Photo:CCTV

Photo:CCTV

Lorsqu’on lui a demandé si le dirigeant chinois assisterait à la prochaine réunion de l’APEC aux États-Unis plus tard cette année, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’en tant que plus grand pays en développement du monde et membre important de l’APEC, la Chine était prête à répondre aux attentes de la communauté internationale et jouer un rôle constructif pour assurer le succès de la réunion de cette année.

La Chine est un pays responsable et jamais absent des forums multilatéraux importants auxquels la Chine participe, a déclaré Wang, qui est également membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), lors de la conférence de presse alors que le gouvernement chinois publiait un livre blanc intitulé « Une communauté mondiale de destin partagé : les propositions et les actions de la Chine ».

« En ce qui concerne la participation à l’événement de l’APEC que vous avez mentionné, nous sommes en communication avec les parties concernées et publierons des informations officielles en temps utile », a-t-il déclaré.

La participation du dirigeant chinois à la réunion de l’APEC de cette année a fait l’objet d’une attention particulière de la part des médias occidentaux, car si le voyage pouvait avoir lieu, ce serait également l’occasion d’une rencontre face-à-face entre les dirigeants chinois et américains. dirigeants dans un contexte d’intensification des tensions entre les deux plus grandes économies du monde.

L’APEC est le mécanisme de coopération économique le plus influent dans la région Asie-Pacifique, tant en termes de haut niveau que de portée étendue, a indiqué M. Wang. La 13e réunion informelle des dirigeants, prévue plus tard cette année, devrait servir de grande scène pour promouvoir la coopération, plutôt que d’arène pour provoquer la confrontation.

« Nous espérons que les Etats-Unis, en tant qu’hôte, reconnaîtront leurs responsabilités et feront preuve d’ouverture, d’équité et d’inclusion, créant ainsi de meilleures conditions pour le bon déroulement de la réunion », a déclaré le plus haut diplomate chinois.

Lorsque John Lee, directeur général de la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK), a rencontré la presse avant d’assister à la réunion du Conseil exécutif mardi matin, on lui a demandé s’il recevait une invitation au sommet de l’APEC.

Lee a déclaré qu’il attendait toujours une invitation. L’organisateur, faisant référence aux États-Unis, devrait inviter les dirigeants des économies respectives. Le gouvernement de la RASHK participera conformément aux règles et procédures standard, a-t-il indiqué.

En réponse aux informations des médias selon lesquelles les États-Unis n’inviteraient pas la CE de la RASHK à l’APEC en raison des sanctions imposées à un certain nombre de responsables chinois, ce à quoi le ministère chinois des Affaires étrangères avait exprimé une ferme opposition et fait de sérieuses démarches auprès des États-Unis.

La diplomatie multilatérale constitue une base cruciale pour la participation de la Chine à la gouvernance mondiale et à la promotion d’une communauté mondiale de destin partagé, et constitue bien entendu une plate-forme importante pour mener la diplomatie des chefs d’État, a noté M. Wang.

« Le président Xi Jinping accorde une grande importance à la diplomatie multilatérale et le rôle de la Chine dans la gouvernance mondiale est de plus en plus important. Pour résumer notre position sur la gouvernance mondiale, nous préconisons et pratiquons un véritable multilatéralisme », a-t-il déclaré.

Nous pensons que pour construire une communauté mondiale de destin partagé, nous devons nous opposer à toutes les formes d’unilatéralisme, de confrontations entre blocs et de politique de puissance. Il est crucial de défendre fermement l’autorité et le statut des Nations Unies et d’adhérer à une perspective de gouvernance mondiale qui met l’accent sur la consultation, la construction conjointe et les bénéfices partagés, a expliqué M. Wang. « Les affaires mondiales doivent être abordées collectivement et les réalisations doivent être partagées par tous. »

Le livre blanc publié mardi est composé de cinq chapitres dont « L’humanité à la croisée des chemins », « Une réponse à l’appel du temps et un projet pour l’avenir », « Des racines profondes dans l’histoire et les traditions culturelles », « Orientation et voie à suivre ». » et « l’action et la contribution de la Chine ».

A lire également