Students hold placards during an event to mark the World Malaria Day at a government hospital on the outskirts of Amritsar, India on April 25, 2022. Malaria remains a deadly disease around the world, primarily affecting children below the age of 5. In Southeast Asia, India is bearing the brunt, accounting for 80 percent of the region

Des étudiants tiennent des pancartes lors d’un événement pour marquer la Journée mondiale contre le paludisme dans un hôpital gouvernemental à la périphérie d’Amritsar, en Inde, le 25 avril 2022. Le paludisme reste une maladie mortelle dans le monde, affectant principalement les enfants de moins de 5 ans. En Asie du Sud-Est , l’Inde porte le poids, représentant 80% du fardeau du paludisme dans la région, selon les médias locaux. Photo : AFP

Les voyageurs entrants qui ont de la fièvre et ceux qui reviennent de pays et de régions où le paludisme est présent devraient subir des tests de dépistage du paludisme, a déclaré jeudi la Commission nationale de la santé (NHC), alors que les autorités sanitaires chinoises se sont engagées à renforcer la surveillance des cas de paludisme importés.

Dans un avis publié jeudi, le NHC a déclaré que les provinces du Guangdong (sud de la Chine), du Yunnan (sud-ouest de la Chine) et du Zhejiang (est de la Chine) ont signalé des cas de paludisme parmi les voyageurs entrants et que le risque d’épidémie et de retransmission du paludisme a augmenté.

Pour continuer à consolider la ligne de défense contre le paludisme, les gouvernements locaux, les points d’entrée et les lieux de quarantaine doivent renforcer la surveillance et le dépistage de la maladie transmise par les moustiques, a déclaré le NHC. Dans des mesures détaillées, le NHC a déclaré que ceux qui ont de la fièvre et ceux qui reviennent de pays et de régions où le paludisme est prévalent devraient subir des tests de dépistage du paludisme.

La Chine a été officiellement reconnue comme exempte de paludisme par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2021, une réalisation majeure de plusieurs générations de travail acharné sous la direction du gouvernement, la collaboration des départements, la mobilisation sociale et la participation du peuple. Il est également salué comme une étape importante dans l’histoire de la santé publique du pays.

Cependant, compte tenu des caractéristiques épidémiologiques du paludisme, les vecteurs de transmission et les conditions épidémiques du paludisme en Chine n’ont pas été fondamentalement modifiés et le risque de cas importés et de retransmission existe toujours dans des zones clés telles que les régions frontalières et les populations clés parmi les exportateurs de main-d’œuvre, a noté le NHC.

Les autorités sanitaires ont spécifiquement mentionné la prévention du paludisme dans le Yunnan, une province frontalière du Myanmar, du Laos et du Vietnam, affirmant que la surveillance sanitaire devrait couvrir les populations clés des villages et des comtés le long de la frontière et exhortant la province à protéger strictement la ligne de défense contre les cas importés.

Les autorités sanitaires ont souligné l’importance d’améliorer en permanence les systèmes de surveillance et d’alerte précoce, de maintenir un état de vigilance afin que, lorsque des foyers groupés sont découverts, les régions touchées par l’épidémie puissent lancer une alerte précoce et une réponse d’urgence en temps opportun pour prévenir les infections secondaires.

Par ailleurs, les régions qui présentent des risques de propagation du paludisme sont invitées à effectuer une veille épidémique et à aménager des lieux pertinents pour faire face à une éventuelle épidémie de paludisme. Pendant ce temps, l’état de santé des voyageurs entrants qui ont été libérés des lieux de quarantaine doivent également être suivis et vérifiés pour éviter la transmission, selon le NHC.

Le NHC a demandé aux services de santé locaux et aux instituts médicaux de dispenser des formations au personnel médical et de renforcer leur capacité à faire face à une épidémie de paludisme émergente.

Les efforts de la Chine contre le paludisme ont commencé dans les années 1950, lorsque la maladie sévissait dans les régions du sud du pays qui se trouvent à proximité d’autres points chauds en Asie du Sud-Est. Au cours des deux dernières décennies, la Chine a intensifié ses efforts et réduit le nombre de cas dans les années 1990 de 117 000 à 5 000 par an en fournissant une formation du personnel, du matériel de laboratoire, des médicaments et de nouvelles méthodes pour contrôler la propagation des moustiques, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

En avril 2016, la Chine a signalé son dernier cas contracté localement et aucun cas primaire local n’a été trouvé pendant quatre années consécutives après 2017. Puis, en juin 2021, la Chine a été certifiée exempte de paludisme par l’OMS.

★★★★★

A lire également