La délégation chinoise s'abstient lors de la session spéciale de l'AGNU sur le conflit en Ukraine

Photo de Geng Shuang : Xinhua

Alors que le conflit entre l’Ukraine et la Russie fait toujours rage, les flammes des combats continuent de se propager et la perspective d’un règlement pacifique n’est pas encore en vue, a déclaré mercredi l’ambassadeur de Chine Geng Shuang lors de la session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) sur l’Ukraine. , l’urgence est maintenant d’amener les parties concernées à faire preuve de retenue, à éviter l’escalade des conflits, à empêcher que l’affrontement ne dégénère et à désamorcer la situation.

La délégation chinoise s’est abstenue de voter sur le projet de résolution, condamnant « les référendums russes dans quatre territoires d’Ukraine et leur adhésion à la Fédération de Russie ». Geng a souligné que l’AG, en tant qu’organe le plus représentatif de l’ONU, devrait jouer un rôle actif et constructif sur la question de l’Ukraine en aplanissant les différences et en formant un consensus, en obtenant la plus grande synergie pour les pourparlers de paix et en trouvant le plus grand facteur commun entre les membres. États.

« Le projet de résolution soumis au vote de cette session extraordinaire d’urgence ne contribuera pas à atteindre les objectifs susmentionnés. Par conséquent, la délégation chinoise s’abstiendra », a-t-il déclaré.

M. Geng a souligné que la crise se prolonge, s’étend et se complique de plus en plus, et que ses effets d’entraînement pénètrent et affectent davantage l’économie et les moyens de subsistance des populations.

À cet égard, Geng a fait quatre remarques sur la position de la Chine sur la question.

Premièrement, tous les pays doivent s’en tenir au dialogue et à l’engagement pour un règlement politique de la crise en Ukraine. « Peu importe l’ampleur des difficultés et des défis, la porte du règlement politique ne sera pas fermée, les négociations diplomatiques ne seront pas bloquées et les efforts pour arrêter les hostilités et promouvoir les pourparlers de paix ne seront pas relâchés », a déclaré M. Geng.

La communauté internationale doit encourager les parties concernées à relancer les pourparlers de paix dès que possible, à intégrer des préoccupations raisonnables dans les négociations, à proposer des options réalisables et à créer les conditions et l’espace nécessaires à la cessation des hostilités et au règlement de la crise.

Deuxièmement, il est important d’accroître l’aide humanitaire et d’alléger le sort des civils touchés. Il a souligné que la Chine félicitait les pays voisins de l’Ukraine pour avoir accueilli des millions de réfugiés et soutenait l’ONU et les agences humanitaires internationales pour aider l’Ukraine et aider à partager le fardeau de ses voisins sur la base des principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

« Nous appelons toutes les parties concernées à faire preuve de retenue et à prévenir toute catastrophe humanitaire irréparable », a noté M. Geng.

Troisièmement, le renforcement de la solidarité et de la coopération pour minimiser les retombées du conflit est la clé pour régler la situation. « Des sanctions totales et aveugles n’aideront pas à résoudre le problème », a déclaré Geng. « Au lieu de cela, ils ne feront que perturber la stabilité des chaînes d’approvisionnement et industrielles mondiales, amplifier les effets d’entraînement de la crise et affecter la vie normale des personnes dans le monde. »

Quatrièmement, toutes les parties concernées doivent abandonner la mentalité de guerre froide et empêcher le monde de sombrer dans la division. « La crise en Ukraine montre une fois de plus que s’accrocher à la mentalité de la guerre froide et à la politique de bloc, créer une confrontation de bloc et rechercher une sécurité absolue n’apportera pas la paix, mais ne conduira qu’à des conflits, ce qui ne sert les intérêts de personne », a-t-il déclaré.

« Nous devons tirer les leçons de l’histoire, rejeter la division et la confrontation, maintenir la solidarité et la coopération, pratiquer le multilatéralisme et sauvegarder conjointement le système international avec l’ONU en son centre et l’ordre international fondé sur le droit international, en vue de promouvoir la paix mondiale et développement », a noté Geng.

La délégation chinoise tient à souligner que les travaux de l’AG doivent être menés en pleine conformité avec les règles de procédure et doivent refléter l’équité et l’impartialité, a déclaré M. Geng. « En ce qui concerne les questions de procédure, les points de vue des États membres devraient tous être pleinement exprimés et leurs motions devraient toutes avoir le même poids. »

Temps mondiaux

★★★★★

A lire également