Journée internationale du déjeuner contre la discrimination contre le sida organisée dans le Shanxi, dans le nord de la Chine, appelant à une plus grande sensibilisation aux cas de VIH/sida

L’événement International AIDS Anti-Discrimination Lunch Day se tient à Linfen, dans la province du Shanxi (nord de la Chine), sous le thème « Fleur d’amour », le 26 mai 2023. Photo : Avec l’aimable autorisation de l’AHF

Le 12e déjeuner annuel de la Journée internationale de lutte contre la discrimination contre le sida s’est tenu avec succès vendredi à Linfen, dans la province du Shanxi (nord de la Chine). Sous le thème « Fleur d’amour », l’événement visait à améliorer la sensibilisation du public au VIH/SIDA et à créer une atmosphère sociale plus chaleureuse et exempte de discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH.

Le déjeuner annuel, qui s’est tenu à l’école du ruban rouge de Linfen, a également été témoin d’un mariage spécial pour un couple inscrit à l’école à un jeune âge, puis diplômé de la même institution. La mariée Cuicui et le marié Xiaofan, tous deux infectés par le VIH à la naissance, ont été séparés de leurs parents à un jeune âge. Ils ont été inscrits à l’école en 2004, devenant les premiers élèves de l’école.

Cuicui et Xiaofan célèbrent leur mariage lors du 12e déjeuner annuel de la Journée internationale de lutte contre la discrimination contre le sida à Linfen, dans la province du Shanxi (nord de la Chine), le 26 mai 2023. Photo : avec l'aimable autorisation de l'AHF

Cuicui et Xiaofan célèbrent leur mariage lors du 12e déjeuner annuel de la Journée internationale de lutte contre la discrimination contre le sida à Linfen, dans la province du Shanxi (nord de la Chine), le 26 mai 2023. Photo : avec l’aimable autorisation de l’AHF

Leur mariage a attiré la bénédiction de dizaines de personnes soucieuses de la situation du couple, dont Wang Xinlun, président de l’Association chinoise de prévention et de contrôle des MST et du SIDA.

À l’heure actuelle, la Linfen Red Ribbon School est la seule école en Chine dédiée au traitement des enfants qui ont contracté le VIH à la naissance. En 2012, Guo Xiaoping, le directeur de l’école, et le Dr Bao Yugang, vice-président de la AIDS Healthcare Foundation (AHF) Asia, ont lancé conjointement le projet « 526 International AIDS Anti-Discrimination Lunch Day », appelant à mettre fin à la discrimination. contre ceux qui sont séropositifs au VIH/SIDA dans la société.

Aujourd’hui, elle est devenue l’une des campagnes mondiales les plus influentes dans le domaine de la lutte contre la discrimination liée au VIH/sida. Le projet a attiré des participants de près de 80 villes telles que Pékin et Shanghai, et de plus de 40 pays et régions, dont l’Inde, le Cambodge, les États-Unis et l’Afrique du Sud.

Le projet a été inspiré à l’origine par une réception de mariage. Il y a 12 ans, Liu Liping, une enseignante séropositive à l’école du ruban rouge de Linfen, a été invitée au mariage d’un ami. Cependant, quand elle s’est assise, tous les autres invités à sa table sont partis. Ce n’est que plus tard qu’elle a su que d’autres invités craignaient de contracter la maladie par simple proximité avec elle.

Par conséquent, Guo a proposé le projet de préconiser la manière de « partager une table » pour faire connaître au public les informations correctes concernant la prévention et le traitement du sida, et lutter contre la discrimination causée par le sida.

En fait, si les personnes infectées par le VIH suivent un traitement prescrit et mènent une vie heureuse et normale, elles peuvent elles aussi se marier et même avoir des enfants séronégatifs en bonne santé. Pour les patients qui ont arrêté le traitement, la reprise du traitement est également une priorité.

La Chine a fait beaucoup d’efforts dans la prévention et le contrôle du sida et a fait quelques progrès ces dernières années. « D’une manière générale, l’épidémie de VIH/SIDA en Chine est sous contrôle », a déclaré Han Mengjie, directeur du Centre national chinois de contrôle et de prévention du SIDA/MST, lors d’une réunion organisée par le Centre national de recherche clinique sur les maladies infectieuses en mai. 19, rapporté par Caixin News.

Le nombre de cas de VIH/sida signalés en Chine a augmenté chaque année depuis 1985 pour atteindre un pic de plus de 150 000 en 2019, mais a ensuite chuté d’environ 13 % au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour atteindre 107 000 en 2022, a souligné M. Han.

La transmission du VIH/sida par les transfusions sanguines a été essentiellement atténuée et aucun cas de transmission n’a été signalé au cours des trois dernières années. La transmission mère-enfant est également tombée à un niveau record, le taux de transmission mère-enfant du VIH tombant à 3% en 2022, a-t-il déclaré.

La Chine s’est fixé pour objectif de réduire l’indicateur à moins de 2 % d’ici 2025 pour parvenir à l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant au niveau national.

Dans le même temps, le taux de détection des cas continue de s’améliorer, passant à 84,2% en 2022. Le taux de couverture du premier traitement des cas de sida a atteint plus de 90%.

A lire également