Photo: WeChat account of Air Force Medical University

Photo : compte WeChat de l’Université de médecine de l’Air Force

Des scientifiques chinois ont réussi à transplanter le foie d'un porc génétiquement modifié chez un humain en état de mort cérébrale, soumis à un traitement imitant un patient souffrant d'insuffisance hépatique, ce qui indique le potentiel des foies de porc modifiés génétiquement pour remplacer les foies humains. Il s’agit du tout premier cas signalé de xénotransplantation hépatique de porc à humain.

Les progrès réussis de cette recherche marquent une avancée significative dans le domaine de la xénotransplantation et une étape cruciale pour la recherche clinique sur la transplantation hépatique xénogénique, fournissant une base théorique et un support de données pour de futures applications cliniques.

Selon le compte WeChat officiel de l'Air Force Medical University, une équipe de recherche co-dirigée par Dou Kefeng, académicien de l'Académie chinoise des sciences, et Tao Kaishan, directeur du département de chirurgie hépatobiliaire de l'hôpital de Xijing affilié à Air Force Medical. L'Université a réussi à transplanter le foie entier d'un porc modifié sur plusieurs gènes dans le corps d'un patient en état de mort cérébrale, à titre de mesure auxiliaire, le 10 mars.

Au cours de l'intervention chirurgicale, le foie transplanté a commencé à sécréter de la bile immédiatement après le rétablissement du flux sanguin dans le corps du sujet, et aucun rejet suraigu n'a été observé. Il fonctionne en continu depuis plus de 96 heures.

La recherche a exploré pour la première fois la faisabilité de la xénotransplantation d'un foie de porc génétiquement modifié dans un corps humain, réalisant des percées en termes d'originalité en termes d'innovation théorique scientifique, de défis technologiques fondamentaux et d'applications médicales militaires. Il jouera un rôle irremplaçable dans le traitement et la réparation, la reconstruction fonctionnelle et la substitution des transplantations, notamment dans les transplantations d’organes vitaux.

La Chine compte près de 400 millions de patients atteints d'une maladie du foie, dont plus de 7 millions souffrent de cirrhose, et le nombre de patients souffrant d'insuffisance hépatique est de 300 000 à 500 000 chaque année. En cas d’insuffisance hépatique, la transplantation hépatique est le seul remède efficace. Cependant, le nombre d’organes donnés par des humains est bien inférieur à la demande. La recherche sur la xénotransplantation revêt donc une grande importance et devrait bénéficier à davantage de patients atteints d’une maladie hépatique terminale.

La recherche sur la xénotransplantation d’organes a fait de grands progrès ces dernières années. Entre 2021 et 2023, des chercheurs américains ont réalisé quatre expériences sur des sujets en état de mort cérébrale impliquant la greffe de reins provenant de porcs génétiquement modifiés et deux xénogreffes de cœur de porc à humain. Ces avancées médicales ont attiré une large attention.

Selon Dou, par rapport au rein et au cœur, l'anatomie et les fonctions physiologiques du foie sont plus complexes, de sorte que les foies de porcs génétiquement modifiés ne peuvent pas actuellement remplacer complètement ceux des humains. Mais l'expérience fournit une base théorique et un support de données pour l'application clinique de la xénotransplantation, a ajouté Dou.

Le porc génétiquement modifié utilisé dans la greffe du foie a été fourni par Clonorgan Biotechnology, basé à Chengdu. Les chercheurs ont utilisé la technologie d’édition génétique pour éliminer trois antigènes porcins responsables du rejet et les ont remplacés par trois protéines humaines.

Le receveur était un patient gravement blessé à la tête qui a été certifié en mort cérébrale après trois évaluations. La famille a accepté de participer à la recherche scientifique sans compensation, contribuant ainsi à l'avancement de la science médicale.

L'équipe dirigée par Dou et Tao expérimente les xénotransplantations depuis 11 ans. Il avait déjà réalisé plusieurs greffes d’organes, de porcs à singes.

Temps mondial

A lire également