Une enquête dans l'Ordos du nord de la Chine montre que 1,75% des infections de la ville sont asymptomatiques

Un travailleur médical administre une dose de vaccin contre le COVID-19 à un résident âgé du village de Hufeng à Wenchang, dans la province de Hainan (sud de la Chine), le 22 décembre 2022. Des services porte-à-porte ont été proposés pour aider les personnes âgées à contracter le COVID-19 vaccinations dans la ville de Wenchang. (Xinhua)

Environ 1,75% des plus de 16.000 habitants infectés par le COVID-19 n’ont signalé aucun symptôme, selon la dernière enquête menée dans la ville d’Ordos, dans la région autonome de Mongolie intérieure (nord de la Chine). Le taux d’infection au COVID-19 de la ville a dépassé 60%, ont indiqué les autorités sanitaires d’Ordos.

Ces derniers jours, de nombreuses autres régions de Chine ont publié leurs rapports d’enquête sur l’état de santé de leurs habitants. La province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, a également déclaré que le taux d’infection de la province était supérieur à 60%, tandis que le taux d’infection prévu à Hainan, le plus au sud de la Chine, atteignait 50%.

Il est intervenu après que le pays a lancé la deuxième série d’enquêtes pour connaître la situation des résidents infectés par le coronavirus. Le but de l’enquête est de se tenir au courant de l’évolution de la situation épidémique et de fournir des services médicaux ciblés au public. L’enquête est réalisée sous la forme d’un questionnaire en ligne, et n’importe qui peut y participer de manière anonyme.

Les données d’Ordos ont montré que sur les 16 562 résidents qui se sont identifiés comme infectés par le COVID-19, 78,89 % présentaient des symptômes de fièvre, 68,93 % des symptômes de maux de tête, 64,88 % des symptômes de toux et 61,98 % des douleurs musculaires.

Les répondants ont également signalé des symptômes tels que la perte du goût et de l’odorat, la diarrhée et des difficultés respiratoires. Seulement 1,75 % de toutes les personnes infectées interrogées n’ont signalé aucun symptôme.

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de la ville d’Ordos a lancé une enquête en ligne auprès des résidents sur l’infection au COVID-19 le 22 décembre, et la collecte de données pour l’enquête s’est poursuivie jusqu’à jeudi minuit. Un rapport de l’enquête a été publié vendredi.

Sur les 27 502 résidents qui ont participé à l’enquête, 16 562, soit 60,22 %, ont signalé une infection au COVID-19.

Sur plus de 16 000 personnes infectées, 0,81% ont été vues dans des cliniques externes d’hôpitaux, 0,19% ont été hospitalisées, 0,78% ont été vues via Internet et 12,81% n’ont pas vu de médecin ni pris de médicaments. Les 85 % restants des patients prenaient leurs propres médicaments.

Parmi les patients qui prenaient des médicaments, 10,61 % prenaient de la soupe aux herbes chinoises, 44,75 % prenaient la médecine traditionnelle chinoise et 75,28 % prenaient la médecine occidentale.

Sur les 27 502 personnes qui ont participé à l’enquête, 4,33 % ont reçu 4 doses de vaccin, 70,61 % ont reçu trois doses de vaccin et 18,16 % ont reçu deux doses de vaccin. 4,48 % n’ont pas reçu le vaccin.

Quelque 13 677 personnes ont déclaré que des personnes vivant dans le même appartement étaient infectées, parmi elles, 4 181 patients ont signalé que des personnes âgées de plus de 60 ans à domicile étaient infectées. Et 7 337 personnes ont déclaré que des mineurs vivant avec elles étaient également infectés.

Le taux d’infection au COVID-19 des résidents participant à l’enquête à Ordos était de 60,22%, ce qui suggère que l’infection est à un stade épidémique élevé dans la ville, a indiqué le CDC d’Ordos dans le rapport. Plus de 85% ont pris des médicaments seuls après l’infection, ce qui suggère que les établissements médicaux et les centres de services de santé communautaires devraient renforcer les conseils en ligne sur les médicaments.

Lors de la publication des résultats de l’enquête, Ordos a également déclaré que le questionnaire ne recueillait pas une représentativité et une quantité suffisantes de l’échantillon, qu’il y avait des limites dans les sources de données et que les résultats étaient à titre de référence uniquement.

Dans les résultats publiés par d’autres régions, le taux d’infection au COVID-19 a également atteint un niveau élevé.

Le CDC de la province du Sichuan a publié les résultats de son enquête le 26 décembre, révélant que le taux d’infection au COVID-19 dans les 21 régions urbaines de la province a atteint 63,52 %. Dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine, le taux d’infection prévu est d’environ 50 %.

Deux villes de la province du Zhejiang (est de la Chine) ont également dévoilé le taux d’infection des villes. À Quzhou, environ 30 à 35 % des habitants ont été infectés par le virus. À Zhoushan, les autorités sanitaires s’attendaient à ce qu’environ 30 à 40 % des habitants soient infectés.

Sur la base de l’étude approfondie menée par les experts, le prochain chunyun impliquera un grand nombre de personnes en mouvement, ce qui rendra la situation globale plus complexe, a déclaré jeudi le principal expert chinois en matière d’épidémies, Wu Zunyou.

Toutes les régions font de leur mieux pour surveiller, analyser et juger les informations sur la situation épidémique, et s’efforcent d’atténuer l’impact du pic d’infection, a indiqué M. Wu.

Face à la flambée des cas, les institutions médicales et les autorités à tous les niveaux intensifient leurs efforts pour allouer des ressources afin de soulager la pression entre les instituts médicaux, notamment en augmentant la capacité des cliniques de fièvre et en augmentant les réserves de médicaments contre le COVID-19.

Le mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil d’État et le groupe directeur central pour les affaires rurales ont publié samedi un plan de travail conjoint, spécifiant les tâches à accomplir pour renforcer le système de contrôle épidémique au niveau local, assurer l’approvisionnement en médicaments et renforcer la protection des groupes vulnérables afin que les zones rurales peuvent faire face aux risques de contagion liés au pic des déplacements touristiques.

Temps mondiaux

★★★★★

A lire également