Les hôpitaux appellent à une société favorable à la maternité

Le personnel médical prend soin d’un nouveau-né dans l’unité de soins spéciaux de Ruili, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), le 11 août 2021. Une femme enceinte atteinte du COVID-19 a donné naissance mercredi matin à des triplés dans la zone de quarantaine d’un hôpital désigné du sud-ouest. La ville frontalière chinoise de Ruili, a annoncé jeudi la commission provinciale de la santé du Yunnan. Il s’agit du premier cas du genre en Chine.Photo : Xinhua

Certains hôpitaux de base en Chine auraient vu cette année une baisse du nombre de femmes enceintes enregistrées, ont rapporté les médias locaux. Les démographes chinois prédisent que le pays enregistrera 8,5 à 9 millions de nouveau-nés cette année, tout en appelant à des efforts pour jouer sur de nouveaux atouts et améliorer encore la qualité de la population.

Des médecins du département d’obstétrique et de gynécologie (O&G) d’un hôpital de la province du Henan ont déclaré au magazine China Philanthropist qu’ils avaient remarqué une chute vertigineuse du nombre de femmes enceintes enregistrées cette année, par rapport aux années précédentes.

Des médecins des provinces du Guizhou (sud-ouest de la Chine) et du Heilongjiang (nord-est) ont également signalé la baisse du nombre de naissances dans leurs instituts, selon Hongxing News, un portail d’information basé à Chengdu.

La population chinoise a diminué de 850 000 en 2022 par rapport à l’année précédente, a annoncé le Bureau national des statistiques (NBS) en février. Le nombre de naissances était de 9,56 millions l’année dernière, soit 6,77 pour 1 000 personnes, selon les données du bureau.

« Bien que les naissances en 2023 devraient encore baisser à partir de 2022, leur nombre se situera entre 8,5 millions et 9 millions », selon He Yafu, un démographe indépendant.

Ces derniers jours, le Quotidien du Peuple et l’agence de presse Xinhua ont publié des articles encourageant la société à reconnaître les « nouvelles réalités » du développement démographique de la Chine.

Un article publié par Xinhua lundi appelait à des vues complètes et appropriées de la population chinoise.

L’article demandait aux gens de considérer à la fois la quantité et la qualité de la population, et de ne pas simplement considérer les augmentations ou les diminutions comme des avantages ou des inconvénients.

Cai Fang, ancien directeur adjoint de l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré lors d’un récent séminaire qu’il n’y a pas lieu d’être pessimiste quant à la baisse du taux de natalité.

Il est temps pour la Chine de créer les conditions pour améliorer encore la qualité de la population afin de compenser la baisse, et de remplacer les facteurs de production par la productivité.

Il a déclaré que le déclin de la population, ainsi que le COVID-19, avaient un impact sur la consommation. Il a suggéré une répartition équitable et efficace du travail, l’augmentation des revenus des personnes à bas salaire et l’élargissement de l’égalité d’accès aux biens publics de base.

Wang Pingping, un haut responsable du NBS, a déclaré en janvier que bien que la population ait diminué en 2022, le dividende démographique de la Chine et son vaste avantage sur le marché existent toujours.

Le pays dispose encore d’énormes ressources en main-d’œuvre, la population en âge de travailler s’élevant à 900 millions de personnes.

Le responsable a déclaré que le dividende démographique commençait à peine à apparaître à mesure que le niveau d’éducation des Chinois s’améliorait.

En 2022, la durée moyenne d’études des personnes âgées de 16 à 59 ans a atteint 10,93 ans, soit une augmentation de 0,11 an par rapport à 2021.

A lire également