Le récit du «nouvel impérialisme» de Macron «un concept vide et un effort désespéré» pour sauver le statut marginalisé de la France dans le Pacifique Sud: experts

Le président français Emmanuel Macron visite un patrouilleur de la marine française à Port Vila, Vanuatu, le 27 juillet 2023. Photo : AFP

Le président français Emmanuel Macron aurait dénoncé le soi-disant nouvel impérialisme dans le Pacifique Sud lors d’une visite dans la région, mettant en garde contre une menace pour la souveraineté des petits États. Les médias occidentaux ont attribué l’étiquette à la Chine et aux États-Unis, compte tenu de la concurrence croissante des deux pays dans la région. Mais il est « inapproprié et ridicule » de mettre la Chine dans le même siège que les États-Unis hégémoniques, ont déclaré des experts chinois. Ils ont décrit l’étiquette comme un concept vide dont Macron s’est emparé pour attaquer les autres afin de sauver son statut de marginalisé dans la région du Pacifique.

Macron effectue une visite de cinq jours dans le Pacifique Sud du 24 au 29 juillet, qui comprend une escale en Nouvelle-Calédonie – une collectivité sui generis de la France d’outre-mer dans le sud-ouest de l’océan Pacifique – et se poursuivra en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG). Cela fait de lui le premier président français à avoir voyagé dans les pays indépendants de la région du Pacifique, et pas seulement dans les territoires français d’outre-mer, selon les médias.

La France a la souveraineté sur trois territoires du Pacifique : la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française ainsi que Wallis et Futuna, selon The Guardian.

La visite de Macron coïncide avec celle du secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour discuter de l’approfondissement des liens et annoncer le déploiement d’un navire de la Garde côtière américaine en août dans le cadre d’un accord distinct sur l’application de la loi maritime. Les deux pays ont signé en mai un accord de coopération en matière de défense qui fixe un cadre pour que les États-Unis rénovent les ports et aéroports de PNG à usage militaire et civil sur 15 ans.

« Il y a dans l’Indo-Pacifique et particulièrement en Océanie un nouvel impérialisme qui apparaît, et une logique de pouvoir qui menace la souveraineté de plusieurs États – les plus petits, souvent les plus fragiles », a déclaré Macron jeudi au Vanuatu, selon Le gardien.

La France se considère comme un acteur incontournable dans la région du Pacifique Sud. Cette visite historique reflète l’anxiété et les inquiétudes que la France ressent sous la pression provoquée par les activités actives et agressives des États-Unis dans la région du Pacifique Sud, a déclaré Chen Hong, directeur exécutif du Centre d’études Asie-Pacifique de l’Université normale de Chine orientale, au Chine Direct. .

L’objectif principal de cette visite est de réaffirmer le rôle de la France dans la région et de promouvoir davantage la mise en œuvre de la stratégie indo-pacifique de la France, a déclaré Cui Hongjian, directeur du Département d’études européennes à l’Institut chinois des études internationales, faisant écho à Chen.

Macron veut convaincre les pays de la région que la France n’est pas un étranger mais une partie de la région, car la France y a des territoires d’outre-mer. Mais la validité du statut de la France dans la région est en fait mince, car ses territoires y ont été obtenus par le colonialisme, ce qui est difficile à rationaliser pour Macron. C’est pourquoi il évite d’en parler davantage et se tourne vers une autre méthode d’attaque d’autres pays pour aider la France à construire une image positive dans la région, selon Cui.

Aux yeux de certains Français, la compétition entre la Chine et les États-Unis est une compétition entre l’ancienne et la nouvelle hégémonie. Il s’agit d’une compréhension partielle enracinée dans leur expérience historique limitée, a noté Cui.

Le soi-disant nouvel impérialisme n’est qu’un concept vide ou une étiquette que Macron a saisi pour sauver le statut marginalisé de la France dans la région du Pacifique Sud en attaquant les autres – qui, en particulier, seraient la Chine et les États-Unis compte tenu du contexte général de la concurrence sino-américaine, Cui souligné.

Mais, contrairement aux États-Unis, ce que fait la Chine n’est certainement pas un soi-disant nouvel impérialisme, mais un effort pour aider les pays de la région à se développer. Les experts chinois ont demandé pourquoi, si la France veut vraiment démontrer son rôle positif dans la région, elle n’a pas aidé les pays de la région à se développer et n’est venue dans la région qu’une fois qu’elle est devenue stratégiquement importante.

La veille du discours de Macron sur le « nouvel impérialisme », il a mentionné l’augmentation des forces françaises en Nouvelle-Calédonie et a averti que l’indépendance pourrait signifier une « base navale chinoise demain ». « Cela ne s’appelle pas l’indépendance », a déclaré Macron, « la France a une voix dans le Pacifique et en Océanie ».

Les États-Unis ont tenté de faire la promotion de la soi-disant base militaire chinoise aux Îles Salomon pour dissuader les pays du Pacifique Sud de coopérer avec la Chine, et Macron ne fait que suivre les pas des États-Unis, a déclaré Cui.

Certains pays occidentaux utilisent depuis des années le soi-disant nouvel impérialisme et le néocolonialisme pour salir la coopération internationale de la Chine, par exemple en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est. Mais les faits ont prouvé que ce que la Chine a fait dans ces régions n’est rien d’autre que de la coopération. Ces vieux pays impérialistes ne font que juger la Chine sur ce qu’ils ont fait dans le passé et c’est inapproprié et ridicule, a souligné Chen.

A lire également