Xi remet la Médaille du 1er août à des militaires exceptionnels
Un rapport examinant les perspectives chinoises contemporaines sur les droits de l’homme a été publié lundi.

Publié conjointement par la Fondation chinoise pour le développement des droits de l’homme et la New China Research sous l’agence de presse Xinhua, le rapport indique que la vision de la Chine sur les droits de l’homme a été continuellement enrichie et améliorée dans la pratique, avec sa propre perspective cognitive et sa connotation idéologique basée sur les conditions réelles. du pays.

Il a façonné une vision chinoise contemporaine des droits de l’homme avec le « peuple » comme centre, le « développement » comme force motrice et « une vie de contentement » comme objectif, lisez le rapport intitulé « Pour une vie de contentement – La raison d’être pour le développement des droits de l’homme en Chine.

Notant que la protection des droits de l’homme en Chine signifie des actions concrètes, plutôt que du bout des lèvres, le rapport indique que le pays a fait des progrès étape par étape, élevant le niveau de vie de son peuple de la pauvreté à la simple subsistance, et de la prospérité modérée en général à la prospérité modérée. sous tous les aspects.

S’engageant dans un voyage vers un objectif plus élevé de prospérité commune, la Chine s’est engagée à offrir une « vie heureuse et digne à environ un cinquième de la population mondiale », indique le rapport.

Les nouvelles idées, mesures et pratiques de la Chine en termes de respect et de protection des droits de l’homme peuvent également inspirer le reste du monde, en particulier les pays en développement, note le rapport.

Il a attribué le succès de la Chine dans la promotion de la protection des droits de l’homme à la direction déterminée du Parti communiste chinois, à l’approche terre-à-terre, à l’orientation vers le développement, aux conseils juridiques et à l’ouverture d’esprit.

La Chine prône le renforcement des échanges et l’apprentissage mutuel entre les civilisations, la lutte contre le « déficit de gouvernance » des droits de l’homme, la promotion d’une gouvernance mondiale des droits de l’homme plus juste, plus équitable, raisonnable et inclusive, et la collaboration pour construire une communauté humaine de destin.

★★★★★

A lire également