Xi remet la Médaille du 1er août à des militaires exceptionnels
Un article signé du président chinois Xi Jinping intitulé « Travailler ensemble pour un avenir meilleur des relations sino-ouzbèkes » a été publié mardi dans les médias ouzbeks avant sa visite d’Etat dans ce pays d’Asie centrale.

Une version anglaise de l’article, publiée par le principal journal ouzbek Narodnoe Slovo et l’Agence nationale de presse ouzbèke (Ouzbékistan), est la suivante :

Travailler ensemble pour un avenir meilleur des relations sino-ouzbèkes

Xi Jinping

Président de la République populaire de Chine

« La terre est fertile et les récoltes florissantes. Les arbres fleurissent, et les fleurs et les fruits abondent. Un endroit où vivent les coursiers. » C’est ainsi que Huen Tsang, un éminent moine chinois de la dynastie Tang il y a plus de 1 300 ans, a dépeint la riche Samarcande. En ce beau mois de la mi-automne, saison des récoltes, je me rendrai à nouveau dans la belle ville de Samarcande à l’invitation du président Shavkat Mirziyoyev, pour discuter avec lui des projets de coopération plus étroite entre la Chine et l’Ouzbékistan, et pour assister à la Conférence de coopération de Shanghai Sommet de l’Organisation (OCS).

La Chine et l’Ouzbékistan sont des civilisations anciennes, et la grande route de la soie a témoigné des échanges amicaux des deux peuples au cours des 2 000 dernières années et plus. Plusieurs personnages historiques de Chine ont voyagé vers l’ouest pour visiter l’Ouzbékistan, notamment Zhang Qian de la dynastie des Han occidentaux (206 avant JC-24 après JC), Huen Tsang de la dynastie Tang (618-907) et Chen Cheng de la dynastie Ming (1368-1644) , laissant leurs empreintes dans des villes célèbres comme Tachkent, Samarkand et Navoi. Pendant la dynastie Yuan (1271-1368), Sayyid Ajall Shams al-Din, un homme d’État dont la maison ancestrale était à Boukhara, a été gouverneur de la province du Yunnan en Chine. Au milieu du XIVe siècle, Wu Ru, spécialiste de l’astronomie et du calendrier et originaire de Samarcande, participa à la construction d’un observatoire à Nanjing. Ces personnes ont été des pionnières et des pionnières dans l’amitié sino-ouzbèke, et les histoires à leur sujet sont encore largement diffusées dans les deux pays.

L’Ouzbékistan est un grand pays au centre géopolitique de l’Asie centrale. Au cours des 31 dernières années depuis son indépendance, l’Ouzbékistan a réalisé des réalisations remarquables dans le développement et le rajeunissement du pays. Ces dernières années en particulier, sous la direction du président Mirziyoyev, le peuple ouzbek s’est engagé dans un nouveau voyage vers un « nouvel Ouzbékistan ». La réforme et le développement dans divers domaines sont entrés dans la voie rapide. Le pays a changé de visage, ses habitants jouissent d’une vie meilleure et sa position internationale s’est considérablement améliorée. En tant que voisin amical et partenaire stratégique global, la Chine se sent vraiment heureuse pour l’Ouzbékistan.

Cette année marque le 30e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l’Ouzbékistan. Au cours des trois dernières décennies, l’arbre géant de notre relation a pris des racines plus profondes et est devenu plus exubérant. Les deux pays se sont respectés, ont favorisé le bon voisinage, renforcé la solidarité et recherché des avantages mutuels. La coopération à tous les niveaux a donné des résultats concrets.

— Nous sommes de bons amis partageant des affinités étroites. Depuis 2016, le président Mirziyoyev et moi sommes restés en contact étroit et avons forgé une bonne relation de travail et une profonde amitié personnelle à travers des réunions, des appels téléphoniques et de la correspondance. Dans le cadre d’un partenariat stratégique global, les deux pays se sont mutuellement soutenus sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de l’autre, se sont soutenus mutuellement dans la mise en œuvre des stratégies de développement, se sont appuyés sur l’expérience de réforme et d’ouverture de l’autre et ont injecté une énergie positive dans le développement régional.

