Hainan voit plus de cas de COVID-19, dont 70% causés par la variante XBB.1

Les touristes visitent l’ancienne rue des arcades à Haikou, dans la province de Hainan, pour découvrir le patrimoine culturel et goûter à la cuisine locale le 30 avril 2023. Photo : VCG

La province de Hainan, dans le sud de la Chine, a récemment connu une augmentation apparente des infections au COVID-19, dont 70 % ont été causées par la variante XBB.1 et ses sous-variantes. Mais les cas sont encore sporadiques et ont peu d’impact sur le système médical local, a déclaré vendredi le gouvernement provincial citant un expert local en contrôle et prévention des maladies.

Jin Yuming, un expert du centre de contrôle et de prévention des maladies de Hainan, a déclaré que les données montraient que les cas d’infection dans certains comtés et villes locaux avaient augmenté récemment et que le taux de patients fiévreux testés positifs pour COVID-19 avait augmenté, selon un communiqué de le gouvernement de Hainan.

Des experts ont étudié la situation et jugé que l’épidémie à Hainan en est encore à un stade de cas sporadiques, selon le communiqué.

La variante XBB.1 et ses sous-variantes ont été détectées dans plus de 70 % des cas.

Mais l’augmentation des infections jusqu’à présent n’a pas submergé le système de services médicaux locaux, n’affectant ni le nombre de visiteurs dans les cliniques locales de fièvre et les cliniques d’urgence ni le nombre de patients graves locaux hospitalisés dans des unités de soins intensifs, selon les experts.

Les experts ont appelé les gens à renforcer les mesures de protection individuelle, notamment le port de masques dans les lieux publics, le lavage des mains et le maintien de la distance sociale. Ils ont insisté sur le renforcement des mesures de protection dans les lieux et les groupes à haut risque.

De plus en plus de cas de COVID-19 ont été signalés non seulement à Hainan après que le pays a connu un boom du tourisme pendant les cinq jours de vacances du 1er mai du 29 avril au 3 mai. Au cours de cette période, un total de 274 millions de voyages ont été effectués à travers le pays. .

De nombreuses personnes ont publié des résultats positifs des tests antigéniques COVID-19 sur les plateformes de médias sociaux pendant les vacances.

Au milieu de l’apparente tendance à la hausse, le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a publié une étude sur les réinfections au COVID-19 dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, de décembre 2022 à janvier 2023. L’étude a montré que le taux de réinfection par le virus d’origine variante est de 50 % et celle des variantes Alpha et Delta est d’environ 35,2 %.

Le taux de réinfection par Omicron est d’environ 18,4 %, mais le taux de réinfection par Omicron trois à six mois après la première infection n’est que d’environ 4 %, selon le rapport.

Le rapport indique que 94,2% des patients réinfectés présentaient des symptômes et que seulement 7,7% d’entre eux avaient besoin d’une intervention médicale.

Le risque que la variante Omicron provoque une épidémie à grande échelle dans le Guangdong est faible, mais la surveillance des nouvelles variantes et l’enquête sur le niveau d’anticorps de la population sont toujours nécessaires, a conclu le rapport.

Selon un autre rapport basé sur les données de 189 pays et régions publié par le centre, une deuxième vague de l’épidémie basée sur Omicron se produit généralement cinq à sept mois après la première vague.

Certains médecins de Xi’an, de la province du Shaanxi (nord-ouest de la Chine) et de la province du Zhejiang (est de la Chine) ont déclaré aux médias qu’ils avaient récemment observé une légère augmentation du nombre de patients atteints de COVID-19 dans les cliniques. Mais les symptômes de ces patients étaient plus légers que ceux infectés lors des vagues précédentes de la pandémie.

Certains des patients récents sont des personnes qui n’avaient pas été infectées lors de la première vague. Ceux qui ont été réinfectés étaient pour la plupart des personnes qui venaient de rentrer de l’étranger ou qui avaient eu des contacts étroits avec des rapatriés de l’étranger, a déclaré aux médias un médecin nommé Lü Fangfang de l’hôpital Sir Run Run Shaw affilié à l’école de médecine de l’Université du Zhejiang. .

De nouvelles variantes comme XBB peuvent augmenter le risque de deuxièmes infections, mais l’échelle ne serait pas aussi importante que la première vague, a déclaré Lü.

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli et les maladies sous-jacentes courent un risque plus élevé de réinfection, ont déclaré des experts. Mais ils ont prédit qu’une deuxième vague n’est pas probable en Chine à court terme, car la majorité de la population a développé une immunité après la première vague d’infections et de vaccinations de masse.

« De décembre à aujourd’hui, près d’un tiers de ceux qui n’ont pas été infectés lors de la dernière vague sont progressivement infectés. Plus tard, de plus en plus de ceux qui n’ont pas contracté le COVID-19 seront infectés, mais le pic ne sera pas dépasser même 10 % de ce chiffre en décembre de l’année dernière », a déclaré Wang Guangfa, un expert respiratoire du Premier hôpital de l’Université de Pékin, au Chine Direct.

Cela signifie qu’il n’y aura pas de forte pression sur les hôpitaux et le système médical chinois, selon Wang, qui a déclaré qu’une deuxième vague pourrait survenir en septembre de cette année.

Temps mondiaux

A lire également