Les ministres des Affaires étrangères du G7 se réunissent pour discuter de l'Ukraine alors que les doutes sur la durabilité de l'aide occidentale grandissent

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock (à droite) rencontre le secrétaire d’État américain Antony Blinken pour des entretiens lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 le 3 novembre 2022. Photo : VCG

Les ministres des Affaires étrangères du Groupe des Sept (G7) se sont rencontrés jeudi en Allemagne pour discuter du conflit prolongé entre la Russie et l’Ukraine et des plans supplémentaires du bloc pour soutenir Kiev à un moment où l’OTAN et la Russie organisent des exercices nucléaires à des fins de dissuasion, mais il y a de plus en plus de des doutes parmi les observateurs sur la pérennité de l’aide occidentale à l’Ukraine compte tenu de l’élargissement des clivages à l’intérieur du camp occidental.

Le département d’État américain a révélé que les ministres du G7 discuteront d’une série de défis mondiaux urgents, y compris le soutien continu du G7 à une Ukraine démocratique, souveraine et prospère.

Mais les observateurs estiment qu’une telle aide est de plus en plus difficile à maintenir car l’Europe est épuisée par ses stocks militaires et profondément en proie à des difficultés économiques, et tandis que les pays du G7 ont largement respecté leur vœu de punir la Russie, comme l’a admis un rapport de l’AP, « les sanctions ont fait peu pour dissuader Moscou. »

Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d’études russes de l’Université normale de Chine orientale, a déclaré jeudi au Chine Direct que le soutien du G7 à l’Ukraine avait déjà atteint sa limite, et que ces pays continueront à soutenir l’Ukraine dépend non seulement de leur volonté mais aussi leurs capacités.

Des voix fortes émergent des États-Unis et de l’Europe en faveur de négociations avec la Russie, alors que la crise ukrainienne, qui est maintenant entrée dans son neuvième mois, a épuisé les deux parties, a déclaré Cui. Il y a aussi des inquiétudes croissantes, parmi les Européens en particulier, qu’une nouvelle escalade de la crise puisse menacer la sécurité du continent, a déclaré l’expert.

Les pays du G7 sont maintenant confrontés à un ralentissement économique en raison d’une forte inflation, et verser plus d’argent pour soutenir l’Ukraine se heurtera sûrement à une opposition au niveau national, a déclaré Cui.

Les États-Unis, qui sont en tête de liste de l’aide occidentale à l’Ukraine, en sont un excellent exemple.

Les États-Unis ont versé 52 milliards de dollars à l’Ukraine depuis janvier 2022, dont la moitié sous forme d’engagements militaires, selon une base de données maintenue par l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale.

Mais la situation pourrait changer après les élections de mi-mandat. Si les républicains remportent la Chambre, leur engagement est de jeter un regard attentif sur l’argent que les États-Unis dépensent pour aider à payer la facture, a rapporté CNN.

Le paquet de sanctions du G7 contre la Russie a été essentiellement vidé, et l’utilité marginale décroissante indique que l’ajout de sanctions supplémentaires constituera à peine une véritable dissuasion pour la Russie, a déclaré Cui.

La crise est entrée dans une phase où le conflit nucléaire est de plus en plus discuté. L’OTAN et la Russie ont toutes deux démontré ces capacités, mais elles comprennent également que les affrontements nucléaires doivent être évités, a déclaré l’expert.

L’OTAN et la Russie ont organisé des exercices nucléaires les 17 et 26 octobre, respectivement, au milieu de la crise ukrainienne prolongée.

L’Occident pense que la Russie, affirmant que l’Ukraine se prépare à utiliser des « bombes sales », pourrait répondre avec des armes nucléaires.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré mercredi que la « priorité absolue » du monde devrait être d’éviter un affrontement entre puissances nucléaires. La doctrine nucléaire de Moscou est « de nature purement défensive », n’autorisant le Kremlin à utiliser de telles armes qu’en cas d’agression nucléaire ou « lorsque l’existence même de notre État est menacée ».

★★★★★

A lire également