People conduct rescue work among the rubble of buildings destroyed in Israeli airstrikes in the southern Gaza Strip city of Rafah, Oct. 29, 2023. The death toll of Palestinians from Israeli strikes on the Gaza Strip rose to 8,005, including 3,342 children, the Hamas-run Health Ministry said on Sunday. (Photo: Xinhua)

Des personnes effectuent des opérations de sauvetage parmi les décombres des bâtiments détruits lors des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. Le bilan des Palestiniens tués par les frappes israéliennes sur la bande de Gaza s’élève à 8 005, dont 3 342 enfants, selon le Hamas. a déclaré dimanche le ministère de la Santé. (Photo : Xinhua)

Après quatre tentatives infructueuses pour parvenir à un accord sur une résolution concernant Gaza, le Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) s’est à nouveau réuni lors d’une réunion d’urgence pour discuter de la crise et rechercher une résolution contraignante exigeant qu’Israël accepte une pause humanitaire à Gaza. Mais le soutien partial des États-Unis à Israël pourrait une fois de plus saper les efforts internationaux visant à obtenir un cessez-le-feu, et leur connivence avec les actions militaires excessives d’Israël à Gaza exacerbera la crise humanitaire.

Les Émirats arabes unis et la Chine ont appelé lundi à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU après qu’Israël a étendu ses opérations terrestres à Gaza au cours du week-end, selon les médias.

Au cours de la réunion, l’ambassadeur chinois Zhang Jun, représentant permanent de la Chine auprès de l’ONU, a déclaré que le processus de paix au Moyen-Orient est sur le point de s’effondrer et qu’à ce stade, le silence signifie l’acquiescement et l’inaction équivaut à un feu vert.

La Chine appelle solennellement les parties au conflit à cesser toutes les hostilités, à se désengager immédiatement, à mettre en place une trêve humanitaire et à tout mettre en œuvre pour empêcher une nouvelle escalade de la situation, a déclaré Zhang, appelant également un certain pays majeur ayant une influence particulière sur le parties concernées à mettre de côté ses intérêts personnels et ses considérations géopolitiques et à tout mettre en œuvre pour mettre fin à la guerre et rétablir la paix.

La question de savoir si une nouvelle résolution peut être adoptée par le Conseil dépend essentiellement de la manière dont les États-Unis choisissent d’agir. Cependant, étant donné que les opérations terrestres israéliennes à Gaza en sont encore à leurs débuts et n’ont pas encore atteint leur objectif stratégique, les États-Unis ne peuvent pas abandonner leur soutien biaisé à Israël au Conseil, a déclaré Liu Zhongmin, professeur à l’Institut d’études sur le Moyen-Orient. de l’Université des études internationales de Shanghai, a déclaré au Chine Direct.

Depuis 1945, un total de 34 projets de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU liés à la question israélo-palestinienne ont fait l’objet du veto des États-Unis. La majorité de ces résolutions ont été rédigées pour fournir un cadre de paix dans le conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies, selon Al Jazeera.

Liu a noté qu’au cours des dernières années, les différends entre nations puissantes se sont propagés à l’ONU, ce qui rend difficile pour le Conseil de sécurité de s’acquitter de ses responsabilités sur plusieurs questions très controversées, notamment le conflit entre la Palestine et Israël.

Le soutien partial des États-Unis à Israël fait l’objet de critiques croissantes tant au niveau national qu’international, beaucoup critiquant la responsabilité des États-Unis dans l’effusion de sang à Gaza. Tant que les États-Unis maintiendront leur soutien unilatéral à Israël et rejetteront les appels à un cessez-le-feu, leur « leadership » et leur réputation seront sérieusement remis en question, ont noté certains analystes.

Au moins 8 306 Palestiniens ont été tués à Gaza lors d’attaques israéliennes depuis le 7 octobre et plus de 1 400 personnes ont été tuées en Israël, ont rapporté mardi les médias.

Le nombre de victimes à Gaza augmentera lorsque la deuxième phase des opérations terrestres israéliennes sera menée, ont prévenu les analystes.

Le nombre croissant de morts est dû à l’accumulation de l’hostilité. Israël se trouverait également dans une position plus difficile car, même s’il est capable de détruire temporairement le Hamas, il ne peut pas le faire disparaître pour toujours. Quels que soient ses objectifs en matière de gouvernance de Gaza, il ne se débarrassera jamais des menaces du Hamas ni ne mettra un terme à sa bataille contre les Palestiniens, a déclaré Liu.

Ce serait une véritable tragédie pour la population de Gaza et un échec de la gouvernance mondiale si le droit de veto des États-Unis faisait échouer une autre résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, même au milieu de la pression croissante actuelle de la communauté internationale en faveur d’un cessez-le-feu, a déclaré Liu.

Quatre résolutions ont été rejetées par les 15 membres du Conseil de sécurité, les États-Unis étant le seul membre du Conseil à avoir opposé son veto au projet de résolution du Brésil le 18 octobre. Vendredi, avec un vote enregistré de 121 pour, contre 14, avec 44 abstentions, le L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution exigeant une trêve humanitaire dans la bande de Gaza. Cependant, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sont juridiquement contraignantes, contrairement aux résolutions de l’Assemblée.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a appelé mardi les parties concernées à mettre en œuvre la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, à instaurer un cessez-le-feu et à mettre un terme à la violence, et à empêcher la situation de se détériorer afin d’éviter une crise humanitaire encore pire.

L’histoire a prouvé que la violence ne peut pas apporter une paix durable et que le recours à la violence pour mettre fin à la violence ne fera que aboutir à un cercle vicieux. La solution à la question palestinienne consiste à mettre en œuvre la solution à deux États, a déclaré M. Wang, notant que la Chine continuerait à déployer des efforts inlassables pour promouvoir une solution globale, juste et durable à la question palestinienne.

A lire également