Les pourparlers et les exercices nucléaires de l'OTAN cherchent à aggraver la crise en Ukraine et à épuiser Moscou et Kiev: analystes

Vue générale d’une session du Conseil de l’Atlantique Nord (CAN) sur la dissuasion et la défense au sein des ministres de la défense de l’OTAN réunis à Bruxelles, en Belgique, le 13 octobre 2022. Photo : VCG

Alors que la communauté internationale surveille de près le conflit entre la Russie et l’Ukraine avec des inquiétudes croissantes quant à l’utilisation d’armes nucléaires, le groupe secret de planification nucléaire de l’OTAN s’est réuni jeudi avec le pacte militaire prévoyant d’organiser un exercice nucléaire la semaine prochaine. Les analystes ont déclaré que les mesures de l’OTAN mettent en évidence l’objectif des États-Unis de montrer une position ferme à l’égard de la Russie, ce qui jetterait encore plus d’huile sur le feu et attiserait les flammes de l’escalade de la crise ukrainienne.

Les ministres de la Défense ont dirigé la session, qui a généralement lieu une ou deux fois par an, au siège de l’OTAN à Bruxelles, a rapporté l’Associated Press. La réunion se déroule dans un contexte de haute tension alors que certains alliés de l’OTAN fournissent à l’Ukraine des armes et des munitions avancées pour se défendre contre les attaques aériennes russes, note le rapport.

En marge de la réunion de Bruxelles, un groupe de 13 membres de l’Otan et de la Finlande, qui est en passe de rejoindre l’alliance, a signé une lettre d’intention pour acquérir des systèmes de défense aérienne tels que l’Arrow 3 et le Patriot. Avant la réunion, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a réaffirmé l’engagement de Washington à défendre « chaque centimètre carré » du territoire de l’OTAN, ont rapporté les médias jeudi.

La réunion de jeudi et les événements parallèles sont intervenus dans un contexte d’inquiétudes croissantes alors que le conflit russo-ukrainien semble être passé d’une poudrière à un réacteur nucléaire en raison de certaines forces qui ont attisé les flammes de la guerre, ont déclaré des analystes.

De plus, la semaine prochaine, 14 pays membres de l’OTAN participeront à un exercice baptisé « Steadfast Noon », qui impliquera des avions de combat capables de transporter des ogives nucléaires, mais ne comportera aucune bombe réelle. Des jets conventionnels et des avions de surveillance et de ravitaillement y participent également régulièrement, a rapporté AP.

L’exercice nucléaire de l’OTAN inclurait des membres de l’OTAN simulant une défense contre des armes nucléaires et effectuant des frappes nucléaires sur des puissances nucléaires, ce qui aggraverait la situation actuelle en Ukraine et pousserait la Russie à effectuer des exercices similaires. Cela pourrait également déclencher une course aux armements nucléaires entre l’OTAN et la Russie et conduire à une plus grande intimidation nucléaire entre les deux, a déclaré Song Zhongping, un expert militaire chinois et commentateur de télévision, au Chine Direct.

Song a souligné qu’il existe plusieurs conditions préalables pour que la Russie utilise des armes nucléaires, notamment faire face à des défis majeurs en matière de sécurité nationale ou être attaqué par des armes nucléaires. Si les États-Unis et l’OTAN participent directement au conflit militaire avec la Russie, la possibilité d’une guerre nucléaire augmentera.

Des diplomates de l’OTAN ont été cités par certains médias occidentaux comme ayant déclaré que la Russie devait également organiser ses propres exercices nucléaires, peut-être en même temps que l’OTAN ou juste après. Ces médias ont également noté que le président russe Vladimir Poutine a signalé à plusieurs reprises qu’il pourrait recourir aux armes nucléaires pour protéger les gains russes.

Les mouvements de l’OTAN, y compris la conduite des exercices nucléaires, reflètent en fait la position des États-Unis – ils veulent afficher leur dissuasion nucléaire et mettre des obstacles à d’éventuels pourparlers entre les dirigeants de l’UE et la Russie. De plus, l’administration Biden considère également « jouer dur envers la Russie » comme une « réussite », et espère que cela aidera les élections de mi-mandat, a déclaré Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d’études russes de l’Université normale de Chine orientale, au Global Fois.

La semaine dernière, le président américain Biden a déclaré que le risque d' »Armageddon » nucléaire était le plus élevé depuis 60 ans, lorsqu’il parlait de la guerre. Dimanche, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, est revenu sur le commentaire de Biden en disant qu’un possible « Armageddon » n’était pas une menace imminente, et que les États-Unis n’ont « aucune indication » que Poutine ait pris la décision d’utiliser le nucléaire. armes.

Après les propos de Biden, dans une interview à la télévision France 2 mercredi, le président français Emmanuel Macron a mis en garde contre les responsabilités des dirigeants en matière de rhétorique nucléaire.

Malgré les flammes attisant les États-Unis, aucun pays ne souhaite que le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine dégénère en une guerre nucléaire, et le battage médiatique sur la menace nucléaire de la Russie n’aidera pas à désamorcer la situation car il est très peu probable que la Russie libère ses armes nucléaires, a noté Cui.

Cui a noté que les États-Unis veulent que le conflit épuise la Russie et l’Europe, mais les dirigeants de l’UE deviennent de plus en plus clairs sur le fait que la prolongation du conflit ne fera que nuire davantage à l’UE, sans parler d’une guerre nucléaire qui aurait des conséquences insupportables pour la région et le monde. .

Alors que le conflit entre l’Ukraine et la Russie fait rage, les flammes des combats continuent de se propager et les perspectives d’un règlement pacifique ne sont pas encore en vue, a déclaré mercredi l’ambassadeur de Chine Geng Shuang lors de la session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) sur l’Ukraine. Il a ajouté que le plus urgent est maintenant d’amener les parties concernées à faire preuve de retenue, à éviter l’escalade des conflits, à empêcher que la confrontation ne devienne incontrôlable et à désamorcer la situation.

★★★★★

A lire également