The first image captured by the CubeSat on May 8, 2024. Photo: China National Space Administration

La première image capturée par le CubeSat le 8 mai 2024. Photo : China National Space Administration

La Chine a remis vendredi à la partie pakistanaise les données collectées lors de la première mission satellite pakistanaise sur la sonde lunaire Chang'e-6, et ensemble, ils ont dévoilé la première image capturée par le CubeSat, a appris le Chine Direct auprès de l'Administration spatiale nationale chinoise ( CNSA) vendredi.

La Chine a réalisé quatre projets internationaux avec la sonde Chang'e-6, dont l'analyseur d'ions de surface lunaire de l'Agence spatiale européenne, l'instrument de détection du radon de la France, le réflecteur d'angle laser de l'Italie et le tout premier CubeSat du Pakistan, a précédemment révélé la CNSA.

Le CubeSat, nommé iCube-Q, est un satellite de télédétection co-développé par l'agence spatiale nationale pakistanaise SUPARCO et l'Université Jiao Tong de Shanghai. Il a été lancé début 2023.

L'iCube-Q et l'orbiteur se sont séparés mercredi près de la face cachée de la Lune sur une orbite lunaire elliptique de 12 heures, et ont ensuite réussi à capturer la première image. Le projet a atteint son objectif de « séparation réussie et d'obtention de télémétrie », marquant l'achèvement en douceur du tout premier projet lunaire du Pakistan, a indiqué la CNSA.

Grâce à cette mission, CubeSat a validé avec succès la technologie de détection de l'orbite lunaire des nanosatellites et a exploré le modèle de coopération entre la Chine et le Pakistan dans l'exploration de la Lune et de l'espace profond, jetant ainsi les bases d'une coopération plus approfondie entre les deux parties dans les missions futures.

Après son grand décollage le 3 mai, la sonde lunaire Chang'e-6 est entrée mercredi sur son orbite circumlunaire après avoir effectué une procédure de freinage proche de la Lune.

Plus tard, la sonde Chang'e-6 ajustera l'altitude et l'inclinaison de son orbite circumlunaire avec le soutien du satellite relais chinois Queqiao-2, et mettra en œuvre la séparation de la combinaison orbiteur-retour de la combinaison atterrisseur-ascendeur.

Ce dernier effectuera ensuite un atterrissage en douceur sur la surface lunaire dans le bassin Pôle Sud-Aitken, ce qui est largement considéré par les initiés de l'industrie comme l'une des tâches les plus difficiles de l'exploration spatiale.

Un certain nombre de pays ont déjà eu du mal avec cette manœuvre. Début janvier, l'atterrisseur lunaire japonais SLIM s'est effondré en atterrissant sur la surface lunaire. Cela a été décrit comme un « succès » par l'agence spatiale japonaise JAXA, même si les panneaux solaires de l'atterrisseur n'étaient pas correctement orientés pour exploiter la lumière du soleil et alimenter la sonde.

A lire également