Déco pour tous, l'envers du décor : Un reportage à charge sur la Chine ou le Vietnam ?

Dans un monde où les défis écologiques et économiques deviennent de plus en plus pressants, le documentaire « Déco pour tous, l’envers du décor », diffusé mardi 9 avril à 21h05 sur France 5 et à revoir sur france.tv, se propose de lever le voile sur les coulisses de l’industrie de la décoration intérieure.

Réalisé par Juliette Guérin et produit par Magnéto Presse, ce film de 52 minutes, avec la participation de France Télévisions, examine les impacts de la « fast déco » et explore des alternatives plus durables.

L’industrie de la déco à la loupe

L’engouement pour la décoration d’intérieur a conduit à une consommation effrénée, encouragée par une industrie qui renouvelle sans cesse ses collections à des prix défiant toute concurrence. 

Ce phénomène, baptisé « fast déco », s’inspire directement de la « fast fashion » et soulève des questions similaires quant à son impact environnemental et éthique. En effet, la majorité des produits de décoration sont fabriqués en Asie, où les normes écologiques et sociales sont souvent bien en deçà des attentes européennes.

Une conjoncture actuelle

Dans le documentaire, la question du changement de la consommation et ralentissement économique mettant à mal certaines industries fait les gros titres de la presse ces dernières semaines.

Maisons du Monde, célèbre distributeur français de meubles et d’objets de décoration, traverse une période financièrement difficile, illustrée par une baisse consécutive de ses ventes, avec un recul de 9,3% en 2023 après une diminution de 5% en 2022. Ce déclin, exacerbé par une inflation fluctuante et une confiance des consommateurs en berne, souligne les turbulences actuelles du marché de l’ameublement et de la décoration. En dépit de ces défis, Maisons du Monde s’efforce d’innover et de s’adapter à travers son plan «3C», visant à améliorer l’expérience client, y compris par la vente de produits d’occasion en magasin.

La fermeture de 18 magasins en un an et la prédominance des ventes physiques dans son modèle d’affaires, avec une présence accrue en France par rapport à l’international, témoignent de l’adaptation de l’enseigne à un environnement commercial changeant. L’annonce prochaine d’un plan de transformation à moyen terme reflète la volonté de Maisons du Monde de surmonter ses difficultés financières et de se positionner stratégiquement dans un secteur en pleine mutation, marqué par la faillite de concurrents tels que Habitat.

Délocaliser son approvisionnement devient un enjeu vital pour ces sociétés qui souffrent de la conjoncture actuelle entre le ralentissement des commandes dû à la crise et l’offre abondante qu’on trouve désormais sur Internet à quelques clics de souris. C’est ainsi que de nombreuses marques d’ameublement et décoration s’ouvrent à l’idée de faire fabriquer en Chine ou encore au Vietnam pour tirer profit d’un coût du travail plus faible, externaliser toute ou partie de leurs ressources humaines pour se concentrer uniquement sur la distribution de leurs produits.

Les défis de la production en Asie

Se tourner vers l’Asie pour la fabrication des biens de consommation n’est pas sans difficultés. Entre la barrière de la langue, les différences de diligence et les problèmes de contrôle qualité, les entreprises occidentales font face à de nombreux obstacles.

Le documentaire souligne les obstacles majeurs qui résident au Vietnam et qui sont souvent moins présents en Chine. Ces deux pays sont en effet les deux géants de la fabrication d’ameublement et d’objets de déco.

Faut-il faire fabriquer en Chine ou au Vietnam ?

Tandis que la Chine est souvent perçue comme l’atelier du monde, le Vietnam se positionne comme une alternative de plus en plus viable, grâce à ses coûts de production plus bas et à sa politique d’ouverture économique. Toutefois, l’industrie est confrontée à des défis communs dans ces deux pays, illustrés par les témoignages d’entreprises ayant expérimenté la production en Asie.

Entre les salons internationaux et agences de sourcing

La présence de salons internationaux tels que la foire de Canton et l’existence d’agences de sourcing spécialisées sont présentées comme des solutions partielles aux défis rencontrés, offrant une plateforme pour les acheteurs internationaux et facilitant les échanges commerciaux. Pour plus d’informations, la foire de Canton offre un aperçu des opportunités et des défis du sourcing en Asie.

Concernant le Vietnam, certaines foires sur la décoration et l’ameublement telles que la HawatExpo ou la VifaExpo qui présentent les acteurs de cette industrie (usines, designers et agences de sourcing). Voir à ce sujet la photo de Movetoasia, l’agence de sourcing mandatée par France 5 pour réaliser ce documentaire.

Vers une consommation plus responsable

Face aux problématiques soulevées par la « fast déco », le documentaire met en avant la « slow déco » comme une alternative viable et éthique. Cette approche prône une consommation plus réfléchie et durable, privilégiant la seconde main, la récupération et le réemploi d’objets et de meubles. Les ressourceries, brocantes, sites internet et comptes Instagram dédiés à la décoration de seconde main connaissent un essor considérable, offrant aux consommateurs des options variées pour décorer leur intérieur de manière responsable.

« Déco pour tous, l’envers du décor » s’inscrit dans une démarche de sensibilisation aux enjeux de la consommation responsable en matière de décoration. En exposant les dessous de l’industrie de la déco et en présentant des alternatives durables, ce documentaire incite les téléspectateurs à repenser leur manière de consommer la décoration. Dans un monde en quête de sens et de durabilité, choisir une décoration intérieure respectueuse de l’environnement et des sociétés qui la produisent devient un acte militant en faveur d’un avenir meilleur.

En définitive, « Déco pour tous, l’envers du décor » offre une réflexion profonde sur les impacts de nos choix de consommation et sur les voies vers une société plus équitable et durable. Un appel à l’action pour tous ceux qui souhaitent contribuer à rendre le monde non seulement plus beau, mais aussi meilleur.

A lire également