— Nous sommes de bons partenaires poursuivant un développement commun. La Chine est le plus grand partenaire commercial et un investisseur majeur pour l’Ouzbékistan. Le commerce bilatéral a dépassé les 8 milliards de dollars américains en 2021, a approché les 5 milliards de dollars américains au premier semestre de cette année et est en passe d’atteindre l’objectif de 10 milliards de dollars américains fixé pour 2022. La coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » a été fructueuse, et les grands projets progressent régulièrement. Les quatre lignes du gazoduc Chine-Asie centrale traversent l’Ouzbékistan. Le tunnel de la ligne ferroviaire Angren-Pap, le plus long tunnel d’Asie centrale, a été achevé avec succès. L’autoroute Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan et le chemin de fer Chine-Kazakhstan-Ouzbékistan libèrent davantage de potentiel de transport. Et les préparatifs du projet ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan sont bien avancés. L’Ouzbékistan est ainsi en train de passer d’un pays enclavé à un pays relié à la terre. Les deux parties ont également mené une coopération solide dans les nouvelles énergies, l’agriculture, la finance et les télécommunications modernes, offrant de plus grands avantages aux deux peuples.

— Nous sommes un bon exemple de dialogue entre les civilisations. Les deux parties ont organisé un large éventail d’échanges, notamment des festivals d’art, des événements de promotion de la culture, des expositions et des séminaires. La coopération est florissante en ce qui concerne l’envoi d’étudiants, la traduction de publications, la réalisation de films, la traduction de séries télévisées, la conduite d’interactions infranationales et la formation du personnel, ce qui a effectivement rapproché encore les deux peuples. Ces dernières années, la Chine a formé pour l’Ouzbékistan plus de 6 500 professionnels de divers domaines. Ils participent activement aux efforts de réforme et de développement de l’Ouzbékistan. Des Instituts Confucius ont été créés à Tachkent et à Samarcande où un grand nombre d’Ouzbeks ont appris la langue chinoise et sont devenus les messagers de l’amitié entre nos deux pays. La coopération dans le tourisme prend son envol, amenant plus de Chinois sur la belle terre de l’Ouzbékistan. La préservation et la restauration des sites historiques de Khiva, un projet lancé lors de ma visite à Samarcande en 2013, a été menée à bien, augmentant encore le charme de cette ville antique.

— Nous sommes de bons frères qui se soutiennent en cas de besoin. La Chine et l’Ouzbékistan, dont les intérêts sont étroitement liés, ont résisté contre vents et marées. Nous avons maintenu une étroite coordination tant au niveau bilatéral que dans des cadres régionaux et multilatéraux tels que l’OCS. Nous avons travaillé ensemble pour nous opposer à l’ingérence extérieure, combattre les trois forces du terrorisme, du séparatisme et de l’extrémisme, et lutter contre la criminalité transnationale organisée et le trafic de drogue. En renforçant le partage du renseignement et en élargissant la formation du personnel, nous avons forgé ensemble un solide bouclier de sécurité. Face à la pandémie de COVID-19, nos deux pays se sont soutenus et ont mené une coopération active. Les vaccins chinois, qui peuvent désormais être produits conjointement avec l’Ouzbékistan, ont joué un rôle majeur dans la lutte de l’Ouzbékistan contre le virus, et un médicament chinois contre le COVID a été approuvé pour une utilisation clinique en Ouzbékistan, offrant une protection efficace pour la vie des personnes dans les deux pays.

Plus de 2 000 ans d’échanges amicaux et trois décennies de coopération mutuellement bénéfique montrent que le renforcement de la coopération sino-ouzbèke sur tous les fronts est conforme à la tendance de l’histoire et répond aux intérêts fondamentaux des deux peuples. À l’intersection du passé et de l’avenir, nous sommes pleins de confiance et d’attentes pour une perspective plus prometteuse des relations sino-ouzbèkes.

Premièrement, nous devons renforcer le soutien mutuel et renforcer le lien de confiance mutuelle. Nous devons définir le modèle des relations sino-ouzbèkes dans la nouvelle ère dans une perspective stratégique et à long terme. Nous devons intensifier les échanges de haut niveau, accroître la confiance politique mutuelle, approfondir le partage d’expériences en matière de gouvernance et continuer à nous soutenir mutuellement sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de chacun. La Chine soutient fermement l’Ouzbékistan dans sa poursuite d’une voie de développement adaptée à ses propres conditions nationales et s’oppose à l’ingérence de toute force dans les affaires intérieures de l’Ouzbékistan.

