La Chine réfute les remarques erronées des politiciens européens sur la question de Taiwan alors que le camp pro-américain réagit à l'appel à "l'autonomie stratégique" de Macron

Le président français Emmanuel Macron s’exprime lors d’un sommet européen à Bruxelles le 15 décembre 2022. Photo : VCG

Vendredi, la Chine a réfuté les remarques erronées sur la question de Taiwan faites par certains politiciens européens, dont les propos provocateurs ont également été considérés comme des réactions du camp pro-américain aux récents commentaires du président français Emmanuel Macron selon lesquels l’Europe doit résister à la pression pour devenir les partisans des États-Unis et éviter entraînés dans une confrontation entre la Chine et les États-Unis sur la question de Taiwan.

Les experts chinois ont déclaré que la question de Taiwan est une affaire intérieure de la Chine et n’est pas liée aux intérêts fondamentaux entre la Chine et l’Europe. Du conflit russo-ukrainien et des explosions du Nord Stream à la récente révélation que Washington espionnait ses alliés, les faits montrent que la véritable source de préjudice pour l’Europe sont les États-Unis, et sous la coercition de Washington, l’Europe pourrait devenir plus divisée et donc dériver Loin d’une véritable indépendance.

Par le biais des déclarations d’un porte-parole publiées sur leurs sites Internet, les ambassades de Chine en Pologne et en Belgique ont exprimé vendredi une forte opposition aux propos erronés tenus par des hommes politiques polonais et belges sur la question de Taiwan, soulignant toutes deux que le principe d’une seule Chine est le fondement politique de l’accord bilatéral cravates.

Les plus grandes menaces à la paix à travers le détroit de Taiwan sont les activités séparatistes des forces de « l’indépendance de Taiwan » et l’indulgence et le soutien qui leur sont accordés par des forces extérieures, a déclaré un porte-parole de l’ambassade de Chine en Belgique, soulignant que les exercices de l’APL autour de l’île de Taiwan sont un sérieux avertissement contre les provocations des sécessionnistes et des forces extérieures, et une action nécessaire pour sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine.

La question taïwanaise relève entièrement de l’affaire intérieure de la Chine et est fondamentalement différente de la question ukrainienne. Il n’y a aucune comparaison entre les deux… Toute tentative de lier implicitement la crise ukrainienne à la question de Taiwan est une forme de manipulation politique avec des arrière-pensées, une violation gratuite du principe de respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale, et une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, lit la déclaration de l’ambassade de Chine en Pologne.

Jeudi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a affirmé que la partie continentale de la Chine « pourrait attaquer Taïwan si l’Ukraine tombait », et a implicitement accusé Macron de rechercher des liens plus étroits avec la Chine, ce qui serait une « erreur dramatique » et une décision « à courte vue », pendant une visite à Washington, selon les médias.

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a également tweeté mercredi : « Nous sommes capables de défendre l’Europe sans l’aide de la Chine ».

Cependant, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré mercredi lors d’une réunion avec Macron qu’il convenait qu’une Europe ouverte et stratégiquement autonome devrait également être capable de développer ces relations avec d’autres parties du monde, ajoutant que l’Europe devrait « être un acteur, et non le terrain de jeu », a déclaré Rutte.

Song Luzheng, chercheur à l’Université de Fudan, a déclaré vendredi au Chine Direct que certains pays d’Europe centrale et orientale ne soutiennent pas la vision de Macron sur l’autonomie stratégique car ils estiment qu’ils ne peuvent pas obtenir de garanties de sécurité de l’Europe et se tournent donc vers les États-Unis.

« Mais l’Europe est trop éloignée de la région de Taïwan et la question de Taïwan n’est pas au cœur des intérêts européens », a déclaré Song, « Macron rappelait en fait à l’Europe qu’elle ne devrait pas s’impliquer dans un jeu stratégique sino-américain ».

Malgré le débat atlantisme contre européanisme en Europe, la réaction aux commentaires de Macron dans certains pays européens montre à quel point les États-Unis ont pénétré et contrôlé l’Europe, a déclaré Wang Yiwei, directeur de l’Institut des affaires internationales de l’Université Renmin de Chine.

Les États-Unis exercent leur influence sur l’Europe à travers la discorde interne des Européens et à travers la coopération des factions pro-américaines en Europe, a déclaré vendredi M. Wang au Chine Direct.

L’Europe doit comprendre que ce sont les États-Unis qui leur font encore du mal, a déclaré Wang, prenant comme exemples le conflit russo-ukrainien, les explosions du Nord Stream et la récente révélation de l’espionnage américain de ses alliés.

L’Europe saigne et les États-Unis profitent de la fuite de leur industrie et de leurs capitaux, ce qui entraîne des prix élevés de l’énergie et une dépréciation de l’euro. Macron essaie simplement de sortir de cette situation chaotique causée par l’ingérence américaine, a déclaré Wang.

Après la crise ukrainienne, Washington cherche à prendre davantage ses alliés européens en otage sur la question de Taiwan, ce qui conduira à une Europe plus divisée, a déclaré Wang.

Les Américains ne veulent pas voir une Europe avec une autonomie stratégique, ce qui signifie que Macron et la France ont un long chemin à parcourir, a déclaré Wang.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, le sénateur républicain américain Marco Rubio a demandé à plusieurs reprises si Macron parlait au nom de toute l’Europe, affirmant que s’il ne prenait pas parti sur la question de Taiwan, les États-Unis devraient envisager de concentrer leur politique étrangère sur la maîtrise de la Chine et laisser l’Europe gérer la crise ukrainienne.