Inverser la dégradation de l'environnement, stimuler le développement à faible émission de carbone le long du fleuve Jaune

Une vue aérienne du fleuve Jaune en amont alors qu’il traverse la préfecture autonome tibétaine d’Aba et Qiang dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) Photo : VCG

Au cours des derniers milliers d’années, les Chinois étaient toujours à la recherche d’un doux fleuve Jaune, et la protection de l’écologie et de l’environnement le long du fleuve Jaune a été un processus important. Au cours des dernières années, la conservation écologique et le développement de haute qualité du bassin du fleuve Jaune ont connu un développement significatif, l’état écologique du bassin s’est considérablement amélioré.

Bien que le bassin du fleuve Jaune ne contienne que 2 % de la source d’eau en Chine, il fournit de l’eau à 12 % de l’ensemble de la population, 17 % des terres cultivées et plus de 50 villes. Le taux d’utilisation des ressources en eau dans ce bassin est aussi élevé que 80 pour cent, ce qui est bien supérieur à 40 pour cent, la ligne d’alerte écologique des bassins fluviaux. La pénurie de ressources en eau est un problème majeur pour le fleuve Jaune.

Par ailleurs, le bassin du fleuve Jaune, depuis son plateau glaciaire, sa steppe de prairie, jusqu’au désert de Gobi et la région du delta, est également fragile sur le plan écologique. Cela signifie que la dégénérescence est facile à produire, mais que l’écologie est difficile et lente à se rétablir.

Le bassin du fleuve Jaune a connu une grande amélioration de l’environnement écologique après des efforts de conservation continus.

La zone d’érosion des sols dans le bassin du fleuve Jaune a diminué de 48% en 2020 par rapport à 1990, et celle d’érosion intense des sols a été réduite de 83%, selon Xinhua.

De nombreux endroits, qui souffraient de tempêtes de sable, de sols salins et alcalins et d’inondations à la suite de la rupture de la digue ou du changement de cours du fleuve, sont sortis de la pauvreté grâce aux efforts de développement continus et à l’amélioration de l’environnement.

De grands animaux sauvages comme le léopard des neiges, le cerf à lèvres blanches et le mouton bleu sont réapparus à l’origine du fleuve Jaune.

Par ailleurs, le bassin du fleuve Jaune a accéléré la construction de grandes bases éoliennes et photovoltaïques sur le désert et le Gobi. La capacité installée d’énergie éolienne et photovoltaïque a atteint 140 millions de kilowatts et 120 millions de kilowatts dans le bassin du fleuve Jaune, représentant 46,7% et 43,3% de la capacité de l’ensemble du pays.