Pékin examine le projet d'amendement du règlement sur la protection des mineurs pour interdire les services de tatouage et de cosmétologie médicale

Des enfants peignent d’après nature dans un parc de Pékin le 29 octobre 2022. Photo : IC

La plus haute législature de Pékin a examiné jeudi un projet d’amendement de la réglementation locale sur la protection des mineurs pour prévenir les brimades à l’école et la dépendance à Internet, et interdire les services de cosmétologie médicale et de tatouage aux mineurs.

Afin de garantir la sécurité du campus, la prévention du harcèlement à l’école a été incluse dans le projet d’amendement qui proposait que les écoles et les jardins d’enfants protègent les droits et intérêts légitimes des élèves mineurs et des enfants à l’école et au jardin d’enfants.

Par exemple, les écoles et les jardins d’enfants devraient prévenir le harcèlement scolaire, prévenir, intervenir et corriger les comportements mauvais ou gravement mauvais, ainsi que prévenir et traiter les agressions sexuelles, le harcèlement sexuel et d’autres comportements qui nuisent à la santé physique et mentale des mineurs.

Par le biais d’instructions et de patrouilles dans les écoles et les jardins d’enfants, le service de la sécurité publique peut instruire et superviser les écoles et les jardins d’enfants pour qu’ils remplissent leurs obligations de gestion de la sécurité et pour maintenir la sécurité et l’ordre autour des écoles et des jardins d’enfants conformément aux lois.

Le projet d’amendement stipulait également qu’il était interdit de fournir de la cosmétologie médicale aux mineurs sans l’autorisation de leurs tuteurs.

Les contrevenants seront condamnés à une amende comprise entre 10 000 yuans (1 399,93 $) et 50 000 yuans et recevront des avertissements du département de la santé et des médecins concernés se verront ordonner de suspendre leur activité pendant un à six mois.

Le projet d’amendement interdit également le service de tatouage aux mineurs et les contrevenants se verront confisquer leurs gains illégaux et une amende de 10 000 yuans à 50 000 yuans. Ceux qui refusent de corriger leurs actes répréhensibles ou causent de graves conséquences se verront ordonner de suspendre leurs activités pour rectification et pourront être condamnés à une amende de 50 000 yuans à 500 000 yuans.

En outre, le jeu de rôle de meurtre mystérieux, également connu sous le nom de soi-disant meurtres à scénario, et le jeu d’évasion de salle doivent indiquer la tranche d’âge appropriée et les opérateurs de jeux inadaptés aux mineurs ne doivent pas autoriser les mineurs à participer. De plus, ces jeux ne seront pas proposés aux mineurs sauf lors des fêtes nationales et des vocations d’été et d’hiver.

Pendant ce temps, les e-cigarettes, les loteries ne devraient pas être vendues aux mineurs.

Le projet d’amendement proposait également d’établir un système d’examen sur Internet des informations susceptibles d’affecter négativement ou de nuire à la santé physique et mentale des mineurs, ou de profiter d’Internet pour mener des actions illégales et pénales contre des mineurs.

En outre, le projet d’amendement notait également une mesure visant à empêcher les mineurs de devenir obsédés par les produits et services Internet en mettant en place des fonctions de gestion connexes.

Temps mondiaux

★★★★★

A lire également