Les 20 mesures optimisées de la Chine sont un raffinement par rapport aux mesures efficaces précédentes contre le COVID-19 (responsable de la santé)

Les habitants du district de Chaoyang à Pékin subissent des tests d’acide nucléique dans leur quartier. Les nombreux sites de test d’acide nucléique de la ville pour les tests à grande échelle qui avaient été installés le long des routes et autour des zones commerciales et de bureaux ont été temporairement fermés dans le district de Chaoyang à partir de lundi. Photo: ifeng

Pékin a signalé samedi un nouveau décès lié au COVID-19, le premier décès de ce type dans le pays en près de six mois après la confirmation du dernier décès le 26 mai à Shanghai.

Un homme de 87 ans est décédé samedi d’une septicémie déclenchée par une grave infection pulmonaire. L’homme aurait souffert de symptômes de toux sèche le 11 novembre et a été confirmé positif au COVID-19 deux jours plus tard.

Jin Ronghua, doyen de l’hôpital Ditan de Beijing de l’Université médicale de la capitale, a révélé plus de détails sur le patient lors de la conférence de presse de dimanche. Jin a déclaré que l’homme souffrait d’hypertension à long terme, d’un infarctus cérébral et d’une atrophie cérébelleuse, et avait été transféré à l’hôpital Ditan de Beijing pour y être soigné le 13 novembre et avait une tendance à la septicémie.

« Le patient a subi un choc septique samedi, qui a un taux de mortalité aussi élevé que 75%. La famille du patient a renoncé à un traitement médical invasif pour l’individu après que l’hôpital l’a pleinement informé de la situation », a déclaré Jin.

Selon les statistiques publiées par la commission nationale de la santé, cela fait plus de six mois que la Chine a signalé ses deux derniers décès dus au COVID-19 à Shanghai les 25 et 26 mai respectivement. Ces deux cas concernaient une femme de 87 ans et une femme de 63 ans qui sont toutes deux décédées de maladies sous-jacentes.

Pékin a signalé samedi 621 nouveaux cas de COVID-19, dont 122 ont été identifiés en dehors des zones de quarantaine grâce à des tests de dépistage au niveau communautaire, ce qui a poussé de nombreux restaurants à suspendre les services de restauration.

Plusieurs écoles du district oriental de Tongzhou à Pékin sont revenues aux cours en ligne à partir du 20 novembre pendant une semaine.

Des responsables du district de Chaoyang à Pékin, un important centre d’affaires et diplomatique, ont exhorté samedi les résidents à rester chez eux, à la suite de deux avis publiés sur son compte officiel WeChat vendredi conseillant aux résidents d’éviter les déplacements entre les districts et les grands rassemblements pendant le week-end.

Samedi, le district de Fangshan, dans la banlieue de Pékin, a exhorté les personnes entrant de l’extérieur du district à signaler directement leurs antécédents de voyage et à subir des tests supplémentaires.

Sept autres districts, dont Dongcheng, Xicheng, Tongzhou, Yanqing, Changping, Shunyi et Haidian, ont également publié des avis via leurs comptes de médias officiels appelant les gens à réduire les déplacements entre les districts et à éviter les déplacements inutiles.

★★★★★

A lire également