Staff members dispose medical waste outside a PCR (polymerase chain reaction) lab for nucleic acid testing in Xianyou County, southeast China

Des membres du personnel jettent des déchets médicaux à l’extérieur d’un laboratoire de PCR (réaction en chaîne par polymérase) pour les tests d’acide nucléique dans le comté de Xianyou, dans la province du Fujian (sud-est de la Chine), le 14 septembre 2021. Trois laboratoires de PCR ont été construits dans le comté pour renforcer la capacité de détection des acides nucléiques.Photo :Xinhua

La Chine est parfaitement en mesure de traiter les déchets médicaux générés par les tests d’acide nucléique COVID-19 dans le pays. La quantité de déchets est devenue une préoccupation, voire une excuse pour certains médias occidentaux pour critiquer les politiques anti-virus du pays. De plus, le système chinois de traitement des déchets a reçu l’approbation des autorités internationales, qui ont même introduit l’expérience dans d’autres pays.

Certains médias étrangers ont récemment affirmé que les combinaisons de protection, les cotons-tiges et les kits de test utilisés dans les tests d’acide nucléique normalisés pour le COVID-19 dans le cadre de la politique dynamique zéro COVID de la Chine pourraient créer une charge environnementale accrue. « Le mantra chinois des tests de masse COVID construit une montagne de déchets », a déclaré NDTV.

Cependant, il a été prouvé que les villes chinoises ont mis en place un système de collecte, de transport et d’élimination des déchets médicaux relativement complet et standardisé, et que les déchets médicaux dans les régions éloignées peuvent également être couverts, a appris lundi le Chine Direct auprès du ministère de la Santé. Déchets solides et produits chimiques relevant du ministère de l’Écologie et de l’Environnement (MEE), qui a déclaré le système chinois d’élimination des déchets médicaux en détail Pendant l’épidémie.

Les tests d’acide nucléique comprennent plusieurs liens tels que l’échantillonnage, le transport, les tests et les rapports. Des déchets solides sont générés dans tous les maillons, tels que les écouvillons jetés, les emballages, les masques et les vêtements de protection, qui présentent certains risques infectieux. Les déchets ont été triés et gérés selon les sources et les attributs.

Les déchets générés par les instituts d’analyse des acides nucléiques, y compris les instituts médicaux, les institutions de contrôle des maladies et les laboratoires d’analyses médicales tiers, sont éliminés en tant que déchets médicaux. Pour les déchets de tests antigéniques, qui sont utilisés par les instituts médico-sanitaires, le personnel isolé et les habitants des collectivités, s’ils sont liés à des cas positifs, ils seront également éliminés comme déchets médicaux, sinon ils seront gérés comme des ordures ménagères.

Chaque million de personnes générerait environ cinq tonnes de déchets de test d’acide nucléique, a appris le Chine Direct auprès du MEE.

Les tests d’acide nucléique sont un moyen important de prévention et de contrôle de l’épidémie à ce stade, et la Chine dispose d’une capacité suffisante pour éliminer les déchets des tests d’acide nucléique.

Depuis le déclenchement de l’épidémie de COVID-19 en 2020, la Commission nationale du développement et de la réforme, la Commission nationale de la santé et de la santé, le ministère de l’Écologie et de l’Environnement et d’autres départements gouvernementaux ont successivement publié plusieurs règlements pour guider et exhorter les gouvernements locaux à établir des installations d’élimination des déchets médicaux.

D’ici la fin de 2021, la Chine compte 540 unités centralisées d’élimination des déchets médicaux, qui pourraient éliminer 2,15 millions de tonnes de déchets médicaux par an, soit une augmentation de 39 % par rapport à 2019. Les régions locales ont également la capacité de répondre à une situation émergente.

En général, la capacité d’élimination des déchets médicaux du pays est suffisante pour répondre aux besoins de divers types d’élimination des déchets médicaux, y compris les déchets des tests d’acide nucléique. Depuis l’épidémie de COVID-19, tous les déchets médicaux ont été éliminés correctement.

La Chine a produit 1,18 million de tonnes de déchets médicaux en 2019, avec une capacité d’élimination des déchets cette année-là de 1,54 million de tonnes. En 2021, les déchets médicaux générés en Chine ont atteint 1,4 million de tonnes, dont 196 000 déchets liés à l’épidémie ont été déminés dans la journée.

Après l’épidémie de COVID-19 en 2020, le MEE a publié plusieurs documents pour renforcer la surveillance environnementale et les mesures de service.

La même année, le ministère a publié une norme de contrôle de la pollution sur l’élimination des déchets médicaux, qui réglemente les limites de concentration des émissions de dioxines et de métaux lourds dans les gaz de combustion de l’incinération des déchets médicaux.

Actuellement, l’élimination des déchets médicaux en Chine a suivi la norme et les risques environnementaux sont généralement contrôlables.

Au cours des cinq derniers mois, le taux de charge quotidien moyen des installations d’élimination des déchets médicaux dans les villes (préfectures) et les municipalités impliquant des zones à risque moyen et élevé à travers le pays a été inférieur à 90 %. Environ 97 % des régions sont inférieures à 80 % et 71 % des régions sont inférieures à 50 %.

Par exemple, lors de la dernière vague d’épidémies locales à Shanghai cette année, la quantité maximale de déchets médicaux générés a atteint 1 420 tonnes par jour, dont 4,2 fois début mars. Sous l’instruction du MEE, la capacité d’élimination journalière de 404 tonnes a été progressivement portée à 1 585 tonnes par jour. Du 1er mars au 30 juillet, les 108 000 tonnes de déchets médicaux générés à Shanghai ont été correctement éliminées.

Sous la supervision et le contrôle des départements de la santé, de l’environnement, des transports et de la gestion urbaine, les déchets des tests d’acides nucléiques ont été correctement éliminés et les risques sont maîtrisables.

Dès 2004, un projet entre le ministère chinois de la protection de l’environnement et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) sur la gestion durable des déchets médicaux a été approuvé. Il a promu le processus de réduction et de détoxification des déchets médicaux en Chine, menant à environ 40 politiques, réglementations, normes et instruments, selon le MEE.

Pendant l’épidémie de COVID-19, l’ONUDI a également aidé à l’élimination des déchets médicaux et a apprécié les réalisations du travail de gestion et d’élimination des déchets médicaux en Chine dans le cadre du processus de prévention et de contrôle de l’épidémie.

Sur la base de l’expérience de travail pendant l’épidémie en Chine, l’ONUDI a produit un film de formation à la gestion des urgences liées aux déchets médicaux, qui a été rendu public sur ses réseaux sociaux officiels.

La Chine a également partagé son expérience et sa sagesse en matière d’élimination des déchets médicaux. Le 24 juin 2020, le Centre régional de la Convention de Bâle pour l’Asie et le Pacifique a publié le Handbook of Emergency Disposal and Management of Medical Waste in China aux 187 parties contractantes du monde entier.

Grâce au Programme des Nations Unies pour le développement, l’expérience de la Chine face au COVID-19 est également utile pour la gestion des déchets médicaux au Laos, aux Philippines, au Myanmar, au Cambodge et au Népal.

★★★★★

A lire également