Photo: CCTV

Photo : vidéosurveillance

Un fugitif chinois figurant sur la notice rouge d'Interpol, accusé d'avoir absorbé illégalement des dépôts publics et en fuite depuis 11 ans, a été rapatrié en Chine depuis l'Indonésie jeudi matin. L'opération de police marque une nouvelle réussite dans le cadre de la coopération en matière d'application de la loi entre la Chine et l'Indonésie.

Le suspect, surnommé Liu, a illégalement sollicité des fonds importants auprès du public au nom d'investissements et de rendements élevés entre avril 2010 et décembre 2012, sans l'approbation des organismes de réglementation et sans aucune qualification légitime, ce qui a entraîné des pertes économiques importantes.
Début 2013, Liu a fui vers l'Indonésie et en mars 2013, le Bureau de la sécurité publique de Jungar Banner, dans la région autonome de Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine, a lancé une enquête sur Liu. En juin de la même année, le Parquet populaire de Jungar Banner a approuvé l'arrestation de Liu.

Depuis le lancement de l’opération « chasse au renard » en 2014, la police chinoise a identifié Liu comme un fugitif clé ciblé pour être appréhendé et il a été inscrit sur la notice rouge d’Interpol en novembre 2014.

Au cours de la dernière décennie, la police chinoise a coopéré avec les services indonésiens chargés de l'application des lois sur cette affaire, recherchant où se trouve Liu.

En février de cette année, les forces de l'ordre indonésiennes ont capturé Liu. Avec le soutien de l'ambassade de Chine en Indonésie, Liu a été rapatrié en Chine.

Selon un responsable du bureau de « chasse au renard » du ministère chinois de la Sécurité publique (MPS), l'arrestation réussie du suspect dans cette affaire démontre que le département de la sécurité publique poursuivra les fugitifs jusqu'au bout avec une détermination sans faille. détermination, quelle que soit la distance parcourue par les suspects, depuis combien de temps ils sont en fuite ou jusqu'à quel point ils se cachent.

Les autorités chinoises de sécurité publique ont averti les suspects de délits économiques qui ont fui à l’étranger qu’il n’y avait aucun moyen d’échapper au bras long de la loi. Il n’existe aucun pays hors-la-loi au monde et la seule issue correcte est de retourner volontairement en Chine et de s’y rendre.

Il s’agit du deuxième cas d’opération de « chasse au renard » signalé par le MPS cette année. Un fugitif du nom de Zhou, soupçonné d'avoir collecté des fonds par fraude et en fuite depuis huit ans, a été rapatrié en Chine depuis Singapour le 7 février 2024, selon le ministère.

La « chasse au renard » est une action spéciale lancée par le MPS ciblant les activités frauduleuses impliquant de fausses informations et les escroqueries. Depuis son lancement en 2014, il a sauvegardé les intérêts économiques du public, maintenu l'ordre économique normal et assuré la stabilité sociale, ont indiqué des responsables.

En 2023, le bureau chargé de superviser l’opération « Chasse au renard » a organisé et dirigé la police dans les localités pour mettre en place plus de 30 groupes de travail et s’est rendu dans plus de 20 pays pour appréhender un total de 1 255 suspects de délits économiques.

Alors que la Chine intensifie ses efforts pour poursuivre les fonctionnaires corrompus et les criminels fuyant à l’étranger, l’opération de « chasse au renard » a également été intégrée à la campagne « Sky Net », devenant ainsi une opération internationale plus vaste visant à rapatrier les fugitifs et les fonds vers la Chine.

Selon les statistiques de la Commission centrale de contrôle de la discipline et de la Commission nationale de surveillance, au 20e Congrès national du Parti communiste chinois en octobre 2022, la campagne « Sky Net » avait rapatrié 10 668 fugitifs et récupéré 44,79 milliards de yuans (6,22 milliards de dollars) en 2022. fonds illicites.

Temps mondial

A lire également