Cyberpuissance : les ambitions technologiques de la Chine
  • La Chine vise à devenir une cyber-puissance en développant son économie numérique et ses capacités en cybersécurité
  • Pékin cherche à réduire sa dépendance aux technologies étrangères et à contrôler les données et contenus en ligne
  • De nouvelles réglementations renforcent la cybersécurité mais posent des défis pour les entreprises étrangères
  • L’objectif est d’assurer la stabilité sociale, économique et la sécurité nationale selon la vision du Parti communiste

Ambitions cyber de la Chine

Vous avez probablement entendu parler des ambitions de la Chine pour devenir une « cyber-puissance ». Mais que signifie réellement ce terme ? En gros, Pékin veut renforcer ses capacités technologiques, économiques et militaires dans le cyberespace. Un objectif crucial pour assurer sa sécurité nationale et son influence mondiale.Le pays le plus peuplé du monde compte déjà un nombre impressionnant d’internautes. Mais ce n’est pas suffisant selon les dirigeants chinois. Ils veulent que la Chine devienne un acteur incontournable qui dicte les règles du jeu numérique à l’échelle planétaire.

Réduire la dépendance aux technologies étrangères

Pour y arriver, la Chine doit d’abord réduire sa dépendance envers les technologies occidentales, en particulier américaines. Un enjeu de taille quand on sait que la plupart des puces électroniques, logiciels et équipements de réseaux utilisés dans l’Empire du Milieu proviennent de l’étranger.Imaginez un peu le risque pour la sécurité nationale si ces technologies venaient à être coupées ou pire, piratées ! Le gouvernement chinois ne peut pas se permettre une telle vulnérabilité, d’où ses efforts pour développer une industrie locale des semi-conducteurs, des télécoms et de l’informatique.Un défi colossal quand on connaît le retard technologique accumulé, mais la Chine est prête à investir des sommes astronomiques pour y arriver. L’enjeu en vaut la chandelle pour assurer son indépendance numérique.

Contrôler les données et contenus en ligne

Au-delà des infrastructures, Pékin veut aussi garder un contrôle serré sur les données et les contenus circulant en ligne. Un moyen de lutter contre tout ce qui pourrait déstabiliser l’ordre social selon la vision du Parti communiste.De nouvelles lois sur la cybersécurité et la protection des données personnelles ont ainsi vu le jour ces dernières années. Elles obligent les entreprises, y compris étrangères, à stocker les données de leurs utilisateurs chinois sur le territoire national et à se soumettre à de stricts contrôles de sécurité.Bien que censées protéger la vie privée, ces réglementations permettent surtout au régime de surveiller plus facilement les flux d’informations numériques. Un outil de contrôle des contenus jugés subversifs ou simplement critiques envers le pouvoir en place.

Défis pour les entreprises étrangères

Cette cyber-stratégie ne va pas sans poser quelques défis aux entreprises internationales opérant en Chine. Les nouvelles règles de cybersécurité les obligent à:

  • Utiliser des équipements et logiciels fournis par des entreprises chinoises agréées
  • Partager leurs codes sources et secrets industriels au nom de la « sécurité nationale »
  • Potentiellement faire l’objet de blocages ou de fermetures en cas de non-conformité

Autant de contraintes qui refroidissent certains investisseurs étrangers. D’autant que la réglementation chinoise reste floue sur de nombreux aspects, avec un risque élevé d’interprétations arbitraires par les autorités locales.Voici un tableau récapitulant les principaux défis:

Défi Explication
Équipements nationaux Obligation d’utiliser des fournisseurs chinois agréés par l’État
Transferts de technologies Partage potentiel des codes sources et secrets industriels
Blocages/Fermetures Risque de sanctions en cas de non-respect des règles
Flou juridique Réglementation sujette à des interprétations variables

Malgré ces obstacles, de nombreuses entreprises high-tech restent attirées par les perspectives de croissance offertes par le vaste marché chinois. Un pari sur l’avenir qui comporte son lot d’incertitudes réglementaires.

Développer l’économie numérique locale

Parallèlement à ce contrôle accru, les autorités chinoises cherchent à développer une économie numérique locale forte et innovante. Plusieurs secteurs sont identifiés comme stratégiques:

  • L’intelligence artificielle
  • Le cloud computing
  • Les big data
  • L’Internet des objets
  • La 5G

En stimulant l’essor de champions nationaux dans ces domaines d’avenir, Pékin espère tirer son épingle du jeu face à la concurrence étrangère. Les géants chinois de l’internet comme Alibaba, Tencent ou Baidu sont en première ligne sur ce front de la tech.L’objectif est de moins dépendre des solutions occidentales, mais aussi de proposer à terme des alternatives « made in China » pour conquérir les marchés mondiaux. Un pari sur l’avenir qui mobilise d’importants investissements publics et privés.

Intégration militaire et civile

Last but not least, la stratégie cyber de la Chine comporte une dimension militaire et de renseignement prononcée. Le pays entend bien développer des capacités offensives et défensives de premier plan dans le cyberespace.Dans cette optique, une « intégration militaire-civile » est encouragée par les autorités. Cela signifie concrètement que:

  • Les avancées technologiques du secteur privé doivent bénéficier aux forces armées
  • Les experts en sécurité informatique civils sont formés aux techniques de cyber-guerre
  • Des équipes militaires et civiles conjointes sont créées pour mener des opérations

L’objectif est de pouvoir mener des cyber-attaques tout en se protégeant des offensives ennemies en cas de conflit. La Chine prépare déjà le champ de bataille numérique de demain.

Investissements massifs en cybersécurité

Pour concrétiser ces ambitions de cyber-puissance, le gouvernement chinois prévoit d’investir des sommes astronomiques dans le secteur de la cybersécurité au sens large. Voici quelques chiffres à se mettre sous la dent:

  • 1,6 trillion de yuans (250 milliards $) alloués sur 6 ans pour développer l’économie numérique
  • Doublement du budget annuel en cybersécurité d’ici 2023 pour atteindre 5 milliards $
  • Plus de 700.000 experts en sécurité informatique à former d’ici 2025
  • Création de 20 centres de recherche de pointe en intelligence artificielle

Malgré ces investissements faramineux, certains experts doutent que la Chine puisse rattraper son retard technologique sur les États-Unis et leurs alliés à court terme. La course est serrée mais l’enjeu est crucial pour l’avenir numérique du pays.

Conclusion

En définitive, la Chine déploie une stratégie ambitieuse pour s’affirmer comme une véritable cyber-puissance au 21ème siècle. Derrière cette offensive se cachent des objectifs économiques, de contrôle social, mais aussi militaires et géopolitiques.En développant ses propres technologies de pointe, Pékin cherche à la fois à réduire sa dépendance envers l’Occident et à proposer une alternative chinoise aux standards numériques actuels. Un bouleversement de l’ordre établi qui pourrait avoir des répercussions majeures à l’échelle mondiale.Reste à voir si les investissements massifs engagés et le cadre réglementaire très strict mis en place permettront réellement à la Chine d’atteindre son objectif. Une chose est sûre, le cyberespace est bien parti pour devenir le nouveau champ de bataille de la rivalité sino-américaine dans les années à venir.

A lire également