Shanghai fournira un vaccin en aérosol sous forme de rappels, dernière initiative en Chine pour explorer une meilleure stratégie de vaccination au milieu des mutations

Ligne de production d’un vaccin COVID-19 à base de vecteur adénovirus de type 5 en aérosol (Ad5-nCoV) développé par CanSino Biologics Photo : Avec l’aimable autorisation de CanSino

Shanghai est devenue mardi la première ville de Chine à fournir un vaccin COVID-19 à base de vecteur d’adénovirus de type 5 en aérosol développé au niveau national (Ad5-nCoV) pour les injections de rappel tandis que le pays continue d’explorer de nouvelles et meilleures stratégies de vaccination de masse face à la virus à mutation rapide.


Le gouvernement municipal de Shanghai a annoncé sur son compte WeChat que les réservations avaient été ouvertes et que la vaccination commencerait mercredi.

Les réservations sont ouvertes à tous les adultes locaux qui ont reçu deux doses de vaccins inactivés produits par Sinopharm et Sinovac Biotech ou une dose d’Ad5-nCoV intramusculaire de CanSino Biologics (CanSinoBIO) il y a plus de six mois, selon l’annonce.

Recevoir une injection de rappel est une méthode efficace pour améliorer l’efficacité de la protection et prolonger la durée de protection des vaccins, a noté le gouvernement de Shanghai dans l’annonce. Selon l’annonce du gouvernement mardi, 23 millions d’habitants de Shanghai ont été entièrement vaccinés contre le COVID-19, et plus de 12 millions d’entre eux ont reçu des rappels.

Le fabricant chinois de vaccins CanSinoBIO a confirmé mardi au Chine Direct que le vaccin Ad5-nCoV en aérosol qui sera disponible à Shanghai est celui développé conjointement par CanSinoBIO et des chercheurs de l’Institut de médecine militaire de l’Académie des sciences militaires dirigé par Chen Wei.

Il s’agit du premier vaccin COVID-19 en aérosol au monde et il a été approuvé par les autorités nationales chinoises pour une utilisation d’urgence comme rappel en septembre, selon la société.

Un vaccin COVID-19 à base de vecteur adénovirus de type 5 en aérosol (Ad5-nCoV) développé par CanSino Biologics Photo: site Web de CanSino

Un vaccin COVID-19 à base de vecteur adénovirus de type 5 en aérosol (Ad5-nCoV) développé par CanSino Biologics Photo: site Web de CanSino

Selon une vidéo publiée par les médias de Shanghai, le vaccin en aérosol est contenu dans une tasse à siroter comme celles utilisées pour contenir du thé à bulles. Pour se faire vacciner, il suffit de se mordre la bouche sur le dessus de la tasse et de respirer profondément pour faire entrer le gaz et retenir sa respiration pendant cinq secondes.

La conception est inspirée de la façon dont les gens boivent du café, mais au lieu d’être bu dans l’estomac, le vaccin en aérosol sera inhalé dans les voies respiratoires et les poumons, a appris le Chine Direct de CanSinoBIO.

La recherche montre que les gouttelettes respiratoires et la transmission par contact étroit sont toujours les principales voies de transmission du SRAS-CoV-2. Le vaccin en aérosol pourrait stimuler l’immunité sur la muqueuse respiratoire, le « premier point de contact » entre le corps et le virus, ce qui revient à mettre un « masque invisible » sur l’inhalateur, a déclaré la société dans un communiqué au Chine Direct.

Les essais cliniques ont prouvé que le vaccin en aérosol est sûr et hautement immunogène dans les inhalateurs, selon la société.

Des études ont montré que six mois après l’inoculation avec deux doses de vaccin inactivé, le niveau d’anticorps neutralisants contre la souche mutante Omicron chez les personnes recevant l’Ad5-nCoV en aérosol en rappel est 14 fois supérieur à celui de ceux recevant des rappels homologues, et six fois supérieur à celui des personnes recevant de l’Ad5-nCoV par voie intramusculaire, a indiqué la société.

L’Ad5-nCoV en aérosol présente les avantages d’un stockage et d’un transport stables à des températures de 2 à 8 °C, ce qui peut faciliter plus efficacement la vaccination de groupes à risque à grande échelle et améliorer l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement, a noté la société.

La décision de Shanghai intervient alors que la Chine continue d’explorer de nouvelles et meilleures stratégies de vaccination de masse face au virus en mutation rapide tout en maintenant une politique dynamique zéro COVID-19 pour protéger au maximum la vie et la sécurité du peuple chinois au milieu de cas sporadiques à l’échelle nationale.

Selon la Commission nationale de la santé, la Chine comptait 3 654 cas confirmés avec 468 367 personnes sous observation médicale lundi.

Le même jour, près de 3,5 milliards de vaccins contre le COVID-19 avaient été administrés en Chine, a indiqué la commission.

Selon les médias, plus de 1,3 milliard de personnes en Chine avaient été complètement vaccinées et le taux de vaccination dépassait 90 %.

Quant à la question de savoir si un taux de vaccination aussi élevé indique qu’il est sûr pour la Chine d’assouplir les restrictions épidémiques, les responsables et experts chinois ont mis en garde contre les mutations émergentes rapidement et ont continué à demander de meilleurs vaccins et médicaments ainsi que des stratégies de vaccination pour mieux protéger les les personnes.

Gao Fu, ancien chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a exhorté les gens à se faire vacciner dès que possible car les mutations ont affaibli l’efficacité des vaccins dans la prévention des infections, des maladies et de la transmission.

Quant à savoir si la Chine fournira un quatrième vaccin au public, Gao a déclaré que les autorités nationales prendraient une décision basée sur des recherches et des études supplémentaires.

Les experts de la santé ont déclaré que les vaccins actuellement utilisés en Chine sont tous développés sur la base de la variante d’origine. Ils pensent que la Chine fournira une deuxième série de rappels spécifiquement développés pour Omicron avant d’assouplir les restrictions épidémiques.

Le Chine Direct a appris que plusieurs fabricants de vaccins chinois, dont Sinopharm, Sinovac et CanSinoBIO, ont fait des progrès sur les vaccins spécifiques à Omicron. Sinovac a déclaré en septembre qu’il prévoyait de soumettre les données de sécurité et d’immunogénicité des essais cliniques pour son candidat spécifique à Omicron aux autorités nationales concernées et de demander une utilisation d’urgence.

★★★★★

A lire également