Dans le tourbillon des ruelles chinoises se dévoile le mantou

Bouillonnement vivace de rires, de marchandages et de pergolas bordées de lanternes de papier rouge. Voilà comment on distingue les marchés chinois. Ici, parmi les étales de légumes aux couleurs vives, les poissons frétillants et les épices aux odeurs enivrantes, un mets humble et ordinaire occupe une place de roi : le mantou. Cette petite pâtisserie ronde et blanche, aussi discrète qu’omniprésente, est le paysage culinaire quotidien de la Chine.

Le mantou, chuchotement de l’histoire chinoise

Mais d’où vient ce pain blanc, moelleux, à la fois simple et si essentiel dans l’alimentation d’un pays aussi vaste que la Chine ? Plongez, cher lecteur, dans le creuset de l’histoire chinoise où, dit-on, le mantou serait né. En Chine, en cuisine comme dans la vie, tout a une histoire. Et, selon l’une d’elles, le mantou nous ferait remonter à l’époque de la dynastie des Han de l’Ouest, entre 206 av. J.-C. et 9 ap. J.-C.

Zhuge Liang, stratège militaire, aurait alors créé ces petits pains pour apaiser les esprits des rivières, durant une expédition militaire. Du chuan (bateau) au mantou (pain), la mémoire populaire a gardé le souvenir de ces offrandes en forme de têtes humaines… mais qui devinrent de plus petites boules de pâte une fois l’effroi passé.

Un voyage de saveurs et de textures

Ah, le mantou ! Malgré toute son histoire, il reste d’apparence humble : légèrement blanc, doux, et lisse. Mais ne vous y trompez pas. Sa simplicité extérieure cache une richesse intérieure sans précédent. Préparé à partir d’une pâte levée de farine, d’eau et de levure, le mantou, une fois cuit à la vapeur, se transforme en une merveille moelleuse, douce au toucher et tendre à la mâchoire. Une véritable délicatesse qui sert de toile blanche pour d’autres saveurs à se démarquer.

Sa saveur neutre fait du mantou un parfait véhicule culinaire. Car en Chine, le mantou n’est pas seulement une bouchée, mais devient aussi le pari culinaire du plat principal. Garni de viandes épicées, de légumes en sauce, parfois même sucré, ou tout simplement servi comme un bol de pain à côté d’un repas, le mantou est une palette vierge sur laquelle les saveurs chinoises s’expriment.

Le mantou aujourd’hui : innovation et tradition

Aujourd’hui, le mantou a survécu aux périodes tumultueuses de l’histoire chinoise et continue à être un élément omniprésent dans la cuisine chinoise. A la fois nostalgique et moderne, le mantou est une fenêtre ouverte sur la tradition et la modernité chinoises.

De la simple rue aux restaurants étoilés, on se réinvente en créant des versions innovantes du mantou – incorporant des ingrédients locaux, des techniques modernes, traduisant ainsi une tradition séculaire dans le langage du 21ème siècle. Qu’il soit farci d’un porc aigre-doux épicé, drapé d’une couverture de chocolat noir décadent, ou restant simplement nature, le mantou, en Chine, est bien plus qu’un pain. C’est une histoire, un patrimoine, une identité.

Le mantou, miroir de l’âme chinoise

Qui aurait cru que cette petite boule de pâte blanche et douce pourrait être le reflet d’une culture, d’une histoire et d’un peuple ? Le mantou est le miroir de l’âme chinoise – humble et déterminé, simple et complexe, traditionnel et novateur. Il est le produit de son passé, un testament vivant de ses traditions, et pourtant toujours à la recherche de nouvelles expressions du goût, de nouvelles manières d’inscrire le présent.

Le mantou est donc bien plus qu’une pâtisserie. C’est le témoignage d’une civilisation millénaire, le rythme de la vie quotidienne des Chinois, le réconfort d’une alimentation familiale. Si vous voulez comprendre la Chine, alors savourez un mantou. Vous comprendrez alors pourquoi ce petit pain est au cœur de la vie chinoise, pourquoi il est tant aimé et respecté. Car après tout, comme le dit un proverbe chinois, « le mantou est la première nécessité du peuple ».

★★★★★

A lire également