, une fonction organique anormale ou une mobilité limitée devraient recevoir une attention urgente dans la pratique clinique et la recherche futures.

Avant cette étude, il n’existait aucune donnée sur la prévalence du COVID long trois ans après la primo-infection, ni aucune preuve sur les effets d’une réinfection chez les personnes présentant des symptômes longs du COVID. Par conséquent, les scientifiques ont mené l’étude pour étudier les résultats de santé sur trois ans des survivants du COVID-19 et l’impact de la réinfection par Omicron, comme détaillé dans l’article publié.

Dans cette étude de cohorte longitudinale monocentrique, des participants atteints de COVID-19 confirmé, sortis de l’hôpital Jinyintan entre le 7 janvier et le 29 mai 2020, ont été recrutés. L’hôpital Jinyintan était l’un des principaux hôpitaux de première ligne en Chine contre le SRAS-CoV-2.

Les participants ont subi trois visites de suivi à 6 mois (du 16 juin au 13 septembre 2020), à 1 an (du 16 décembre 2020 au 7 février 2021) et à 2 ans (du 16 novembre 2021 au 10 janvier 2022). apparition post-symptôme.

Au suivi d’un an, des témoins communautaires sans antécédents d’infection par le SRAS-CoV-2 ont été recrutés dans deux communautés de Wuhan. Au suivi de 2 ans, ils ont été appariés (1:1) avec des survivants du COVID-19 qui ont subi des tests de fonction pulmonaire.

L’étude a mené un suivi de 3 ans, du 23 février 2023 au 20 avril 2023, après la vague Omicron de l’hiver 2022. Les survivants éligibles du COVID-19 et les témoins communautaires appariés lors du suivi de 2 ans ont été invités à la clinique externe de l’hôpital pour des questionnaires en face à face, un test de marche de 6 minutes (6MWT) et des tests de laboratoire. Un sous-groupe a subi des tests de la fonction pulmonaire, sélectionnés sur la base des scores de l’échelle de gravité de la maladie pendant l’hospitalisation.

Les survivants présentant des images pulmonaires anormales au suivi de 2 ans ont reçu une autre évaluation par tomodensitométrie haute résolution. Les participants avec et sans COVID long à 2 ans ont été identifiés, et les principaux résultats du suivi à 3 ans comprenaient les symptômes de séquelles, l’infection à Omicron, la fonction pulmonaire et l’imagerie thoracique.

Les résultats ont révélé que parmi les 1 359 survivants du COVID-19 qui ont effectué un suivi de 2 et 3 ans, 728 (54 %) présentaient au moins un symptôme de séquelle 3 ans après l’apparition des symptômes, avant l’infection par Omicron, pour la plupart légers à légers. gravité modérée.

Lors de la vague Omicron, les participants atteints d’un long COVID à 2 ans présentaient une proportion de réinfection nettement plus élevée (573 [76 percent] de 753 contre 409 [67 percent] de 606 sans COVID long) et pneumonie (27 [5 percent] de 568 contre sept [2 percent] de 403).

Trois mois après l’infection par Omicron, 126 (62 %) des 204 survivants atteints d’une COVID longue à 2 ans ont signalé l’apparition ou l’aggravation de symptômes, significativement plus élevés que le groupe COVID non long (85 [41 percent] sur 205) et les contrôles communautaires (81 [40 percent] de 205). À l’inverse, aucune différence significative n’a été constatée entre les survivants de la COVID-19 sans longue COVID et les témoins communautaires appariés (85 [41 percent] de 205 contre 81 [39 percent] de 206).

La réinfection est apparue comme un facteur de risque de dyspnée, d’anxiété ou de dépression et de score sur l’échelle visuelle analogique EuroQol, mais pas de réduction de l’activité quotidienne à 3 ans. La fonction pulmonaire à 3 ans chez les survivants était similaire à celle des témoins communautaires appariés.
À 3 ans, des lignes irrégulières, des bronchectasies de traction, des lignes sous-pleurales et une opacité en verre dépoli ont été observées, mais le rapport volume de la lésion pulmonaire au poumon total n’était que de 0,2 à 0,3 pour cent.

A lire également