Les experts appellent au calme alors que quatre autres cas de monkeypox ont été confirmés dans deux villes chinoises

Photo : PCP

Vendredi, les autorités de Changsha et de Tianjin ont signalé quatre cas de monkeypox, le nombre total de cas cumulés sur la partie continentale de la Chine atteignant 10.

Trois cas de monkeypox ont été identifiés à Changsha, dans le Hunan (centre de la Chine), le 5 juillet, ont confirmé vendredi les autorités sanitaires locales, affirmant qu’elles avaient lancé une enquête épidémiologique et que les cas – trois hommes âgés de 24, 28 et 38 ans – recevaient un traitement dans des hôpitaux désignés. Ils sont tous dans un état stable, ont indiqué les autorités.

Vendredi également, un autre cas de monkeypox a été confirmé dans la municipalité de Tianjin, dans le nord de la Chine. La personne infectée reçoit un traitement dans un hôpital désigné et est dans un état stable, selon les responsables locaux.

Mardi, les autorités de Shenyang, dans la province du Liaoning (nord-est de la Chine), ont signalé un cas de monkeypox, le sixième cas de monkeypox signalé sur la partie continentale de la Chine depuis septembre 2022.

Le monkeypox est une maladie infectieuse causée par le virus du monkeypox. Il peut provoquer une éruption cutanée douloureuse, une hypertrophie des ganglions lymphatiques et de la fièvre. La plupart des gens peuvent se rétablir complètement, mais la gravité des symptômes varie, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En mai 2022, une épidémie de monkeypox est apparue soudainement et s’est propagée rapidement à travers l’Europe, les Amériques, puis les six régions de l’OMS, avec 110 pays et régions signalant environ 87 000 cas et 112 décès. L’épidémie mondiale a touché principalement, mais sans s’y limiter, les homosexuels, les bisexuels et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et s’est propagée de personne à personne par contact sexuel, a déclaré l’OMS dans un communiqué en avril.

L’OMS a déclaré l’épidémie de monkeypox une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) en juillet 2022 et a annoncé la fin de la situation en mai 2023.

Malgré une tendance à la baisse du nombre global de cas de monkeypox dans le monde, certains pays et régions constatent une augmentation des cas signalés, en particulier dans la région Asie-Pacifique.

En juin, la partie continentale de la Chine a signalé quatre cas de la maladie – deux à Pékin et deux à Guangzhou. Deux cas ont également été signalés au Sri Lanka, chez des patients ayant déjà voyagé à Dubaï. Plus tôt cette année, le monkeypox a également été détecté en Thaïlande, sur l’île chinoise de Taiwan, au Pakistan et au Japon, selon les médias.

La notification continue de cas de monkeypox a suscité l’inquiétude du public en Chine face à une propagation plus large de la maladie dans le pays. Les experts ont appelé au calme en disant qu’il est peu probable que la maladie conduise à une propagation à grande échelle car la maladie est relativement facile à détecter, à contrôler et à traiter.

Nous avons remarqué qu’il y a eu de plus en plus de cas de monkeypox en Chine, mais cela n’entraînera pas de transmission à grande échelle, car le risque de transmission du monkeypox est relativement facile à contrôler, grâce à des kits de détection rapide et à des mesures d’isolement efficaces. Une infection à monkeypox n’apparaît fondamentalement pas de manière asymptomatique, ont déclaré des experts aux médias locaux.

Le principal canal de transmission du monkeypox est le contact sexuel ou intime et, à l’heure actuelle, la principale population infectée est constituée d’hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, ce qui représente environ 95% de tous les cas selon l’OMS, Zhuang Shilihe, un expert médical basé à Guangzhou, La province de Guangzhou, dans le sud de la Chine, a déclaré samedi au Chine Direct.

Les rapports sexuels fréquents et non protégés ont été la principale cause d’infections au monkeypox au cours de l’année écoulée, et ce comportement à haut risque a également entraîné une incidence élevée d’autres maladies sexuellement transmissibles, qui peuvent également favoriser la propagation du monkeypox, a déclaré Zhuang, tout en notant que pour la plupart de la population, le risque d’être infecté par le virus du monkeypox est faible.

A lire également