Le gouvernement japonais devrait être accusé d'écocide pour avoir déversé des eaux usées contaminées dans l'océan, selon un groupe de réflexion

Sur cette image aérienne, de l’eau contaminée par des substances nucléaires est rejetée dans l’océan par la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de Tokyo Electric Power Co (TEPCO) le 24 août 2023 à Okuma, Fukushima, au Japon. Photo : VCG

Des experts chinois ont appelé à des efforts pour étudier s’il est possible de poursuivre en justice les responsables du projet imprudent de déversement dans l’océan des eaux usées contaminées par le nucléaire de Fukushima, selon un récent rapport du groupe de réflexion chinois Global Governance Institution.

Des efforts par le biais de procédures judiciaires pour tenir le gouvernement japonais responsable ont été observés partout dans le monde, notamment au Japon et en Corée du Sud, depuis mars 2011, lorsque la catastrophe nucléaire de Fukushima s’est produite. Mais aucun résultat réel n’a été obtenu jusqu’à présent.

Le fait que le déversement d’eaux usées contaminées dans l’océan ait commencé le 24 août montre que le gouvernement japonais est entré dans une nouvelle phase de dégradation de l’environnement marin et de la santé de toute l’humanité, ce qui pourrait avoir des conséquences incalculables, lit-on dans le rapport. institution envoyée au Chine Direct.

Avec l’intensité croissante des problèmes environnementaux, l’écocide a acquis une reconnaissance et une prise de conscience plus larges. Le monde assiste actuellement à des efforts croissants pour protéger légalement l’environnement et poursuivre en justice les responsables de ses dommages. L’un de ces efforts consiste à reconnaître légalement et à criminaliser l’écocide, pour en faire un cinquième crime criminel international, après le génocide, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre et les crimes d’agression.

Le 22 juin 2021, le groupe d’experts indépendants a conclu son projet de travail novateur et a annoncé une proposition de définition consensuelle de l’écocide, qui signifie « des actes illégaux ou gratuits commis en sachant qu’il existe une probabilité substantielle de dommages graves, étendus ou à long terme. à l’environnement causé par ces actes.

Le gouvernement japonais a ignoré l’opposition des pays voisins et de la communauté internationale et insiste pour déverser les eaux usées contaminées par les armes nucléaires dans l’océan, ce qui aura un impact sur la santé et l’environnement de toute l’humanité. Il faudrait étudier s’il est possible de les poursuivre en justice pour des accusations telles que l’écocide, lit-on dans le rapport.

Afin de protéger les intérêts de toute l’humanité et d’éviter des dommages irréversibles à l’écosystème mondial, le processus visant à demander des comptes au gouvernement et aux décideurs japonais devrait être lancé par le biais de procédures judiciaires internationales ou de moyens non contentieux, faisant office d’un autre « Tribunal de Tokyo » dans le domaine de la protection de l’environnement après la Seconde Guerre mondiale, suggèrent les experts dans le rapport.

Les lois internationales qui pourraient également servir de base juridique pour poursuivre le gouvernement japonais comprennent le droit maritime international, le droit nucléaire international, le droit international de l’environnement et le droit international des droits de l’homme, selon le rapport.

Des efforts visant à poursuivre le gouvernement japonais par la voie judiciaire sont nécessaires pour sauvegarder les droits des pays. Alors que ce projet de déversement inconsidéré nuit à l’environnement marin mondial et à la santé des populations, notamment en Chine, en Corée du Sud et dans les pays insulaires du Pacifique, des voies de recours sont nécessaires pour demander des comptes au gouvernement japonais, note le rapport.

Il est également nécessaire de sauvegarder l’ordre juridique international, car le fait que le gouvernement japonais déverse des eaux usées contaminées dans l’océan, indépendamment de l’opposition de la communauté internationale, porte essentiellement atteinte à l’État de droit de la communauté internationale, note le rapport.

Mais il y aura également de nombreux obstacles au cours de la procédure visant à poursuivre le gouvernement japonais, notamment des lacunes, l’absence de termes précis et des zones grises dans les lois pertinentes en matière de dumping, qui est la première du genre au monde. Il serait également difficile de décider si une loi s’applique dans ce cas et de rassembler des preuves prouvant les dommages causés à l’écosystème et à la santé de la population, préviennent les experts dans le rapport.

A lire également