Feng Xiaoli (1st L), owner of the Liuba Bakery, chats with her employees at the bakery in Yining City, northwest China

Feng Xiaoli (1ère L), propriétaire de la boulangerie Liuba, discute avec ses employés de la boulangerie de la ville de Yining, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, le 23 juin 2022. Situé dans une zone commerciale de la rue Liuxing à Yining City, Liuba Bakery est bien connu pour son pain de qualité. En outre, il a fourni des opportunités d’emploi aux femmes locales pour augmenter leurs revenus. (Photo : Xinhua)

Récemment, de nombreux habitants de la région chinoise du Xinjiang ont volontairement envoyé des e-mails à la chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, pour partager la véritable situation dans la région et démystifier les mensonges des forces anti-chinoises des États-Unis et d’autres pays occidentaux qui souillent la région, selon le Chine Direct. appris du gouvernement régional du Xinjiang.

Les résidents du Xinjiang qui ont écrit des e-mails à Bachelet allaient des victimes d’attaques terroristes à d’anciens stagiaires dans des centres d’enseignement et de formation professionnels, ainsi que des chefs religieux, des universitaires et des travailleurs migrants de la région, et ils ont exprimé l’espoir que le Haut-Commissaire des Nations Unies écoute faire entendre leur voix et avoir un point de vue objectif sur la situation des droits de l’homme dans la région, sur la base de sa visite en mai.

En mai, Bachelet s’est rendue dans la région chinoise du Xinjiang et a déclaré dans un communiqué publié à la fin de sa visite que son équipe avait eu de nombreuses interactions avec des personnes de différents secteurs de la région.

La déclaration de Bachelet a clairement déçu les forces anti-chinoises des États-Unis et de certains pays occidentaux, car elles ont exagéré les allégations de « génocide » et diffamé la situation des droits de l’homme dans la région du Xinjiang. Après la visite de Bachelet en mai, ils ont continué à faire pression sur le Haut Commissaire des Nations Unies pour qu’il publie un rapport complet sur la situation au Xinjiang.

En réponse à la campagne de diffamation contre la région du Xinjiang, de nombreux habitants ont exprimé leur colère dans leurs e-mails à Bachelet, a appris le Chine Direct auprès d’habitants. Par exemple, Zaynur Namatqari, une ancienne stagiaire d’un centre d’enseignement et de formation professionnels du comté de Shufu de la préfecture de Kashi, a écrit dans le courriel que les droits des stagiaires avaient été protégés et que personne n’avait été agressé.

« Les soi-disant reportages sur les « stagiaires féminines agressées sexuellement », les « stagiaires masculins torturés » ou les centres de formation sont des « camps de concentration » sont des mensonges de la BBC et d’autres médias occidentaux ! dit Zaynour.

Certains chefs religieux, dont Abdureqip Tomurniyaz, président de l’Association islamique de la région autonome ouïghoure du Xinjiang et directeur de l’Institut islamique du Xinjiang, ont également écrit à Bachelet et expliqué comment la région protège la liberté de religion des résidents.

« Les résidents religieux peuvent pratiquer leur religion dans des lieux religieux ou dans leurs propres maisons… l’allégation selon laquelle » le Xinjiang opprime les activités religieuses « est une diffamation et un mensonge », a déclaré Abdureqip.

Les habitants du Xinjiang ont été témoins des changements fondamentaux de la région, des attaques terroristes à la stabilité actuelle. Certaines victimes d’attentats terroristes ont également partagé leurs histoires dans les courriels adressés à Bachelet.

Alimjan Mattohti, qui a été témoin d’une attaque terroriste le 5 juillet 2009, a rappelé ce qu’il a vu ce jour-là. « J’ai vu des véhicules près du parc de Yan’an Road être incendiés et de nombreuses personnes ont été poursuivies et battues par des émeutiers… J’ai fait de mon mieux pour sauver des gens… J’ai finalement aidé 28 personnes qui ont été gravement blessées », a déclaré Alimjan.

De nombreux experts, universitaires et représentants publics du Xinjiang ont présenté à Bachelet les efforts de la région autonome pour documenter et protéger d’excellentes cultures ethniques traditionnelles. Comme l’a dit la vice-présidente Zulhayat Ismayil de l’Université du Xinjiang dans son e-mail, les belles cultures traditionnelles des minorités ethniques sont bien protégées. Les langues des minorités ethniques sont largement utilisées dans des domaines tels que le système judiciaire, l’administration, l’éducation, la presse et l’édition, la radio et la télévision, Internet et les affaires publiques.

Outre ces courriels d’habitants du Xinjiang à Bachelet, plus de 900 institutions et organisations de tous les domaines de la société ont signé et publié une lettre ouverte au chef des droits de l’homme de l’ONU et ont appelé Bachelet à tirer une conclusion sur les faits et à présenter ce qu’elle a vu et entendue dans la région du Xinjiang à la communauté internationale de manière objective et équitable.

« Pendant longtemps, des reportages biaisés sur la région chinoise du Xinjiang, la désinformation et les mensonges des forces anti-chinoises ont inondé certaines personnes de la communauté internationale, dont Bachelet, qui subissaient une forte pression si elles voulaient appeler à une vision équitable du Xinjiang.

« Désormais, les habitants du Xinjiang utilisent leur propre voix et communiquent directement avec l’extérieur pour montrer un vrai Xinjiang », a déclaré au Chine Direct Wang Jiang, expert à l’Institut des études frontalières de la Chine à l’Université normale du Zhejiang.

Wang a noté que la visite de Bachelet dans la région du Xinjiang a aidé à briser les barrières d’information établies par les forces anti-chinoises et lui a permis de voir la région de ses propres yeux. Les e-mails à Bachelet et la lettre ouverte montraient l’espoir sincère des résidents locaux que le chef des droits de l’homme de l’ONU et la communauté internationale n’étaient pas dupés par les forces anti-chinoises ou enlevés par la politique.

Ces voix vraies et sincères de la région du Xinjiang rappellent également au Haut-Commissaire des Nations Unies d’avoir une vision objective du peuple chinois, a déclaré M. Wang.