A JH-7 fighter bomber attached to an aviation brigade of the air force under the PLA Northern Theater Command soars through a valley during an extremely low altitude flight training exercise on April 25, 2019. Photo:China Military

Un chasseur-bombardier JH-7 attaché à une brigade d’aviation de l’armée de l’air sous le Commandement du théâtre nord de l’APL survole une vallée lors d’un exercice d’entraînement au vol à très basse altitude le 25 avril 2019. Photo : armée chinoise

L’armée de l’air de l’Armée populaire de libération (APL) de Chine organisera des exercices conjoints de l’armée de l’air « Falcon Strike 2022 » avec l’armée thaïlandaise à partir du 14 août, a annoncé vendredi le ministère chinois de la Défense nationale (MND), dans un contexte de chaos régional causé par une ingérence extérieure en Asie-Pacifique Région.

Organisé par l’aile 23 de la Royal Thai Air Force (RTAF) basée à Udon Thani en Thaïlande, l’exercice de 10 jours reflète l’approfondissement des échanges militaires et la confiance mutuelle entre l’APL et la RTAF, ont déclaré des experts chinois. Ils ont également noté que l’exercice sera le premier « Falcon Strike » depuis son lancement en 2015 avec le chasseur-bombardier JH-7A de l’APL.

Selon le MDN, les principaux sujets d’exercice de cette année comprennent l’appui aérien, l’assaut au sol et l’opération de la force. L’armée de l’air chinoise enverra des chasseurs, des destroyers et des avions d’alerte avancée.

Citant une source, le Bangkok Post basé en Thaïlande a révélé précédemment que l’APL devrait envoyer six avions de chasse J-10C / S, un chasseur-bombardier JH-7AI et un avion d’alerte avancée et de contrôle Shaanxi KJ-500 pour participer à l’exercice. Alors que la Thaïlande doit déployer cinq avions Gripen, trois avions d’attaque Alphajet et un avion d’alerte avancée et de contrôle SAAB 340 AEW.

Un avion de chasse J-10 attaché à une brigade d'aviation de l'armée de l'air sous le PLA Southern Theatre Command décolle de la piste pour un exercice d'entraînement au vol de combat fin mars 2020. Photo : China Military

Un avion de chasse J-10 attaché à une brigade d’aviation de l’armée de l’air sous le PLA Southern Theatre Command décolle de la piste pour un exercice d’entraînement au vol de combat fin mars 2020. Photo : China Military

L’exercice est le cinquième du genre depuis 2015, et le dernier exercice a eu lieu en 2019, également à Udon Thani, ont rapporté les médias. L’exercice annuel des avions de chasse a été suspendu au cours des deux dernières années en raison de la pandémie de COVID-19.

L’exercice conjoint vise à renforcer la confiance mutuelle et l’amitié entre les forces aériennes des deux pays, à approfondir la coopération pratique et à promouvoir le développement continu du partenariat de coopération stratégique global Chine-Thaïlande, a indiqué le MND.

L’expert militaire chinois Song Zhongping a déclaré vendredi au Chine Direct que l’exercice à venir est l’un des rares exercices conjoints à grande échelle de l’histoire des deux pays, avec des sujets d’entraînement complexes et un équipement militaire complet.

Fu Qianshao, un expert chinois de l’aviation militaire, a déclaré vendredi au Chine Direct que ce serait la première fois que la Chine enverrait un chasseur-bombardier JH-7A pour participer à l’exercice conjoint avec la Thaïlande.

Le chasseur-bombardier JH-7A a un rayon de combat d’environ 1 500 kilomètres, et il est principalement destiné à mener des frappes air-sol à longue portée avec une capacité de combat d’autodéfense, a déclaré Fu. La participation du Shaanxi KJ-500 permettrait à la RTAF d’examiner de près le rôle de l’avion chinois d’alerte avancée et de contrôle aéroporté et sa capacité à trouver des cibles aéroportées à longue distance.

Song a déclaré que dans le passé, il y avait plus d’exercices de confrontation entre la Chine et la Thaïlande impliquant principalement l’armée de l’air, plutôt que de tels exercices intégrés air-sol.

Comme la Thaïlande achète principalement des armes et de l’équipement à l’Occident et adopte des méthodes d’entraînement occidentales, les exercices aideraient la Chine à mieux comprendre les performances de l’équipement et les tactiques de l’armement occidental, a déclaré M. Song. « C’est aussi un processus d’apprentissage les uns des autres. La RTAF peut vivre de près les changements de l’armée de l’air de l’APL ces dernières années, et également faire de nouvelles réflexions et faire de nouveaux choix pour ses futurs besoins de développement militaire. »

Néanmoins, les experts ont souligné que l’exercice annuel doit être considéré de manière normale, car son objectif principal, la lutte contre le terrorisme, ne doit pas être ignoré, en particulier lorsque le terrorisme continue de croître dans le monde, ce qui est la raison du renforcement de la coopération militaire entre la Chine et la Thaïlande.

Malgré les sollicitations et les pressions continues des États-Unis, les pays de l’ASEAN, dont la Thaïlande, ne veulent pas prendre parti entre Pékin et Washington, et encore moins devenir un pion des États-Unis pour contenir la Chine, a déclaré Song. « Ils préfèrent renforcer les échanges politiques et militaires avec davantage de pays pour assurer la maximisation de leurs propres intérêts. »

Considérant que la marine et l’armée thaïlandaises ont acheté des armes et des équipements chinois, il convient d’observer si la RTAF renforcera davantage sa coopération avec la Chine après cet exercice, a déclaré Fu.

La RTAF n’a pas acheté d’avions de combat en Chine, mais pour autant que je sache, ils ont été très impressionnés par les avions de combat chinois J-10C/S lors du dernier exercice conjoint en 2019, a noté Fu.

La Chine et la Thaïlande sont de bons amis et de bons voisins. Face à la situation régionale complexe et instable, la Chine et la Thaïlande doivent renforcer leur coopération militaire pour faire face conjointement aux défis, a déclaré M. Song, ajoutant que la tenue d’un tel exercice militaire démontre la confiance mutuelle politique et militaire entre les deux pays, et que ce n’est pas facile. pour certains pays extérieurs de contrarier la Chine en attirant la Thaïlande à ses côtés.

★★★★★

A lire également