MH370 Malaysia Airlines

Le 8 mars 2014, le vol MH370 de Malaysia Airlines disparaissait sans aucune explication alors qu’il se dirigeait vers Pékin 北京. 8 ans plus tard, le mystère n’est toujours pas résolu et des pistes mènent les enquêteurs au Mozambique et à La Réunion.

Comment un avion transportant 239 personnes a-t-il pu se volatiliser ? La question était sur toutes les lèvres le 8 mars 2014. Après 40 minutes de vol entre Kuala Lumpur et Pékin, le MH370 avait brutalement coupé ses communications radio, changé de cap, puis disparu des écrans radar au large du Vietnam. A bord, 239 personnes (dont 153 Chinois et 4 Français du lycée français de Pékin).

Au lendemain du huitième anniversaire de ce qui reste l’un des plus grands mystères de l’aviation moderne, force est de constater que la question se pose toujours. Et que l’appareil reste introuvable. Ce lundi, une équipe malaisienne chargée de l’enquête doit examiner un objet retrouvé la semaine dernière sur une plage du Mozambique, en Afrique de l’Est.

Un objet qui pourrait être « celui d’un avion » et plus précisément du Boeing 777 de Malaysia Airlines. La pièce en question, ressemblerait à un stabilisateur d’avion (une sorte de petite aile située à la queue de l’appareil) et porte l’inscription « NO STEP » que l’on trouve souvent sur les appareils. Pour le ministre malaisien des Transports, il s’agit d’une piste sérieuse.

Il est « fort probable que le débris retrouvé au Mozambique provienne d’un Boeing 777 », selon Liow Tiong Lai.

Un optimisme à relativiser tant la Malaisie a pu, depuis 8 ans, multiplier les déclarations contradictoires durant l’enquête, alimentant une multitude de théories complotistes.

Dimanche 6 mars 2016, une autre piste à La Réunion a émergé. Johnny Bègue, la personne à l’origine de la découverte d’un morceau d’aile d’avion sur l’île en juillet 2015 – le seul débris formellement identifié de l’appareil à ce jour – s’est de nouveau manifesté. Il a affirmé à l’AFP avoir découvert sur une plage, un objet potentiellement intéressant de « 40 centimètres sur 20 avec une marque bleue à la surface et grise en dessous ». Cette pièce a été remise aux autorités qui n’ont depuis fait aucun commentaire.

Nouvelle piste fumeuse ou réelle avancée ? Depuis huit ans, le vol MH370 refait périodiquement parler de lui. Pas plus tard que janvier, un débris suspect avait été signalé en Thaïlande avant de s’avérer être une fausse piste. 4 jours plus tard, la découverte d’une pièce métallique en Malaisie avait relancé les spéculations autour de la mystérieuse disparition de l’appareil de Malaysia Airlines. Là encore, une fausse piste.

En 2016, les proches de 12 passagers chinois du vol MH370 (153 Chinois étaient à bord) ont déposé plainte contre Malaysia Airlines, devant un tribunal de Pékin. Le délai légal leur donnait deux ans maximum pour entamer une telle procédure.

En dépit de recherches faramineuses dans l’Océan Indien, l’appareil n’a jamais été retrouvé, aucune explication donnée sur sa mystérieuse disparition, donnant lieu à une multitude d’hypothèses plus ou moins crédibles.

A lire également