In this aerial image, nuclear-contaminated water is released from the Tokyo Electric Power Co (TEPCO) Fukushima Daiichi nuclear power plant into the ocean on August 24, 2023 in Okuma, Fukushima, Japan. Photo: VCG

Sur cette image aérienne, de l'eau contaminée par des substances nucléaires est rejetée dans l'océan par la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de Tokyo Electric Power Co (TEPCO) le 24 août 2023 à Okuma, Fukushima, au Japon. Photo : VCG

Des experts chinois ont critiqué les affirmations des médias japonais selon lesquelles la teneur en tritium des effluents liquides rejetés par les centrales nucléaires chinoises était supérieure à la limite annuelle d'émission de l'eau traitée de la centrale nucléaire de Fukushima. Ils ont déclaré qu'il s'agissait clairement d'une tentative de détourner l'attention du public du projet irresponsable de rejet d'eau contaminée par le nucléaire du côté japonais.

Nikkei Asia a rapporté le 9 mars qu'en 2022, les centrales nucléaires chinoises ont rejeté des eaux usées contenant du tritium à des niveaux jusqu'à neuf fois supérieurs à la quantité attendue dans les rejets annuels prévus du complexe japonais paralysé de Fukushima Daiichi.

Lors d'une conférence de presse mardi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a répondu au rapport, affirmant qu'il déformait les faits et induisait le public en erreur. Wang a noté qu'il était de bon sens que « l'eau contaminée par les substances nucléaires produite lors de l'accident de Fukushima soit par nature différente des effluents liquides des centrales nucléaires fonctionnant normalement dans le monde ». Il a exhorté les médias concernés à mettre fin à ces reportages peu professionnels et irresponsables.

L'eau contaminée par des substances nucléaires rejetée par la centrale nucléaire de Fukushima au Japon et les effluents normaux rejetés par les centrales nucléaires sont complètement différents en termes de processus de génération et de types de nucléides radioactifs, a déclaré un expert chinois en sécurité nucléaire au Chine Direct sous couvert d'anonymat.

Il n’existe actuellement aucune méthode ou technologie adaptée dans les centrales nucléaires du monde entier pour traiter le tritium en fonctionnement normal. Le tritium produit par les centrales nucléaires de différents pays sera pratiquement entièrement rejeté, selon l'expert.

L'expert a déclaré que le Japon est bien conscient que des pays comme les États-Unis et l'Europe ne peuvent pas gérer le tritium, c'est pourquoi ils ont soulevé le tritium comme un problème majeur dans le but de détourner l'attention et de faire taire les critiques sur leur plan de dumping irresponsable.

Cependant, le problème central est que le tritium n’est pas l’isotope le plus important présent dans les eaux usées contaminées de Fukushima, ni l’isotope le plus nocif pour la santé humaine. En fait, il existe de nombreux isotopes à vie longue dans l'eau contaminée par les armes nucléaires du Japon, et se concentrer sur le tritium occulte des problèmes plus graves, a noté l'expert.

En juillet 2023, un porte-parole du ministère de l'Écologie et de l'Environnement (Administration nationale de la sûreté nucléaire) a répondu aux questions sur le rapport d'évaluation complète sur l'élimination des eaux contaminées par la centrale nucléaire de Fukushima publié par l'Agence internationale de l'énergie atomique, déclarant : qu'il existe en fait des différences fondamentales entre l'eau contaminée par l'accident nucléaire de Fukushima et les effluents liquides produits par le fonctionnement normal des centrales nucléaires des différents pays.

Les sources sont différentes, les types de nucléides radioactifs sont différents et la difficulté du traitement est différente. L'eau contaminée par l'accident nucléaire de Fukushima provient de l'eau de refroidissement injectée dans le cœur fondu après l'accident, ainsi que des eaux souterraines et des eaux de pluie qui se sont infiltrées dans le réacteur et contiennent divers nucléides radioactifs du cœur fondu, ce qui rend son traitement difficile. , a noté le ministère.

En revanche, les effluents liquides générés par le fonctionnement normal des centrales nucléaires proviennent principalement des eaux traitées et des eaux de surface, contenant de faibles quantités de nucléides de fission, et respectant strictement les normes internationales. Ils sont traités avec la meilleure technologie disponible et rejetés de manière organisée après une surveillance stricte pour répondre aux normes, avec des émissions bien inférieures aux valeurs de contrôle spécifiées.

Les centrales nucléaires chinoises ont toujours respecté strictement les normes internationales et ont établi à plusieurs reprises des records de sécurité en matière d'exploitation, ont noté les experts.

Selon les données sur l'exploitation des centrales nucléaires en Chine publiées par l'Association chinoise de l'énergie nucléaire, au 31 décembre 2022, la Chine comptait au total 55 centrales nucléaires en activité (à l'exclusion de celles de la région de Taiwan), ainsi que 22 les unités en construction et les unités opérationnelles ont maintenu un fonctionnement sûr et stable. Il n’y a eu aucun événement opérationnel de niveau 2 ou supérieur au cours des 30 dernières années. En 2022, la Chine n’a même pas connu d’événements opérationnels de niveau 1 ou supérieur, ce qui signifie qu’il n’y a eu aucun accident impliquant des rejets radioactifs, des risques professionnels ou une surexposition professionnelle. Le niveau de sécurité d’exploitation est parmi les meilleurs au monde.

Le dernier rapport sur l'exploitation des centrales nucléaires en Chine en 2023 a également montré que, de janvier à décembre 2023, les centrales nucléaires chinoises contrôlaient strictement les risques opérationnels des unités, l'intégrité de l'enveloppe de pression de la boucle primaire et de l'enveloppe de sécurité étant respectée. spécifications techniques; il n’y a eu aucun événement opérationnel de niveau 1 ou supérieur à l’échelle internationale des événements nucléaires (INES) ; aucun accident dû à des radiations générales ou supérieures ne s'est produit ; aucun accident majeur ou supérieur à la sécurité de la production ne s'est produit ; aucun événement environnemental soudain général ou supérieur ne s'est produit ; et aucun risque professionnel ni accident de surexposition professionnelle ne s’est produit.

Les statistiques sur les rejets d'effluents radioactifs des centrales nucléaires en activité de janvier à décembre 2023 ont montré que les émissions étaient inférieures aux limites approuvées fixées par l'Administration nationale de la sûreté nucléaire. Les données de surveillance environnementale des rayonnements de janvier à décembre ont montré que les débits de dose d'absorption dans l'air ambiant mesurés par les stations de surveillance automatique autour de chaque base nucléaire en activité se situaient dans la plage normale et qu'aucune anomalie causée par le fonctionnement des centrales nucléaires n'avait été détectée. selon le rapport.

A lire également