Pékin renforce la prévention des épidémies sur le campus après la flambée d'infections en grappes liées au campus signalées

Un résident passe un test d’acide nucléique à Pékin le 31 août 2022. Photo : IC

Les universités de Pékin ont resserré leur gestion de la prévention des épidémies après qu’une infection confirmée et cinq autres ont été testées positives au COVID-19 lors d’une dernière infection groupée liée au campus dans une université locale mardi. Les autorités ont mis en garde contre une sombre situation de prévention des épidémies.

Pékin a signalé une nouvelle infection confirmée et cinq autres cas testés positifs pour le COVID-19 lors du dépistage initial dans le district de Changping mardi matin, toutes les infections étant des étudiants de l’Université de technologie chimique de Pékin (BUCT) étudiant sur le campus de Changping de l’université, Liu Xiaofeng. , directeur adjoint du Centre de prévention et de contrôle des maladies de Pékin, a annoncé lors du briefing de mardi.

Le patient confirmé est retourné sur le campus le 28 août et n’avait jamais quitté le campus avant l’apparition des symptômes dimanche. Le patient s’est rendu à l’hôpital lundi et a été confirmé et identifié comme un cas léger de COVID-19 mardi.

Les cinq autres infections sont les camarades de classe du patient et ils ont été testés positifs pour le virus mardi lors du dépistage initial.

Un bâtiment du campus de Changping a été érigé en zone à haut risque, et tout le personnel à risque a été transféré et mis en quarantaine, ont annoncé les autorités. Le test d’acide nucléique de tous les membres a été lancé et les résultats qui se sont révélés négatifs.

Le campus a été placé sous une gestion stricte sans entrée ni sortie de personnel à l’exception de ceux de nécessité quotidienne.

Avec trois campus dans les districts de Changping, Chaoyang et Haidian, l’université a resserré sa gestion dans les trois campus simultanément car il y a un flux de personnel entre les trois campus. Certains étudiants seniors qui ont séjourné dans le même dortoir avec le cas confirmé ont récemment déménagé sur le campus du district de Chaoyang, a déclaré un étudiant diplômé à caixin.com.

Influencées par la flambée soudaine, certaines autres universités ont également resserré leur gestion. Des étudiants de l’Université de communication de Chine dans le district de Chaoyang ont été invités à remplir des formulaires pour signaler leurs informations et leurs conditions de santé lundi à minuit après l’épidémie sur le campus du BUCT, selon un enseignant de l’université qui a demandé à garder l’anonymat. En outre, les étudiants vivant dans les zones de dortoirs à l’extérieur du campus doivent faire une demande d’admission pour entrer sur le campus puisque les conférences se déroulent en ligne.

L’Université d’études internationales de Pékin (BISU), située à Chaoyang, a demandé à toutes les facultés de signaler leur emplacement via une application mobile tous les jours pour s’assurer qu’elles font la navette entre le campus et leur domicile tous les jours, Wang Wei, professeur à l’École d’interprétation et de traduction de Le BISU a déclaré mercredi au Chine Direct.

Les enseignants doivent passer des tests d’acide nucléique toutes les 48 heures et organiser chaque semaine avec les élèves des réunions de classe sur le thème de la prévention des épidémies.

Les étudiants doivent également signaler leur emplacement via une application mobile et ils doivent assister aux cours avec leur masque.

Les conférences à l’université sont données simultanément en personne et en ligne, car certains étudiants sont toujours placés en quarantaine dans leur ville natale à travers le pays, de la ville d’Urumqi dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), de Chengdu dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) à Shanghai (est de la Chine).

Puisqu’il y a encore 230 000 étudiants et facultés qui devraient retourner à Pékin ces derniers jours à l’approche de la fête de la mi-automne et des vacances de la fête nationale, le flux croissant de personnel a posé des risques croissants pour la capitale avec des cas importés, Li Yi, porte-parole de la Commission municipale de l’éducation de Beijing, a déclaré lors de la conférence de presse de mardi.

La dernière infection en grappe liée à l’université met en garde contre la sombre situation de la prévention des épidémies. Les collèges et les écoles primaires et secondaires qui sont densément peuplés et sont la clé de la prévention de l’épidémie, ont indiqué les autorités, exhortant à appliquer strictement le dépistage du personnel à risque et à vérifier l’état de santé de chaque personne.

L’académie a mis l’accent sur la prévention des épidémies auprès des étudiants et des facultés pendant tout le déroulement de leur voyage de retour vers les campus avec une prise en charge de leur état de santé, des travaux de protection en cours de route et une surveillance sanitaire à l’arrivée sur le campus à renforcer. Pendant ce temps, la prévention quotidienne des épidémies sur le campus, y compris l’élaboration du plan de travail d’intervention d’urgence, a également été soulignée.

En outre, la fréquence des tests d’acide nucléique effectués par les étudiants et les facultés de retour sur le campus doit être augmentée dans les sept jours suivant leur arrivée. Les déplacements et les activités sur les campus doivent être réduits et toutes sortes de rencontres et de rassemblements doivent être interdites.

★★★★★

A lire également