Deuxièmement, nous devons approfondir la coopération mutuellement bénéfique pour poursuivre le développement et la prospérité communs. Nous devons forger une meilleure synergie entre nos stratégies de développement et explorer conjointement de nouvelles voies de coopération bilatérale dans les domaines de l’économie, du commerce, des investissements, des projets clés et d’autres domaines. La Chine est entrée dans une nouvelle phase de développement et déploie des efforts actifs pour favoriser un nouveau paradigme de développement. L’Ouzbékistan est invité à monter à bord du train express du développement de la Chine et à partager ses opportunités de développement. L’année prochaine marquera le dixième anniversaire du lancement de l’initiative « la Ceinture et la Route ». Nos deux parties pourraient profiter de cette opportunité et exploiter l’élan pour étoffer davantage la coopération bilatérale et poursuivre ensemble un développement de haute qualité. Nous devons également élargir la coopération en matière de réduction et d’atténuation de la pauvreté afin que davantage de personnes dans les deux pays bénéficient de notre coopération mutuellement bénéfique.

La Chine espère travailler avec l’Ouzbékistan pour mettre en œuvre activement l’Initiative de développement mondial et prendre des mesures concertées pour protéger les intérêts des pays en développement et favoriser un paysage de développement équilibré, coordonné et inclusif qui englobe la coopération gagnant-gagnant, travaille pour tous et assure la prospérité commune.

Troisièmement, nous devons renforcer la coopération en matière de sécurité pour désamorcer les risques et les défis. Nos deux parties doivent approfondir la coopération dans le domaine de la sécurité et rejeter sans équivoque les tentatives de toute force visant à saper la sécurité régionale, afin de favoriser un environnement extérieur sûr pour le développement des deux pays. L’Afghanistan est un voisin commun de la Chine et de l’Ouzbékistan. Un Afghanistan pacifique, stable, en croissance et prospère est dans notre intérêt commun. La Chine apprécie et appuie le rôle unique de l’Ouzbékistan dans le règlement de la question afghane. Nous sommes prêts à travailler avec l’Ouzbékistan pour mettre en œuvre l’Initiative de sécurité mondiale, repousser les nouvelles menaces et les nouveaux défis et maintenir la paix, la stabilité et l’équité et la justice internationales.

Quatrièmement, nous devons promouvoir les échanges culturels pour améliorer la connectivité entre les peuples. Entre parents et amis, avec une interaction plus étroite, l’affinité grandit. L’amitié Chine-Ouzbékistan jouit d’une longue histoire et notre coopération dans les échanges entre les peuples a une base solide et de belles perspectives. Nous devons élargir la coopération dans les domaines des médias, de l’éducation, de la santé, de la culture, du tourisme, de la presse, de l’archéologie et, au niveau infranational, ouvrir plus tôt des centres culturels dans les pays de l’autre et mettre en place un atelier Luban en Ouzbékistan, favoriser un cadre multiforme d’échanges interpersonnels. Cela contribuera à soutenir la croissance des relations sino-ouzbèkes et à construire une amitié durable entre nos peuples.

Lors de ma visite en Ouzbékistan cette fois, j’assisterai au sommet de l’OCS de Samarcande. Cette année marque le 20e anniversaire de la signature de la Charte de l’Organisation de coopération de Shanghai et le 15e anniversaire de la signature du Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération à long terme des États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai. Guidée par les buts et principes énoncés dans ces deux documents, l’OCS a agi selon l’esprit de Shanghai, est restée fidèle à sa mission fondatrice et a promu les efforts conjoints de ses États membres pour la stabilité et le développement. L’OCS a donné un bel exemple d’un nouveau type de relations internationales caractérisées par le respect mutuel, l’équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant, et s’est révélée être une force importante et constructive dans la région eurasienne et dans les affaires internationales.

Depuis qu’il a assumé la présidence de l’OCS, malgré les impacts du COVID-19, l’Ouzbékistan a renforcé la communication et la coordination avec les autres États membres, fait des efforts solides sur divers fronts et préservé l’élan de développement solide et régulier de l’OCS. La Chine félicite l’Ouzbékistan pour ses efforts. Je suis convaincu qu’avec les efforts conjoints de toutes les parties, le Sommet de Samarcande produira des résultats fructueux et apportera une plus grande contribution à la construction d’une communauté encore plus étroite de l’OCS avec un avenir partagé et à la paix, la stabilité, le développement et la prospérité de notre région.

Comme le dit le proverbe, lorsque votre cœur connaît sa direction, la distance jusqu’à destination ne sera jamais longue. Gardant à l’esprit l’aspiration initiale lors de l’établissement de nos relations diplomatiques, la Chine travaillera avec l’Ouzbékistan pour saisir les opportunités historiques, avancer côte à côte sur la voie du développement et du renouveau nationaux, et déployer des efforts conjoints vers l’objectif de construire une Chine -Communauté ouzbèke de destin.

★★★★★

A lire également