Plongée dans l’économie numérique de la Chine, le paiement du Futur

Nous descendons à l’aube depuis le vrombissement incessant du hub aéroportuaire de Pékin. Les premiers rayons de soleil effleurent les gratte-ciels futuristes qui s’élancent à la conquête du ciel, mirroirs lumineux de l’ambition chinoise. Mais si le décor semble sorti d’un film de science-fiction, les changements ne s’arrêtent pas à l’architecture. Car c’est l’économie même de la Chine qui a basculé dans le futur. Le paiement en espèces, presque relégué au rang de relique historique, a été supplanté par les méthodes de paiement numériques.

L’abandon rapide des espèces : un signe des temps

Naguère, le yuan – la monnaie chinoise – était roi. Partout où on allait, des restaurants aux bazars, une liasse de billets de yuans remuée entre les mains scellait les transactions. Cependant, de mon périple dans l’Empire du Milieu, j’ai constaté que le bon vieux yuan montrait des signes de fatigue. Dans les grandes métropoles comme dans les rues tortueuses des villages traditionnels, les vendeurs sont dorénavant équipés d’une panoplie d’outils numériques pour accepter les paiements via smartphone.

WeChat Pay et Alipay : maîtres du jeu financier

Les deux grands maîtres qui dominent ce nouvel âge de la monnaie sont WeChat Pay et Alipay. Ces deux géants ont réussi à se frayer un chemin dans presque tous les aspects de la vie quotidienne en Chine. En se baladant dans les rues de Shanghai, on peut voir des vendeurs de rue, des temples bouddhistes, et même des mendiants équipés des QR codes utiles pour recevoir les paiements via ces deux applications.

Les avantages que ces nouveaux systèmes de paiement offrent sont évidents. Ils sont rapides, conviviaux et incroyablement pratiques. Avec votre smartphone en main, vous pouvez tout faire, du paiement de votre repas à l’achat de billets pour le cinéma ou des réservations pour le train.

Diversification des plateformes de paiement

Si les deux principaux acteurs du paiement numérique en Chine sont Alipay et WeChat Pay, ils ne sont pas les seuls sur le marché. JD Pay, le système de paiement de JD.com (comparable à Amazon en Chine), UnionPay (proche de nos Visa et Mastercard) ou encore QuickPass et Lakala sont autant de services qui gagnent en popularité.

Des taxis aux temples, rien n’échappe à la révolution numérique

Même la plus humble des transactions quotidiennes a été touchée par cette révolution numérique en Chine. Les chauffeurs de taxi, par exemple, ont rapidement adopté ces nouvelles formes de paiement. Que vous soyez à Pékin, Shanghai ou dans n’importe quelle ville de la Chine, il se peut que le chauffeur de taxi que vous prenez soit préparé à accepter votre paiement via WeChat Pay ou Alipay.

De la même manière, même les temples, refuges traditionnels de spiritualité et de quiétude, ont également adopté ces nouvelles technologies financières. À l’entrée, vous pouvez trouver des moines et des fidèles tenant à la main des panneaux avec des QR codes, demandant des dons numériques pour le fonctionnement du temple.

Le futur est là : bienvenue dans l’ère du paiement numérique

Ce qui m’a le plus marqué durant mon voyage en Chine, c’est la rapidité avec laquelle le pays a embrassé l’ère du paiement numérique. Qu’il s’agisse de payer leur facture d’électricité, de regler un repas ou encore d’aider un mendiant dans la rue, les Chinois ont adopté le paiement numérique comme une seconde nature.

La Chine navigue sur une mer numérique et tire profit de sa vague numérique pour réinventer l’économie. Pris dans ces ebats technologiques, le bon vieil argent liquide semble être sur le point de devenir un étranger dans sa propre terre. Que cela serve d’avertissement ou d’inspiration à d’autres nations, seule l’histoire le dira.

A lire également