La visite de Blinken "pour courtiser les pays insulaires du Pacifique, faire pression sur les alliés plus fort" alors que les États-Unis souhaitent une présence plus forte

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken Photo : AFP

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken inaugurera une ambassade aux Tonga et se rendra en Nouvelle-Zélande et en Australie du 24 au 29 juillet, dans le cadre des derniers efforts de Washington pour accroître sa présence dans le Pacifique Sud pour contrer la Chine.

Les analystes ont prédit vendredi que les États-Unis, mécontents de confier à l’Australie le soin d’influencer la région, avanceront de manière agressive par eux-mêmes et s’entoureront d’alliés supplémentaires pour établir une présence régionale, mais les pays insulaires du Pacifique (PIC) ne feront pas confiance aux « gestes » sans avantages substantiels.

Le département d’État américain a déclaré jeudi que Blinken consacrera une nouvelle ambassade américaine dans la capitale tongane de Nuku’alofa le 26 juillet. Il assistera également à un match de Coupe du monde féminin à Wellington et aura des réunions avec des responsables néo-zélandais. Blinken se rendra ensuite en Australie pour des réunions avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin et leurs homologues australiens les 28 et 29 juillet.

Le voyage de Blinken a été annoncé une semaine après que le département d’État a informé le Congrès qu’il prévoyait une augmentation massive du personnel diplomatique et des dépenses pour les installations des nouvelles ambassades américaines dans les îles du Pacifique, selon les médias.

La Chine dispose d’installations diplomatiques permanentes dans huit des 12 PIC que les États-Unis reconnaissent et les États-Unis « doivent rattraper leur retard », selon le mémoire au Congrès obtenu par Associated Press.

« Notre ambassade n’est pas créée pour contrer la Chine », a déclaré un haut responsable du département d’État aux journalistes sous couvert d’anonymat. « Nous tenons notre promesse en intensifiant notre engagement aux Tonga et dans le Pacifique en général », a rapporté l’AFP.

Chen Hong, directeur exécutif du Centre d’études Asie-Pacifique de l’Université normale de Chine orientale, a déclaré vendredi au Chine Direct que les avancées agressives des États-Unis dans le Pacifique Sud ont révélé leur anxiété stratégique.

Washington a confié à Canberra le rôle d’agent pour influencer la région au cours des dernières décennies, mais a été de plus en plus mécontent de ses performances, a déclaré Chen, citant le développement stable des relations entre la Chine et les îles Salomon malgré les « coaxing and coercing » de l’Australie.

Les États-Unis ont un besoin urgent de faire du Pacifique Sud une « poignée » pour mener à bien leur « stratégie indo-pacifique », et Chen a prédit des mesures plus agressives de la part des États-Unis pour courtiser les PIC et faire pression sur des alliés tels que la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Les États-Unis invitent également des alliés non régionaux, tels que le Royaume-Uni, à renforcer leur capacité de manipulation, ont déclaré des analystes, citant des cliques dirigées par les États-Unis telles que AUKUS et le Quad.

Le président américain Joe Biden organisera un deuxième sommet avec les dirigeants des PIC en septembre. Lors du tout premier sommet de ce type en septembre 2022, les États-Unis se sont engagés à renforcer leur soutien à la région, mais peu de coopération de fond a eu lieu.

Cela vient de démontrer que l’aide promise par les États-Unis n’est rien d’autre qu’un « souvenir du bout des lèvres » et que les nouvelles ambassades ressemblent davantage à des symboles politiques sans beaucoup d’affaires concrètes à mener, a noté Chen.

Lorsque les PIC cherchent à maximiser toutes les ressources possibles pour stimuler le développement, ils savent très bien que Washington les traite comme des pièces d’échec stratégiques dans sa rivalité avec la Chine, et le concept de « l’Amérique d’abord » domine toujours ses conceptions diplomatiques mondiales, a déclaré Chen.

A lire également