Le premier satellite mondial chinois de surveillance du dioxyde de carbone détecte avec succès le CO2 d'origine humaine

La fusée Longue Marche-2D transportant un satellite de surveillance du dioxyde de carbone décolle de la rampe de lancement du Centre de lancement de satellites de Jiuquan à Jiuquan, dans la province chinoise du Gansu (nord-ouest), le 22 novembre 2016. Il s’agissait de la 243e mission des fusées de la série Longue Marche. Outre TanSat, la fusée transportait également un micro-nano satellite à haute résolution et deux micro-nano satellites à spectre pour la surveillance agricole et forestière. (Xinhua/Ren Hui)

Le premier satellite chinois de surveillance mondiale du dioxyde de carbone, TanSat, a pour la première fois détecté des signatures d’émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine, ce qui est l’une des exigences les plus importantes nécessaires pour surveiller les gaz à effet de serre mondiaux, selon une équipe de recherche internationale.

L’équipe, composée de chercheurs de l’Académie chinoise des sciences (CAS) et de l’Institut météorologique finlandais, a publié mardi ses recherches dans la revue Advances in Atmospheric Sciences.

L’équipe a analysé les mesures de la mission TanSat et de la mission Copernicus Sentinel-5 Precursor, mission satellitaire européenne, pour identifier le dioxyde de carbone des activités humaines.

Les scientifiques ont mené leur étude en examinant deux ensembles de mesures recueillies dans deux villes. L’équipe a utilisé les données de dioxyde de carbone TanSat capturées en mai 2018 près de Tangshan, dans la province du Hebei (nord de la Chine), et en mars 2018 près de Tokyo, au Japon. Ils ont comparé les données TanSat aux mesures de dioxyde d’azote capturées par l’instrument de surveillance TROPOspheric à bord du satellite Copernicus Sentinel-5 Precursor aux mêmes dates au-dessus des mêmes villes, selon CAS.

Leurs deux études de cas ont montré que les mesures de dioxyde de carbone TanSat ont la capacité de capturer les variations anthropiques dans le panache et ont des modèles spatiaux comme celui des observations de dioxyde d’azote de l’instrument de surveillance TROPOspheric.

Les concentrations de dioxyde de carbone continuent d’augmenter en raison des activités humaines telles que la combustion de combustibles fossiles et le changement d’affectation des terres. Les émissions liées à la combustion de combustibles fossiles sont particulièrement localisées, les zones urbaines étant le principal contributeur responsable de plus de 70% des émissions mondiales, a déclaré Yang Dongxu, chercheur à l’Institut de physique atmosphérique de CAS, au Chine Direct. Mardi.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré la semaine dernière qu’elle prévoyait que les émissions mondiales de dioxyde de carbone s’élèveraient à 33,8 milliards de tonnes en 2022, soit 300 millions de tonnes de plus qu’en 2021, a rapporté l’AFP.

Pourtant, il a été particulièrement difficile pour les scientifiques d’obtenir les mesures de haute précision dont ils avaient besoin pour étudier les émissions anthropiques des villes, a-t-il déclaré.

Il s’agit de la première tentative d’utilisation des mesures TanSat pour détecter les signatures d’émissions de dioxyde de carbone anthropiques ou d’origine humaine, a déclaré Yang.

TanSat, lancé en 2016, est le premier satellite chinois de surveillance mondiale du dioxyde de carbone. Tan est la prononciation chinoise du carbone.

Le satellite de surveillance du carbone aide les scientifiques à mieux comprendre la situation actuelle des émissions de carbone et des puits de carbone, ce qui pourrait fournir un support de données ainsi qu’une optimisation des politiques pour les objectifs de carbone de la Chine, a déclaré Yang.

La Chine vise à atteindre un pic d’émissions de CO2 avant 2030 et à atteindre la neutralité carbone avant 2060.

Pour l’avenir, l’équipe prévoit d’étendre cette recherche. « Le TanSat est notre première tentative de surveillance mondiale du carbone. La prochaine génération de la mission satellite chinoise de surveillance mondiale du dioxyde de carbone, TanSat-2, est maintenant en phase de conception », a déclaré Liu Yi, également de l’Institut de physique atmosphérique de CAS.

Selon Liu, les mesures cibles de TanSat-2 se concentreront sur l’enregistrement du gradient de dioxyde de carbone du centre-ville vers les zones rurales à l’aide d’un processus d’imagerie et d’une empreinte de 500 mètres pour améliorer la précision de l’estimation des émissions. TanSat-2 sera une constellation de satellites répartis sur au moins deux orbites le matin et l’après-midi pour couvrir une ville ou une source ponctuelle deux fois par jour.

★★★★★

A lire également