Fishing boats berth at Zhapo port of Hailing island in Yangjiang city, south China

Des bateaux de pêche accostent au port de Zhapo sur l’île de Hailing dans la ville de Yangjiang, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), le 15 août 2022. Photo : China News Service/Chen Jimin


Alors que des centaines de bateaux de pêche s’enfonçaient dans la mer mardi après la fin du moratoire de pêche de trois mois et demi pour la mer de Chine méridionale, les gouvernements locaux des régions côtières du sud de la Chine ont renforcé les mesures anti-épidémiques pour les pêcheurs, notamment en interdisant contact avec du personnel étranger et se vante, pour éviter d’importer du COVID-19.

Ces mesures strictes ont été mises en place après que le commerce avec des pêcheurs étrangers aurait été soupçonné d’avoir déclenché l’épidémie de COVID-19 à Sanya, dans la province de Hainan (sud de la Chine), au début du mois.

De nombreux endroits de la province du Guangdong (sud de la Chine) ont mis en garde les pêcheurs contre les risques d’infection au COVID-19 avant la fin de l’interdiction de pêche estivale.

Les personnes à bord de chaque bateau de pêche devraient faire vérifier leurs codes de santé et leur température avant de sortir en mer, selon un avis envoyé aux habitants de Shantou, dans le Guangdong, qui a été fourni au Chine Direct par un responsable local mardi.

L’avis indiquait qu’il était interdit aux pêcheurs d’entrer en contact avec des personnes ou des bateaux d’outre-mer, ainsi qu’avec des personnes provenant de zones à risque moyen et élevé en Chine. S’ils ont eu des contacts avec l’une de ces personnes, ils doivent le signaler au gouvernement local.

Le district de Fanyu à Guangzhou, capitale du Guangdong, a même converti un navire en un point de test d’acide nucléique, afin que les pêcheurs puissent être testés avant de retourner au port. Ces pêcheurs ne peuvent débarquer que si les résultats de leurs tests sont négatifs, selon un avis du gouvernement du district de Fanyu.

La ville de Beihai, dans la région autonome Zhuang du Guangxi (sud de la Chine), qui a également fait face à une épidémie de COVID-19 en juillet qui a bloqué plus de 2 000 touristes, a annoncé mardi son intention de revenir à « un contrôle et une prévention normalisés du COVID-19 » lorsque les cas diminueront. Les pêcheurs de Beihai doivent montrer leurs codes de santé verts (qui indiquent que la personne est à l’abri du COVID-19 et non un contact étroit), ainsi qu’un test d’acide nucléique valide de 48 heures, avant de retourner au travail.

Ces mesures strictes pour les pêcheurs sont intervenues après que Sanya, une plaque tournante touristique de Hainan, dans le sud de la Chine, a connu une épidémie de COVID-19 au début du mois, qui, selon certains médias, aurait pu être déclenchée par le commerce de la pêche avec des étrangers.

Hainan a signalé un total de 10 093 cas du 1er août à mardi, ont déclaré des responsables provinciaux de la santé lors d’une conférence mardi.

Le gouvernement provincial a déclaré mardi que tous les ports et bateaux de pêche resteront sous « gestion statique » du mardi au 22 août.

Lorsqu’on lui a demandé si la fin du moratoire sur la pêche alimenterait le risque de cas importés, un immunologiste basé à Pékin, qui a requis l’anonymat, a déclaré au Chine Direct qu’un tel risque ne pouvait être ignoré. Pourtant, avec des mesures strictes de prévention du COVID-19 en place, telles que des tests d’acide nucléique fréquents et la coupure des contacts avec les pêcheurs étrangers, le risque peut être réduit à un niveau minimal, a déclaré l’immunologiste.

★★★★★

A lire également